Mexico 86 : Dominique ROCHETEAU

Un mythe vivant

Sa saison 85-86 en chiffres : 35 Matchs en championnat et 19 buts. Champion de France avec le PSG. 7 Matchs en coupe de France, pour 1 but et une élimination en demi-finale face à Bordeaux.

Au premier plan depuis onze ans. Autant dire que le monde du football connait par le moindre détail, la vie et les grandes œuvres de Dominique ROCHETEAU. Un jour d’août 1975, l’équipé de France, dirigée alors par le roumain Stefan KOVACS, présente face au Réal de Madrid un jeune homme qui vient alors de dépasser tout juste la vingtaine : Dominique Rocheteau, ailier droit à l'AS Saint-Étienne. Ce jour-là, le gratin du foot réuni au Parc des Princes venait de se trouver une idole, une star naissante. Dans la foulée, c'est « la fabuleuse épopée des verts ». Un parcours prestigieux qui conduira les Verts en finale de la Coupe d'Europe des clubs champions. Robert Herbin, l'entraîneur stéphanois de l'époque, offre sept minutes de jeu et de bonheur inachevé à Dominique Rocheteau. Hélas blessé pour la circonstance. Là encore, il a tout tenté, mettant en avant sa volonté et sa vivacité. Dès lors, pour la France unanime, en quête d'idole, il devient « l'Ange Vert ». Pourtant, le personnage supporte mal son statut de super-vedette. Il juge l'habit de lumière trop contraignant pour lui, et se réfugie à l'écart de la foule sur les collines stéphanoises. Là, il peut donner libre cours à ses passions tranquilles: la lecture, la musique, les promenades solitaires. 

Dans le monde du football tellement conventionnel, on lui colle rapidement une étiquette : « Un enfant de mai 68.» Il en sourit mais ne dément pas. Ayant connu tous les honneurs avec les Verts, il décide en 1980 de tenter une autre expérience : il signe pour Paris SG. Et l'entraîneur parisien d'alors, Georges Peyroche, lui propose d'en finir avec son rôle d'éternel ailier droit Rocheteau devient un « attaquant libre » et navigue sur tout le front de la ligne offensive, encore, il s'impose. Avec modestie, il avoue même : « Je n'ai jamais prétendu être un super-joueur. Disons que si je suis depuis longtemps au plus haut niveau, c'est tout simplement une affaire de volonté ». Champion de France cette saison avec le PSG voici comment le décrit son entraineur en club, Gérard HOUILLER : « J’ai beaucoup insisté pour qu’il reste au club. Lui, c’est le jeu en mouvement. Il attaque sans arrêt, ne se contente pas de remise derrière. Il passe au millimètre, fait du spectacle, et c’est normal qu’il y ait un peu de déchets. Ses qualité morales sont irréprochables et el moins qu’on puisse dire, c’est que ce n’est pas l’homme des magouilles. Sans doute manque t’il d’un peu de puissance mais il a encore de bon matchs devant lui »

Pour son retour avec les bleus dans les éliminatoires, il signa un Hat-trick

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...