Trésor de la D2 : Max Bossis au Matra Racing plutôt que chez les Spurs de Tottenham !!

Comme on l'a vu dans le sujet sur la coupe intercontinentale des nations entre la France et l'Uruguay, la saison tricolore 1985-86 commence sur une polémique. Le sélectionneur doit-il continuer à retenir Maxime BOSSIS qui après 12 ans passé au FC Nantes a crée la sensation en filant au Racing Club de PARIS qui vient de terminer bon dernier de division 1 ? Si la division 2 a accueilli des futurs internationaux ou des anciennes gloires, il est très rare de voir un joueur évolué à ce niveau de la compétition et continué à être convoqué en sélection. Ici le cas est très particulier, le Racing Paris est devenu la propriété de Jean-Luc LAGARDERE. Le puissant homme d'affaires compte bien faire du Racing l'un des tous grands clubs du pays. Sportivement en tout cas c'est autour de Max BOSSIS qu'il compte construire son équipe et en faire son capitaine. Mais bon c'est le principal intéressé qui raconte le mieux tout cela. En tout cas en lisant cette interview, j'ai appris que le grand Max était à deux doigts de signer chez les Spurs de Tottenham ! « Ce n'est pas mon genre d'entretenir le suspense. Depuis près d'un mois, assailli de questions, j'avais répondu clairement : ou bien je pars pour Tottenham ou bien je signe dans un autre club français qui ne sera pas Nantes. Et je laissais entendre très clairement que c'était le PSG. Le président Borelli avait en effet contacté mon agent et mon avocat. Or, le Racing s'est décidé il y a moins d'une semaine. Je ne m'y attendais plus. J'avais parlé souvent au téléphone avec le président Lagardère. Nous avions évoqué ma possible venue au RCP s'il ne descendait pas en D2. Après le match PSG - Nantes, j'ai vu discrètement le président Lagardère. 

Il m'a fait une série de propositions. Globalement, elles n'étaient pas en retrait avec ce que me proposait Tottenham. Le seul ennui, c'était l'éventuelle descente en D2. J'étais très tenté par l'aventure londonienne mais des petites difficultés sont apparues concernant la scolarité de mes filles. J'ai pesé le pour et le contre et j'ai choisi Paris. J'ai signé pour 4 ans sur des bases financières voisines de celles de Tottenham. Je serai le capitaine et l'animateur d'une équipe que j'aiderai à se renforcer. Plus tard, ma reconversion sera assurée en accord avec M.Lagardère. J'ai l'intention d'aller au mondial 86 et je me battrai pour ça. Après tout, Didier Six jouait en EDF tout en évoluant en D2, à Mulhouse. C'est Henri Michel qui décidera ... ». Et bien ce sera tout vu, Henri MICHEL tranchera. Tout d'abord il convoquera Bossis jusqu'au mondial 1986 et fera même taire l'autre polémique naissante, à savoir qui au poste de libéro : Bossis ou Battiston ? Pas de chichi, Henri MICHEL fera jouer les deux, mettant le grand Yvon LE ROUX sur la touche. Un choix qui, à mon sens, mériterait d'être encore débattu.

1 commentaire:

  1. Encore un picard dans ce sujet: Francis Peltier à côté du grand Max! Né à Fresnoy-le-Grand (02), et auteur d'une carrière très honorable chez les pros!

    Beau!

    RépondreSupprimer

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...