Mexico 86 : Présentation de la Hongrie

On se souvient lors du tirage au sort, les réactions françaises étaient plutôt optimistes après avoir pris connaissances de leurs futurs adversaires. Il y avait bien des « il faut se méfier des hongrois » mais c’était plus des formules déjà toutes dites (voir le sujet sur le tirage au sort du mondial 86 et les réactions françaises). Et pourtant il y avait pas mal de raison de se méfier de ces hongrois et quelques semaines avant le mondial, la méfiance côté français sera bien sincère. Avant de voir tout ça en détail, voici la planche Panini de la Hongrie dans l'album Mexico 86 :


La Hongrie est dans un groupe de qualifications où il n’y a pas d’archi favoris mais des équipes dures à joueur. Hormis Chypre, ses deux adversaires principaux sont l’Autriche (présente au dernier mondial) et la Hollande de Léo BEENAKKER qui est en pleine transition, laissant la place à des gamins de 20 ans (Gullit, Rijkaard, Kieft ou Van Basten). Et les Hongrois dès l’automne 84 vont entrer en fanfare dans ses qualifications. Pour son premier match, elle dispose 3-1 des autrichiens et surtout va faire un grand pas vers la qualification dès son second match, un mois plus tard, en allant l’emporter 2-1 en Hollande dans le match au sommet de ce groupe. CI-dessous Lajos DETARI la grande vedette de la sélection magyar face aux hollandais


Voici les deux buts Hongrois de cette rencontre. 4 points en deux matchs c’est pas mal surtout que le prochain adversaire est Chypre.



Et surtout les joueurs français ont la mémoire courte. Car 7 jours après leur victoire en Hollande, les joueurs du PSG vont connaitre bien des péripéties face à quelques joueurs magyars victorieux en Hollande. Nous sommes le 24 Octobre 1984, et Paris reçoit le club de Vidéoton en 16ème de finale de la coupe de l’UEFA. Dans les rangs hongrois on peut noter la présence de l’impressionnant gardien de l’équipe nationale Peter DISZTL, de son frère en défense Laszlo (qu’on verra plus tard en Belgique), mais aussi de Gabor Horvarth ou de Josef Szabo, tous internationaux. Voici d'ailleurs la liste des 22 hongrois présents au Mexique


Ce soir là, le modeste club de Vidéoton refroidira tout le Parc en venant l’emporter 4-2 en France. Au retour, les hongrois montrent qu’il ne s’agissait pas là d’un exploit sans lendemain et l’emportent 1-0. Paris est éliminé contre un club que personne ne connaissait et sans qu’il y est rien à redire.

Et alors que l’équipe nationale va se balader durant cette année 85 (deux victoires face à Chypre, un 3-0 en Autriche pour les éliminatoires mais aussi une très jolie victoire en RFA 1-0 pour un match amical), Vidéton va faire une campagne historique en UEFA. Ecoutez bien c’est très impressionnant. Après avoir sorti le PSG en 16ème, les hongrois se débarrassent du futur champion de Yougoslavie, le Partizan de Belgrade. En ¼ de finale c’est au tour de Manchester United de tomber face à Vidéoton. Et le club du héros national, le gardien Peter DISZTL, ne s’arrête pas là. En ½ finale Vidéoton élimine le Zelecnijar de Sarajevo de Mehmed BAZDAREVIC. Ce petit club est en finale de la coupe de l’UEFA face au grand Réal de Madrid. Au Réal c’est le début de l’ère de la Quinta del Buitre (voir le sujet sur l’imposture médiatique de la Quinta del Buitre). Les hongrois chutent trop lourdement en finale aller à Bernabeu. Un 3-0 irrattrapable et la victoire 1-0 au retour prouve tout de même que Vidéoton n’était pas arrivé là par hasard. L’équipe nationale, emporté par cet élan et aussi par le génial numéro 10 du Honved Budapest (le grand club du pays), Lajos DETARI est le premier pays européen à être qualifié pour le mondial mexicain. Mais si tout ceci n’a pas effrayé les français en décembre 1985 lors du tirage au sort, l’hiver passé les choses vont changer et les bleus vont commencer à craindre les magyars.

Que s’est il passé pendant cet hiver ? Une rencontre tout simplement mais qui va être un coup de tonnerre dans le monde du football. Nous sommes le 16 mars 1986 et pour la première fois de son histoire le Brésil se rend en Hongrie. Le Brésil était en tournée européenne et a perdu 2-0 son premier match contre les allemands en RFA 4 jours plus tôt. L'événement déclenche une telle passion dans le pays que la fédération hongroise a reçu trois cent mille demandes de places ! Le Nepstadion est bien entendu plein en ce dimanche après-midi glacial : 75 000 spectateurs environ, parmi lesquels Henri Michel. L’équipe de Hongrie est quasi complète, il ne manque que son libéro Antal ROTH.
Santana, le sélectionneur brésilien, lui, a beaucoup plus de soucis. Si Carlos est remplacé par Leao dans les buts et si la défense, composée de Edson (Corinthians), Oscar, Mozer (Flamengo) et Dida (seul représentant du club champion 85, Coritiba) reste inchangée, le milieu a une allure complètement différente par rapport au match précédant contre la R.F.A : Falcao (Sao Paulo F.C.) laisse sa place à Elzo (Atlelico Mineiro) et Casagrande (Corinthians) passe au poste d'avant-centre (tenu à Francfort par Careca du Sao Paulo F.C.) pour donner le numéro 10 à Alemao (Botafogo). En ce qui concerne Socrates (Flamengo), sa blessure invoquée au dernier moment paraît diplomatique. L'entraînement de la veille de la rencontre s'étant bien passé techniquement pour lui. Mais un geste de mauvaise humeur vis-à-vis de Santana, observé par l’armada de journalistes, laisse à penser que quelques mots ont été échangés entre eux. Il ne joue donc pas contre la Hongrie et c'est Silas (Sao Paulo F.C.), champion du monde junior l'été dernier à Moscou, qui décroche sa première sélection. Müller (le même âge, le même titre), blessé, est remplacé par Renato, attaquant du Grêmio de Porto-Alegre. C'est d'ailleurs ce même Renato qui va être le seul Brésilien à se mettre en évidence.

Car pour ce qui est du reste de l'équipe, quel fiasco! Rarement une équipe « do Brasil » n'a été autant humiliée que lors de ce match. Et Santana de se dire qu'il est bien loin, le temps du mondial 1982, où son équipe était certainement la meilleure nation du monde (voir le sujet : Pourquoi le Brésil n'a pas été champion du monde en 1982) Sous les yeux d'Henri Michel, certainement perplexe devant ce qui se déroule, les hommes de Mezey passent au laminoir ceux de Santana. Ceux-ci ne résistent que 5 petites minutes. A plusieurs reprises la défense brésilienne n'arrive pas à se dégager, une fois, deux fois, jusqu'au moment où le ballon arrive dans les pieds de DETARI. Ce dernier écarte le jeu et poursuit son action pour reprendre de la tête un centre qui se transforme en une-deux pour le 1er but de la rencontre. Voici ce but en vidéo :


DETARI face au Brésil
Une défense aux abois et qui va encore montrer ses faiblesses. La sortie de Bognar (remplacé par l'Auxerrois Burcsa) n’infléchit pas la domination des Hongrois. Malgré les déboulés de Renato qui se joue régulièrement de tous les défenseurs adverses et les quelques escarmouches de Casagrande (meilleur en avant-centre qu'au milieu), sur un contre mené tambour battant par Esterhazy mais qui butte sur le portier auriverde, Kovacs reprend devant le but vide pour doublé la marque à l'heure de jeu. Voici ce but en vidéo :


Un quart d'heure plus tard, DETARI lance encore une fois Esterhazy sur son aile droite et encore fois Esterhazy butte sur le gardien brésilien mais cette fois ci c'est lui qui reprend pour marquer dans le but vide pour offrir à leur équipe et à leurs supporters une confortable victoire. Ce dernier but en vidéo :


3-0 la claque est monumentale et historique, Disztl, Sallai, Garaba, Hannich, Detari et Esterhazy ont montré tout leur talent et infligé aux Brésiliens une punition qui va laisser des traces dans cette préparation. Quand aux français ils sont prévenus que les magyars sont des joueurs redoutables. A voir maintenant s’ils pourront rééditer cette performance dans un contexte plus chaud. Car il y aura une différence entre battre le Brésil par une température en dessous de zéro et jouer des rencontres au mois de juin en plein milieu de l'après-midi au Mexique.

Les hongrois en liesse et qui ont même piqué les maillots de leurs adversaires !
Retrouvez plus d'images et un très long résumé de la rencontre Hongrie-Brésil sur le site Mexico 86

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...