Mexico 86 : Joël BATS

Le Miraculé

Sa saison 85-86 en chiffres : 38 Matchs en championnat. Champion de France avec le PSG. 8 Matchs en coupe de France et une élimination en demi-finale.

« Je suis un miraculé. Deux fois un miraculé ». Joël BATS raconte, avec un petit sourire,  d’abord son enfance à Mont de Marsan, la ville où le ballon roi est ovale. Mais lui, gamin, il allait tous les dimanches voir ses oncles et leurs ballons rond de footballeurs. Il choisir lui aussi le foot. Ensuite c’est l’été 1982. Le football français est en campagne dans le mondial espagnol. Joël BATS, lui est cloué sur son lit, pour une autre compétition : il doit vaincre une longue maladie. Pour avoir côtoyé la mort, il trouve un autre sens à la vie et prend son crayon et du papier. Les mots courent sur les pages, le gardien se mue ne poète et on verra ce que ça donne à la fin du sujet. Pourtant il ne s’en est fallu de presque rien pour qu’il ne connaisse jamais la gloire. Après un apprentissage « à la dure » au centre de formation du FC Sochaux, vient le temps de la concurrence avec l’autre gardien Albert RUST. Les dirigeants sochaliens n’arrivent pas à choisir l’un ou l’autre. Une entorse au genou pour BATS règle le problème puisque le joueur se retrouve la saison suivante à Auxerre.

Convoi pour l’aventure, il tombe sur un entraineur, Guy ROUX, qui clame sur de lui, comme toujours : « Joël BATS est le meilleur gardien de but du football français ». Michel HIDALGO attendra septembre 1983 pour suivre l’avis du technicien d’Auxerre. Il le sélectionnera pour Danemark-France. Depuis ce voyage à Copenhague, BATS n’a jamais quitté les buts de l’équipe de France. «Je savais qu’un jour, j’aurais ma chance ». Il raconte aussi une anecdote : « Souvent dans la rue on m’arrête et on me demande "Monsieur Rocheteau, vous pouvez me donner un autographe ?" Ça me fait sourire et ça prouve aussi qu’il est une star, et moi, pas encore. » Toujours cette modestie pour un gardien réputé pour sa régularité, son placement, sa souplesse. Pourtant lui il regarde encore les points qu’il doit améliorer et ajoute : « Il y a au moins deux joueurs meilleurs que moi à ce poste : le soviétique Rinat DASSAEV et l’allemand Harald SCHUMACHER. Et j’ai beaucoup à faire encore pour les rejoindre ».


Maintenant revenons un peu sur Joël BATS le poète. En 1986 il a écrit plusieurs textes pour des chansons qu’il a enregistrées. Parmi celles-ci : « Soli solitude » qu’il va interpréter sur le plateau de Champs Elysées, l’émission du samedi soir présentée par Michel DRUCKER. Cette émission était une spéciale sur l’équipe de France, enregistrée juste entre la fin du stage à Font Romeu et l’envol pour le Mexique. Le football entrait dans une nouvelle ère et les footballeurs devenaient des vedettes. EN tout cas, on peut remarquer la force et la cohésion de ce groupe car il y a énormément de respect de la part des bleus lorsqu’ils écoutent le tube de leur ami BATS. Car franchement avec toute l’admiration que j’ai pour cet immense gardien qu’il m’a fait rêver, cette chanson c’est dur de l’écouter sans sourire. J’adore ce passage :

« Tu sais, je t'ai trouvé fatigué l'autre nuit
A la sortie du stade sous ton parapluie
Faut dire que t'avais perdu et mal joué
La faute à ce ballon, à ce tir détourné »

Soli Solitude – 1986 à écouter sans modération


Je me suis écrit une lettre hier soir
Histoire de voir comment va la vie pour moi
J'ai longtemps hésité, assis sur le trottoir
La peur de me déranger, d'être maladroit sans doute
Ce sont les étoiles qui m'ont soufflé les premiers mots

(Chœur)
« Soli solitude »
« Comme une habitude »

Je pense qu'on peut se tutoyer entre nous
Depuis le temps qu'on fait tous deux les quatre cents coups
Tu sais, je t'ai trouvé fatigué l'autre nuit
A la sortie du stade sous ton parapluie
Faut dire que t'avais perdu et mal joué
La faute à ce ballon, à ce tir détourné
J'ai voulu t'offrir un verre, histoire d'oublier
Mais tu as refusé, tu es parti, tout seul

« Soli solitude »
« Comme une habitude »

J'ai rencontré Nathalie au café des Tilleuls
Parait que ça va pas très fort entre vous deux
Tu lui fais des reproches, tu la trouves vieux jeu
Mais ce n'est pas toujours drôle, tu sais, pour elle
Si tu veux un conseil, descend de ton échelle
Regarde-la rêver, écoute-la dormir
Dérange les silences qui la font tant souffrir
Mais je te connais trop bien
Ce sera difficile

« Soli solitude »
« Comme une habitude »

J'écris, j'écris
Mais je sais que cette lettre,
Jamais tu ne la recevras
J'ai lâché le stylo
Le papier dérive dans le caniveau

« Soli solitude »
« Comme une habitude »

Je me suis écrit une lettre hier soir
Histoire de voir comment va la vie pour moi
Elle va, elle va
Sans toi

« Soli solitude »
« Comme une habitude »

« Soli solitude »

2 commentaires:

  1. Raaaah
    Mon idole absolue
    Grand moment pour moi ce 21 juin 1986 quand il a arrêté le penalty de ce frimeur de Zico lors du quart de finale de Coupe du Monde, France - Brésil

    RépondreSupprimer
  2. Surtout que les brésiliens se congratulaient avant Que Zico ne le tire ce péno !!

    RépondreSupprimer

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...