Mexico 86 : Henri MICHEL

Le patron

Présentation des bleus avant ce mondial mexicain, avec pour débuter la tournée, le boss, le successeur de Michel HIDALGO : Henri MICHEL. « J’étais cerné par les photographes. Quand j’ai pu enfin respirer, tout le monde était déjà rentré au vestiaire. Et soudain je réalisais que la France venait de se qualifier pour la troisième fois consécutive, pour la phase finale de la coupe du monde ». Ce jour de novembre 1985 (voir le sujet sur le France-Yougoslavie décisif), les bleus s’étaient imposés et avaient remporté le billet pour le Mexique. Henri Michel, lui, à 38 ans savourait discrètement sa victoire. Les honneurs, il avait déjà connu. Joueur, il fut un moment recordman des sélections (58 de 1967 à 1980). Entraineur, il conduisit l’équipe de France à la médaille d’or aux jeux olympiques de Los Angeles en 1984 face au Brésil. Hier, il y avait « la bande Hidalgo », aujourd’hui c’est « l’équipe à Michel » et elle a vu le jour, dans la foulée du titre européen que le football français s’adjugea en juin 1984 et du retrait des affaires courantes de Michel HIDALGO. Henri MICHEL pouvait alors entrer en scène. 

Dans le monde du foot, il aligne de sérieuses références. A 16 ans, en 1965, il débute en division 2 avec son équipe d’Aix en Provence. A l’époque c’est le petit prodige du Sud-Est et de l’équipe de France juniors. L’année suivante tandis que se dispute la coupe du monde en Angleterre, il arrive à Nantes, champion de France. Il avait aussi reçu des propositions très précieuses de Marseille et St-Etienne. Il fera toute sa carrière professionnelle sur les bords de l’Edre. Seize ans durant, il y jouera d’abord milieu de terrain, puis libéro sur les toutes dernières années. Ses détracteurs lui reprochaient sa conduite de balle apprêtée, son buste droit et sa technique quelque peu ronflante. Mais sa mère se souvient de « son » Henri : « Enfant, déjà, il n’aimait pas seulement le sport. Il aimait le geste… ». Au fil des années il deviendra le véritable patron du FC Nantes, et on l’accusera même d’en devenir le Mandarin. A l’heure de tourner la page, de ranger les chaussures à crampons, se pose alors pour Henri MICHEL la question que faire ? Entraineur d’un club professionnel ? Il n’est pas vraiment tenté… C’est à ce moment qu’intervient la fédération, sur proposition et suggestion de Michel HIDALGO. Fernand Sastre, le président de la FFF, offre tout simplement la succession d’Hidalgo avec la possibilité de passer deux années à regarder, à apprendre, à retenir les leçons. Mieux, il peut faire quelques travaux pratiques avec l’équipe de France olympique. 


Ce sera sa première grande réussite avec la médaille d’or dans la chaleur de l’été californien. Une bonne répétition avant d’affronter celui du Mexique, d’été. Hidalgo, lui devient le Directeur Technique National dès le lendemain de l’Euro 84. Le championnat d’Europe des nations remporté par la France. La voie est ouverte pour Henri MICHEL, d’autant que dans un sondage organisé par France Football durant l’hiver 1982, il avait obtenu 39% des avis favorables pour tenir le rôle de sélectionneur, avec plus du double du pourcentage sur le second, Robert HERBIN. Aujourd’hui, Henri MICHEL a remporté son deuxième grand succès : la qualification pour le mondial 1986. Avec un discours pas tellement éloigné, finalement de celui qu’a tenu pendant 8 ans Michel HIDALGO. Le principe d’Henri MICHEL : « J’ai toujours aimé me fixer des objectifs… et les atteindre ». 


Il en a profité pour se faire une image de jeune cadre dynamique BCBG, de jeune commandant performant. Il reconnait que, dans sa fonction actuelle, le plus terrible demeure « la difficulté du choix au moment de composer l’équipe. C’est parfois un crève-cœur ». Il ajoute ne rien avoir changé tactiquement avec une justification « Il aurait été suicidaire de vouloir jouer les grands chefs avec des gens comme Platini ou Giresse ». Enfin glisse t’il, à la veille du mondial mexicain : « Tout peut arriver, Même la plus folle des folies : la victoire en finale contre le Brésil »

En tout cas Henri MICHEL reste cool malgré la pression, mais bon ça c'est grâce aux bons conseils de son ami Bob !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...