River Plate 1996

Un monument est en péril ! Ce week-end le River peut, et ce malgré le système favorable aux grands clubs, être relégué en division inférieure pour la première fois de son histoire. En toute objectivité c'est tout sauf une surprise et le système d'ailleurs est prévu pour ça par l'AFA. La relégation ne se joue pas sur une saison mais sur un coefficient calculé sur les 3 dernières ! Donc si River aujourd'hui est en barrage face au Belgrano de Cordoba, cela veut dire que le ver est dans la pomme depuis un moment. En attendant de voir de quoi son futur sera fait, retour sur la dernière grande équipe d'El Mas Grande, celle de 1996 digne héritière de la Maquina ! Tout d’abord au delà des résultats, champion apertura 1996, 1997, clausura 1997 et surtout vainqueur de la Copa Libertadores 1996, c'est l'effectif ou plutôt cette constellation d'étoile qui retient toute mon attention !! Emmené par Enzo "El Principe"  Francescoli, de retour après des expériences diverses en Europe et qui emmène de nouveau River au plus haut sommet en Amérique Latine, 10 ans après leur premier succès en Copa Libertadores. Et ça c'est très important pour les supporters de River car si le club du stade monumental est le plus titré au niveau du pays, il a toujours souffert de la comparaison avec l'Independiente ou Boca qui ont connu moult succès au niveau continental. Mais dire que Francescoli était le patron de l’équipe est un euphémisme !

Combien de fois j'ai entendu mon ami Paco, qui vit des heures tristes en ce moment, me raconter les matchs de championnat où Enzo d'un regard donnait son aval ou non à Ramon DIAZ (pourtant l'entraineur) pour tel ou tel changement de joueur. En tout cas vous allez voir et ça vaut le détour, German BURGOS, GARCIA ASPE, Hernan DIAZ, Enzo bien entendu, Hernan CRESPO, Ariel ORTEGA et Marcelo GALLARDO. Il y avait aussi un super milieu de terrain Matias ALMEYDA. ALMEYDA on le verra en Europe  dans les plus grands clubs(Lazio, Inter) mais aussi dans les plus petits, il se perdra en Norvège !! Depuis 2 saison il est revenu à River et à 37 ans, il est redescendu en défense centrale et connait une seconde carrière. Capitaine valeureux il est, à mon sens, la seule satisfaction de la saison des rouges et blancs. En tout cas il est le seul survivant de cette formidable équipe de 1996 il faut dire qu'à l'époque il n'avait que 22 ans et partira à la fin de la saison pour l'Espagne !

En attaque on retrouvait aussi le jeune Hernan CRESPO, tout juste 20 piges, et qui lui aussi fera parler de lui. (Voir le sujet sur son magnifique retourné dans cette édition victorieuse de la copa libertadores). J'adore cette vignette car le petit Crespo est tout jeune !! Mais dans cette catégorie, il y en a deux qui le dépassent et de loin. Tout d'abord Marcelo GALLARDO, l'ancien monégasque lui aussi n'a que 20 ans et on a l'impression qu'il a séché les cours du lycée puor venir à entrainement. Mais la palme, sans conteste revient à El Burrito ! Ariel ORTEGA, 22 ans mais surtout bien avant qu'il se découvre une addiction frénétique à tous les alcools vendus en Argentine ! Une tête de chérubin comparé à son faciès actuel à la gainsbarre de la pampa.
Enfin il y a un ultime joueur dont je voulais parler mais qui ne figure pas dans l'album Panini ci dessous (à ce sujet merci Claude pour les superbes images) car il n'avait que 16 ans à l'époque, il s'agit de Pablo AIMAR. Un des meilleurs joueurs de l'histoire du club mais qui lui aussi tout comme Francescoli aura une expérience européenne mitigée. Si ces années à Valence étaient vraiment bonnes, depuis il connait des heures plus difficiles et de toute façon il a toujours été bien loin de son niveau lorsqu’il évoluait en Argentine.

Donc voici cette équipe 1996 et après en cadeau, quelques images de l'album anniversaire pour les 100 ans du club, l'ablum Panini "El mas grande".

















Et voici quelques images de l'ablum aniversaire où bien entendu cette équipe de 1996 a une large place :







2 commentaires:

  1. C'est un super travail, cette site... Je suis supporter de River Plate, et je ne m'en crois pas ce qui nous arrive... Il faut un miracle, avec l'aide de tout ces joueurs qu'on trouve ici.

    RépondreSupprimer
  2. Les grands clubs ne meurent jamais il parait !

    RépondreSupprimer

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...