Luigi ALFANO

Luigi ALFANO, italien de naissance et qui marquera de son empreinte le Sporting Club de TOULON dans les années 80. Gennaro Luigi ALFANO de son véritable patronyme, débarquera en France à l’âge de 14 ans. Après des débuts à St-Cyr sur Mer ce rugueux défenseur signe en 1978 à Toulon. Le club est un pensionnaire bien installé de la seconde division mais à la fin des années 70 c’est la descente aux enfers et le club est relégué en division 3 synonyme d’amateurisme. La saison 1980-81 marque le sauvetage de Toulon. Le nouveau président André Sudre rappelle immédiatement l’ancien entraîneur pour remonter le Sporting, pour le « sauver ». C’est donc, une nouvelle fois, le grand retour de Marcel DUVAL au poste d’entraîneur. Mais c’est surtout le retour de celui qui en l’espace de 8 ans est devenu à Monaco un grand Monsieur du football français, gagnant le championnat de France, la coupe de France, participant à la coupe du Monde en Argentine en 1978 avec l’équipe de France.

Il s’agit de Christian DALGER, qui avait quitté le Sporting pour Monaco en 1972. Le Sporting retrouve son jeu… et la deuxième Division…. Après un début difficile, la machine « Azur et Or » se remet en route et balaie tout sur son passage comme aux plus beaux jours de Division 2. Pourtant les ambitions sont grandes à Toulon et deux plus tard, le club ne se satisfait plus de cette éternelle position en seconde division. Au cours de l’intersaison, les dirigeants décident de renforcer l’effectif toulonnais en vue d’une éventuelle montée en Première Division. Pedro Viscaino, un talentueux gardien originaire d’Espagne arrive de Lyon pour remplacer Marc Duval. Bernard Boissier (Nîmes) vient renforcer le flanc gauche de la défense et Paco Bandera, cédé un an par Gueugnon, vient prêter main forte à l’attaque. Enfin, un certain Rolland Courbis quitte Monaco pour épauler son ami Christian Dalger au Sporting et essayer de finir sa carrière en beauté dans une ville qu’il connaît bien depuis sa plus tendre enfance. Le tout associé à des jeunes crus de la région comme Jean-Louis BERENGUIER, Thierry RABAT, Marcel DIB et bien entendu Luigi ALFANO. Quelle saison !... La saison 1982-83 est peut-être la plus belle jamais réalisée par Toulon. Pour la première fois de son histoire, le Sporting accède à la Première Division en terminant leader de son groupe.


L’équipe de Toulon accède à l’élite et va y rester une décennie, jouant les troubles fêtes. Comme cette saison 1984-85. Christian DALGER est devenu l’entraineur de l’équipe première et TOULON échouera lors de la dernière journée dans son but d’arracher une place pour la coupe de L’UEFA. Un match nul à Mayol suffisait pour les varois mais une défaite à domicile 1-2 face à Nantes les privent du sésame européen. Idem en 1978-88 sous les ordres de Rolland COURBIS où le club finira 5ème mais ne se qualifiera pas pour la coupe d’Europe. Et Luigi ALFANO dans tout ça ? Fidèle lieutenant il est parmi les plus assidus de cette formidable épopée d’un club aujourd’hui tombé dans les abysses de l’amateurisme. En 9 saisons avec Toulon dans l’élite, ALFANO aura disputé 235 matchs auquel il faut ajouter 124 matchs en division 2 pour ce joueur qui aura porté 16 saisons les couleurs de Toulon.

Moi les principaux souvenirs que j’ai de ce joueur et de cette période, ce sont ces buts de la tête et les chambrages qui s’en suivaient ! Au cours de la saison 1978-88, il inscrivit deux buts de la tête coup sur coup en championnat et son entraineur Courbis de déclarer : « c’est grâce à son physique grec, avec son nez plat ça ne le gêne pas pour frapper le ballon sur une plus grande partie ». Mais c’était une époque où il y avait aussi une belle concentration de barjots à Toulon. Certes il y avait Courbis mais aussi Pardo ou encore Pascal Olmeta. Luigi Alfano se souvient des stages avec le gardien corse, il livre même une anecdote sur le futur vainqueur de la ferme aux célébrités : « complètement fou, pendant les stages il tirait à la carabine sur des boites de conserve à 6 heures du matin » Bon bien sûr avec autant de gentils malfrats il était évident que l’affaire allait tourner au vinaigre mais Luigi n’a jamais quitté le navire. Il sera toujours présent même après l’affaire de la caisse noire et la relégation du club en division 3. Il deviendra entraineur du club dans les divisions inférieures mais Toulon n’arrivera jamais à redécoller. Il est aujourd’hui président de l’amicale des anciens du Sporting et bosse également au Conseil Général du Var.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...