Bulgarie – France du 02 Mai 1985 (България – Франция : 2 Май, 1985)

Un mois après le périlleux déplacement à Sarajevo, un autre test grandeur nature attend les champions d’Europe à Sofia. Les bulgares ont encore en travers leur défaite sur le fil et ce pénalty sévère du match aller (voir le sujet sur le France – Bulgarie du 21 Nov 1984). Ils veulent être les premiers à faire chuter les invincibles français. De son côté Henri MICHEL reconduit son groupe en bloc, il faut dire que la prestation des bleus avait de la tenue tout de même (voir le sujet sur le Yougoslavie – France du 03 Avril 1985). Le groupe est le même à une exception. Fin de l’entente cordiale, BOSSIS revient, BATTISTON sort. Le message n’a pas changé. Le sélectionneur prône tout simplement un peu plus de suite dans les idées : « Nous devrons montrer la même rigueur qu’en Yougoslavie, et une plus grande plénitude de jeu quand nous serons en possession du ballon » « Si on en a les moyens » ajoute-il prudemment et plus doucement. En effet, cette période de l’année est généralement peu propice aux Français, bien souvent émoussés par des séries de matchs rapprochés. En ce printemps 1985, c’est particulièrement exact pour les bordelais, qui dans la semaine précédent le stage, ont dû se vider contre la Juventus, puis jouer un match en retard au Parc face au Racing. Le genou droit d’Alain GIRESSE, lui ne tient pas le choc.

Un étirement des ligaments oblige son proprio à abréger son séjour parisien et ne sera pas du voyage en Bulgarie. Heureusement quelques visas sont prêts en avance. Mesure nécessaire tant les voyages en Europe de l’Est étaient compliqué du temps du rideau de fer. Ils figurent sur les passeports de l’auxerrois Jean-Marc FERRERI et sur celui du monégasque Daniel BRAVO. FERRERI revenant de blessure, Henri MICHEL choisi tout naturellement le « petit prince » pour remplacer Gigi. Le lendemain, les A et les espoirs s’envolent ensemble pour Sofia. Les espoirs emmenés par un certain Basile BOLI volent en éclats la veille du big match. Un 4-0 net et sans bavure. Le lendemain, jour de match, MICHEL prend sa décision, c’est TOURÉ qui prendra la place de GIRESSE. Dans le stade du Levski Sofia la rencontre démarre sous un grand soleil. Un soleil qui va jouer un bien mauvais sort. La France perd le toss et bien entendu les bulgares choisissent le bon côté celui qui tourne le dos du mont Vitosha d’où le soleil, à travers, ses crêtes aveuglent ceux qui lui font face. Dans les buts BATS, qui ne porte jamais la casquette va le regretter. 11ème minute, le capitaine bulgare DIMITROV, seul au second poteau, ouvre la marque après un corner de GUETOV et un trouage monumental de BATS qui s’en excuse : « J’étais persuadé d’avoir le ballon. Je suis complètement passé au travers ».

Ce capitaine bulgare Georgi DIMITROV on le connaitra bien en France car il signera à St-Etienne juste après la coupe du monde. Il reste toutefois 79 minutes de jeu. Plus qu’il n’en faut pour égaliser. Mais les français n’auront pas la lucidité, plus la lucidité, plus le coup de reins nécessaires pour concrétiser leur domination, surtout en première période. LE roseau bulgare pli mais ne rompt pas. Au contraire il va même contrer de plein fouet les français. A l’heure de jeu, les bleus encaissent un second but de SIRAKOV, imparable celui-là après un nouveau corner de GUETOV A noter que SIRAKOV aussi viendra en France mais quelques saisons plus tard, en 1992 à Lens. Décidément le championnat de France aime bien accueillir ses anciens bourreaux. Voici ce but en vidéo :


Le tour est joué. La Bulgarie mène 2-0 et ne lâchera plus sa proie. Après quinze matchs sans défaites, l’équipe de France est tombée. PLATINI, conserve malgré tout sa bonne humeur et y va de sa boutade après le match « on ne devrait plus jouer en mai ». La remarque fait sourire mais n’est pas dénouée de tout sens. En 30 ans l’équipe de France n’a gagné que 3 matchs en mai face à…. L’Iran, La Tunisie et les USA. La Bulgarie, une fois de plus (et ce ne sera pas fini), se montre comme la bête noire des français et les terrassent à chaque fois qu’ils viennent à Sofia. Les bulgares se relancent bien dans ce groupe très difficile et à la fin obtiendront eux aussi leur billet pour la coupe du monde mexicaine. Voici la planche panini de la Bulgarie du mondial Mexico 86. Cliquez sur l’image pour la voir en taille optimale et vous verrez une bonne partie des joueurs qui ont fait chuter les champions d’Europe


La fiche du match + le diaporama.





Les 12 français qui ont foulé la pelouse maudite du stade Vassil-Levski












Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...