Finale de la coupe de France 1986 : Bordeaux - Marseille

30 avril 1986, quelques semaines avant le mondial mexicain a lieu la finale de la 69ème édition de la Coupe de France, dernier match d’Alain Giresse avec les girondins de Bordeaux ! Le 519ème et dernier match du capitaine bordelais qui évolue en première division depuis 1970 ! A la veille de cette finale Gigi à un palmarès fourni, des titres de champion, des parcours légendaires en coupe d’Europe (voir le sujet sur le Bordeaux-Juventus de 1985) mais des finales…il n’en n’avait gagné qu’une : celle de l’Euro 1984 face à l’Espagne. Alors, une finale de coupe de France après laquelle courent un peu près tous les footballeurs de France, c’est dire s’il tenait pour son dernier match avec son club de toujours !

En face se dressaient 11 marseillais auteurs d’une saison très moyenne mais le club revient de très loin (voir le sujet sur José Anigo et les minots en D2) et compte sur sa compétition favorite (l’OM avec 9 victoires en coupe à l’époque domine le palmarès) pour illuminer une saison terne et surtout s’offrir l’Europe pour fêter l’arrivée de son nouveau président : Bernard TAPIE. Marseille a eu un parcours relativement simple comparé à Bordeaux (Montauban, Pont St Esprit, Blénod, Racing Paris et Rennes). Tandis que les girondins ont du batailler ferme pour se rendre au Parc des Princes, d’ailleurs c’est là qu’il s’tait rendu en demi-finale pour éliminer le grand favori de l’épreuve et tout nouveau champion de France, le PSG.
Les girondins de Bordeaux sont donc largement favoris de cette 69ème finale, 3ème du championnat, ils viennent d’être champion les deux années précédentes et Aimé JACQUET dispose d’un groupe composé pratiquement que d’internationaux. En face l’OM compte sur ses minots et son attaquant vedette Abdoulaye DIALLO. Le match débute dans une ambiance chaude et la première mi-temps sera une histoire de pénalty. 25ème minute d’un match fermé, une rare attaque des girondins mais d’un classicisme à toute épreuve, centre de Tigana, remise de Reinders et Bade ne résiste pas à l’envie d’accrocher par le bras Bernard Lacombe qui s’écroule. 

Penalty et face à face Uwe Reinders – joseph-Antoine BELL. Je ne sais pas si vous vous souvenez de ce péno mais moi il m’avait marqué ! BELL sur sa ligne qui mets les mains dans le dos et fixant l’attaquant allemand. Je suis sûr que cette attitude à déstabilisé l’allemand (ah si Ettori avait su ça à Séville…) car l’allemand plaça une frappe bien moins puissante que d’habitude et moins bien placée, Bell à la parade repousse le péno qui lui arrive dessus comme si il avait attiré le tir et crée la sensation de ce début de match ! Ensuite à la 38ème minute c’est l’incident du match !! L’arbitre Mr Quiniou ne siffle pas une main, que tout le Parc et la France a vu, de Jacky Bonnevay à 6mètres des buts. Pour son dernier match avec Bordeaux, Alain GIRESSE va péter un boulon !! Jamais personne n’avait vu Gigi dans un tel état. Fou de colère, il poursuivait Joël Quiniou, l’apostrophant, l’invectivant, l’insultant. Pendant quelques secondes, les spectateurs ne se sont pas demandé s’il n’allait pas frapper l’arbitre, stupéfait de découvrir le doux Giresse transformé en un coq ivre de colère. 

Il voulait cette coupe de France pour son départ du club et ne voulait pas qu’on lui « vole ». L’arbitre s’est trompé et n’a pas sifflé, il reconnaitra son erreur après le match en visionnant les images vidéos : « tout a été si vite. J’ai vu deux mains successives, une marseillaise et une bordelaise. Je n’ai donc pas sifflé, je l’ai vu comme ça. Je ne dis pas que j’ai eu raison. Je ne suis pas parfait, je ne revendique pas la perfection. ». Enfin en toute fin de mi-temps, alors que Gigi était encore rouge de colère Martinez s’enfonçais dans la défense bordelaise et Thouvenel en grande difficulté commettait l’irréparable : Pénalty pour l’OM. Olarevic, l’entraineur phocéen avait tranché avant le match, dans cet exercice ce serait Abdoulaye Diallo qui s’y collerait vu qu’il était le plus adroit de ses attaquants devant le but. Dropsy ne mit pas les mains dans le dos, Diallo resta concentré et donna l’avantage juste avant la pause aux marseillais.

De retour des vestiaires, ce sont les marseillais qui prennent les devants de bordelais fatigués pas une longue saison. Diallo, peut être le meilleur joueur sur le terrain, place une frappe dès la reprise qui s’écrase sur la barre des buts d’un Dropsy battu, ce sera le tournant du match. Trois minutes plus tard, le match bascule et l’OM va se mordre les doigts de ne pas avoir mis KO ces girondins épuisés, Rohr effectue un centre, contré qui revient dans les pieds de Tigana, le milieu de l’équipe de France reprend d’une demi-volée pure et qui ne laisse aucune chance à Belle. Tout est à refaire.
Les deux équipes ne se départagent pas, on file en prolongations et là toujours pareil, aucune des deux équipes n’arrivent à faire la différence jusqu’à la 117ème minute. Alors qu’on se dirige tout droit vers une séance de tirs aux buts (logique vu que cette finale est une histoire de pénaltys). Tigana trouve Giresse seul au second poteau, Gigi contrôle parfait du gauche et instantanément l’artiste fait parler son pied droit pour un lob splendide dont la courbe parfaite finit au fond des filets de Bell qui malgré une détente de félin ne peut empêcher le ballon de rentrer. 


Giresse vient de marquer son dernier but pour son dernier match avec Bordeaux et court exprimé sa joie jusqu’à en perdre haleine. Le capitaine bordelais soulèvera la coupe avant de partir finir sa carrière à l’OM. Voici les deux buts en vidéos des girondins, je n’ai pas réussi à retrouver le péno de Diallo et surtout le péno que Bell arrêta les mains dans le dos ! Dommage j'aurais vraiment voulu le revoir.


Voici la fiche du match :
Finale 30 Avril 1986 au Parc des Princes
Bordeaux bat l'OM 2 buts à 1 (0 - 1)
Arbitre Mr Quiniou 45429 Spectateurs
Buts Diallo (45eme sur penalty, Tigana (52eme), Giresse (117eme)
Bordeaux - Dropsy - Thouvenel, Roche, Battiston, Rohr - Girard, Tigana, Giresse, Tusseau - Lacombe puis Lassagen (64eme), Reinders -
OM - Bell - Anigo, Bade, Bonnevay, Galtier - Zanon puis Lorant (103eme), Martinez, Francini - Diallo, Audrain puis Di Meco (56eme)

Girondins de Bordeaux 1985-86 by Panini :

Dominique DROPSY
Jean-Christophe THOUVENEL
Léonard SPECHT
Patrick BATTISTON
Gernet ROHR
René GIRARD
Jean TIGANA
Fernando CHALANA
(sans moustache mais j'en avais déjà parler dans sa Paninomorphologie)

Alain GIRESSE
Uwe REINDERS
Bernard LACOMBE
Thierry TUSSEAU
Marc PASCAL
Aimé JACQUET




















Olympique de Marseille 1985-86 by Panini :

Joseph-Antoine BELL
José ANIGO
Jacky BONNEVAY
Hervé FLAK
Eric BRUNO
Eric BENOIT
Jean-Louis ZANON
Antoine MARTINEZ
Bernard ZENIER
Kenneth BRYLLE
Michel AUDRAIN
Jean-Pierre BADE
Eric DI MECO
Zarko OLAREVIC


3 commentaires:

  1. Le penalty arrêté par Joseph Antoine Bell restera effectivement comme quelque chose qui m aura moi aussi marqué
    Cette attitude extraordinaire d un calme placidien, les mains dans le dos ... Comme si il n y avait rien de si important.
    Et il faut surtout préciser qu il n y avait pas là non plus une attitude hautaine. Pas de cinéma inutile a la manière d un christiano Ronaldo qui écarte les crayons avant ses coup franc ...
    Non juste un mec zen qui a absolument dégagé toute la pression du monde...

    RépondreSupprimer
  2. https://www.youtube.com/watch?v=nlu09NVHIpg

    RépondreSupprimer

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...