Montpellier remporte la coupe de France 1990

Ce Montpellier saison 1989-90 est ambitieux à l’image du recrutement à l’intersaison. Il faut dire qu’en 1988 et pour son retour en D1, Montpellier avait surpris son monde en finissant 3ème. S’en était suivi une saison dans le ventre mou malgré l’arrivée d’une vedette internationale (voir le sujet sur le transfert à Montpellier de Carlos VALDERRAMA), Donc au cours de l’été 1989, Loulou Nicollin frappe un grand coup en recrutant l’ancien coach de Bordeaux, Aimé Jacquet. Mais surtout, il tente la doublette improbable Paille - Cantona, enfants terribles du foot français mais si efficace en équipe de France espoirs il n’y a pas si longtemps, qui doit conduire le MHSC vers les sommets. Arrivé également le milieu hollandais Wilbert Suvrijn ainsi que Vincent Guérin. Avec un tel effectif, Montpellier joue bien plus que le maintien, c’est l’Europe qui est en ligne de mire…

Très vite, au gré de résultats irréguliers, Montpellier navigue dans le ventre mou et au sein de l’effectif, des dissensions apparaissent. Aimé Jacquet à qui certains joueurs ont été plus ou moins imposés est vite dépassé. Dans le vestiaire 2 clans éclatent, avec d’un côté les stars (Paille, Cantona, Wilbert Suvrijn, Julio César…) et de l’autre les tauliers de l’équipe (Franck Lucchesi, Pascal Baills, Jean-Claude Lemoult…) Forcément dans un tel climat, l’équipe ne peut vraiment performer en championnat. A la trêve, le club occupe une bien triste 18ème place. Pour calmer le vestiaire, Stéphane Paille est le bouc émissaire et prêté à Bordeaux mais cela ne suffit.
Au mois de février, Loulou Nicollin vire Aimé Jacquet et fait revenir Michel Mézy qui va s’employer à assurer le maintien. Ce changement se bénéfique à l’équipe qui va réussir à se sortir de ce mauvais pas en enchainant quelques matchs sans défaites. Le club finit même plutôt bien la saison, sans doute retrouvant la confiance grâce au bon parcours en Coupe. 

Ne perdant pas au cours des 4 derniers match, les héraultais finissent à la 13ème place. C’est la coupe de France qui sera la bouée de sauvetage de l’équipe où Montpellier atteint la finale face à une autre déception de ce championnat le Racing de Paris. Montpellier-Racing Paris 1 en finale de la Coupe de France, c'est un peu l'histoire de deux équipes ayant raté leur saison et qui se voient offrir une ultime chance de briller. D'ores et déjà avant même que ne débute cette finale, nous savions, d'une part, que Montpellier (14e) venait de sauver in extremis sa place en D1 et, d'autre part, que le Racing (19e) descendait. Des deux côtés, les ambitions avaient été revues à la baisse en cours de route.

Cette finale représentait donc pour les deux clubs la dernière occasion de remercier leur public et de montrer que le talent était présent. Montpellier qui a un tirage facile en éliminant Istres, Louhans et Avignon, mais tout de même Nantes en 1/8eme réalise l'exploit de s'imposer à Saint-Etienne par 1 but à 0 en demi-finale grâce à Eric Cantona qui se rachète de son élimination Bordelaise de la saison passée avec une Panenka pleine d'arrogance et de dédain lors dune séances de tirs aux buts fatale aux girondins ainsi que de l'avenir de Canto à Bordeaux. Cette demi-finale est dantesque. Sous une pluie battant, Montpellier ouvre le score par l’intermédiaire d’Eric Cantona à la 36ème. A la 66ème, Carlos Valderrama est expulsé à la 66ème mais bien que réduits à 10, les héraultais tiennent, grâce à leur gardien, le vieillissant Albert Rust. Voici le but et la parade de RUST en vidéo :

video

Montpellier est en finale et affrontera au Parc des princes, un Racing Paris qui a réalisé l’exploit de cette coupe avec un Pascal OLMETA en feu ! 

Tout d’abord en ¼ de finale c’est lui, qui arrache les prolongations en montant sur un corner dans les arrêts de jeu et gêné Joseph Antoine BELL permettant à Sobrinho d’égaliser. Lors de la séance des tirs aux buts, le portier corse effectue l’arrêt qui sera décisif !! Le Racing condamné à la D2 débarque alors en future victime au Vélodrome face à l’OM tout juste éliminé par la main de Vata en ½ finale de la coupe d’Europe. Et pourtant ce soir les parisiens se révoltent et crée l’exploit d’éliminer Marseille, le champion et tenant du titre sur ses terres, l’homme du match étant encore une fois de plus : Pascal OLMETA ! Véritable héros de cette fin de saison qui rêve de la coupe et d’une entrée fracassante dans son Parc des Princes à cheval

Avouons toutefois que cette finale de la coupe de France entre le 14e et le 19e du championnat fut morne, tout comme l’entrée d’Olmeta sur la pelouse, l'enjeu a-t-il tué le jeu ?

Peut-être car la partie offerte ce soir du samedi 2 juin par les vingt-deux acteurs n'est pas à la hauteur des attentes du public du Parc des Princes. Il aura fallu attendre la prolongation, et même son dernier quart d'heure, pour voir cette partie se délier et offrir trois buts pratiquement coup sur coup. Deux pour les Héraultais, un seul pour les Parisiens. Ce sont les hommes du Président Louis Nicollin qui joueront en Coupe des Coupes la saison suivante. Il ne reste que les yeux pour pleurer aux joueurs et dirigeants du Racing. Les Montpelliérains du capitaine Laurent Blanc reçoivent le trophée et sauvent leur saison tandis que le Racing vient de vivre ses dernières minutes sous les lumières des projecteurs.


La fiche de la finale

Finale le 2 Juin 1990 au Parc des Princes
Montpellier bat Racing Paris 1 par 2 à 1 (0-0, 0-0)
Arbitre Mr. Gérard Biguet,45 976 spectateurs
Buts Blanc (103eme) et Ferhaoui (108eme) pour Montpellier; Ginola (109eme) pour Paris.
Montpellier HSC : Rust -Baills, , Júlio César da Silva, Laurent Blanc (Cap.), Lucchesi- Lemoult, Ferhaoui, Ayache - Xuereb, Guérin, Éric Cantona.
Entraîneur : Michel Mézy
Racing Paris 1 :  Pascal Olmeta - Dangbeto, Thétis, Milojevic, Bade - Ben Mabrouk (Cap.), Blondeau, Bouderbala - Aïd (puis Sobrinho, 57eme), David Ginola, Avenet.
Entraîneur : Henryk Kasperczak

Enfin voici cette équipe de Montpellier 1989-90 by Panini :

Albert RUST
Franck LUCCHESI
Michel DER ZAKARIAN
Julio CESAR
Pascal BAILLS
Wilbert SUVRIJN
Laurent BLANC
Kader FERHAOUI
Vincent GUERIN
Eric CANTONA
Stéphane PAILLE
Jérôme PALATSI
Jean-Claude LEMOULT
Daniel XUEREB
Aimé JACQUET


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...