22Août 1998 OM-Montpellier 5-4 (0-4)

Vous êtes nombreux à avoir demandé un sujet sur ce match alors juste avant la finale de la coupe de la Ligue, ça me paraissait le meilleur moment de parler de cette rencontre, la plus marquante dans l’historique entre les deux clubs. Ce match je ne l’ai jamais vu, seulement des résumés mais sur le web on trouve beaucoup d’infos sur le sujet et à mon sens c’est sur le site d’OM4ever, qu’on retrouve le meilleur topic. En tout cas c’est sur cette page que j’ai cherché les infos et surtout le scitations que vous allez retrouver dans le sujet ci-dessous.
Nous sommes encore dans l’été 1998 et l’euphorie de la coupe du monde, Marseille avec 3 champions du monde ne pense alors qu’à une seule chose ! Le tire de champion. Rolland COURBIS a dépenser sans compter (ce qui lui vaudra des petits démêlés avec la justice), l’OM c’est une constellation de vedettes, une machine programmé pour être championne de France.
Et cette première mi-temps au Vélodrome laisse pantois les 55 000 spectateurs qui voit tout sauf un futur champion de France ! 4 actions montpelliéraines et 4 buts ! COURBIS n’en revient pas : « Pendant qurante-cinq minutes, nos adversaires ont parfaitement joué le coup et marqué quatre buts en cinq occasions. Une efficacité monstrueuse, largement facilitée il est vrai par notre propre production. Nous n'étions même pas mauvais, nous étions carrément ridicules ! J'avis même déjà commencé à préparer les excuses, tellement j'avais honte ». Le problème pour COURBIS est de trouver un équilibre sur le terrain notamment au milieu où il dispose de nombreux joueurs offensifs. Il est facile d’aligner 4 joueurs à vocation offensives (Pires, Gourvennec, Maurice, Ravanelli) mais du coup l’OM s’expose aux contre et ce soir là, c’est arrivé 4 fois en 1 seule mi-temps !

L’un des recrues estivales, Robert PIRES raconte comment il a vécu ce naufrage : « Lorsque vous arrivez dans un club comme l'OM, vous vous faites une joie de jouer au Vélodrome. Mais là, en l'espace de quarante-cinq minutes, je me suis retrouvé en plein cauchemar. J'avais l'impression d'être sur un bateau qui coulait petit à petit, qui faisait naufrage. Les buts défilaient et on ne faisait rien pour freiner notre chute »
A la mi-temps, les deux équipes rentrent aux vestiaires sur ce score improbable, même les montpelliérains n’en reviennent pas de ce 0-4 net et sans bavures. Dans le vestiaire phocéen, COURBIS ne lâche pas le morceau et exulte ses joueurs, n’essayant pas de leur faire croire l’improbable mais tout simplement d’éviter le pire ! Dixit : « En continuant de la sorte, on risquait de rentrer aux vestiaires en fin de match avec six ou sept buts dans les valises. A domicile, cela fait un peu désordre ! Alors, j'ai simplement rappelé aux gars que nous avions une mi-temps pour prouver que nous avions quelque chose dans le pantalon. C'est toujours facile à dire, mais c'est très réconfortant lorsqu'on arrive à ce résultat »

La 2ème mi-temps débute par le tournant de cette rencontre. Pascal FUGIER se présente seul face à Porato pour le 0-5 et perd son duel, à ce moment là Montpellier à montré qu’il pouvait aussi louper des buts, l’OM se met en place mais il faudra attendre la rentrée de DUGARRY pour assister aux plus incroyable des come-backs. 60ème minute le champion du monde entre sur le terrain, 61ème minute, premier ballon de Dugarry débordement et centre sur la tête de Maurice et 1er but marseillais, rentrée décisive pour DUGA et ce n’est qu’un début !! Il ne reste que 30 minutes mais tous les marseillais y croient ! DUGARRY démontre son nouveau statut du 12 juillet et prend tous les ballons de la tête et est inarrêtable tel un soir de coupe d’Europe en 1996 face au Milan AC, DUGA réduit le score à 2 reprises : 64ème et 71ème ! Plus qu’un but de retard et à la 84ème c’est le milieu Eric ROY qui égalise ! Mais on sent bien que l’OM ne va pas s’arrêter là. Poussé par une ambiance incroyable on a l’impression que les marseillais jouent en supériorité numérique et n’arrête pas de pousser sur les cages de Bruno MARTINI et ce qui devait arriver arriva. Sur une pénétration pleine de fougue d’un Robert PIRES métamorphosé par rapport à la 1ère mi-temps, la défense montpelliéraine, dépassé, commet l’irréparable en fauchant l’ancien messin, la sentence est sans appel : péno à la 90ème. 

Pour le tirer, un joueur qui a de la glace dans les veines, le président Laurent BLANC pour porter l’estocade finale à son club formateur. Le libéro champion du monde ne tremble pas et réussit le but improbable une demi-heure plus tôt ! Marseille réussit un des plus incroyables exploits de l’histoire du championnat, un exploit pourtant qui n’étonne pas plus que ça Laurent BLANC : « J'avais en effet déjà connu pareil renversement de situation avec Barcelone en quarts de finale retour de la Coupe d'Espagne face à l'Atletico Madrid. Menés 0-4 à domicile, après avoir perdu à l'aller 0-1, nous avions finalement gagné 6-4 en inscrivant le but de la qualification dans les ultimes secondes. C'est marrant, mais j'ai pensé à ce match à partir du moment où nous avons marqué notre second but »
En attendant la présentation des 2 équipes, voici le résumé en vidéo et la fiche du match :


22 Août 1998 Stade Vélodrome
OM bat Montpellier 5 à 4 (0 - 4)
Arbitre Mr Sars 56070 Spectateurs
OM PORATO, GALLAS, BLANC, DOMORAUD, BLONDEAU, ROY, GOURVENNEC (CAMARA 46'), BRAVO (DUGARRY 60'), PIRES, MAURICE, RAVANELLI Entraineur COURBIS
MONTPELLIER MARTINI, BAILLS, SAUZEE, SILVESTRE, FUGIER (MAHOUVE 65'), SERREDSZUM, ROUVIERE, DOS SANTOS, GRAVELAINE, BAKAYOKO (DELAYE 73'), ROBERT Entraineur GASSET
BUT BAKAYOKO (15' et 34'), ROBERT (19'), SAUZEE (23')
MAURICE (61'), DUGARRY (64' et 71'), ROY (84'), BLANC (90' s.p.)

L’équipe de Marseille 1998-99 by Panini :


Stéphane PORATO

Patrick BLONDEAU

Patrick COLLETER

Cyril DOMORAUD

William GALLAS

Pierre ISSA

Frédéric BRANDO

Laurent BLANC

Jocelyn GOURVENNEC

Daniel BRAVO

Robert PIRES

Peter LUCCIN

Eric ROY

Florian MAURICE

Christophe DUGARRY

Titi CAMARA

Fabrizio RAVANELLI



















L’équipe de Montpellier 1998-99 by Panini :


Bruno MARTINI

Pascal BAILLS

Manuel DOS SANTOS

Nenad DZODIC

Pascal FUGIER

Franck SAUZEE

Franck SYLVESTRE

Cédric BARBOSA

Philippe DELAYE

Xavier GRAVELAINE

Marcel MAHOUVE

Jean-Christophe ROUVIERE

Cyril SERREDZUM

Didier AGATHE

Frédéric GARNY

Laurent ROBERT

Didier THIMOTHEE

Philippe FLUCKINGER











Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...