Les "verts" de 1976 vu par Robert HERBIN

Voilà une étape particulière dans notre tour de France de l’année 1976 : l’AS St-Etienne. Les verts qui viennent de faire le doublé coupe-championnat en 1974 et 1975 dominent le foot français et si il sont encore champions en cette saison 1975-76 tous leurs desseins sont tournés vers al coupe d’Europe, mais ça on va en parler prochainement. Pour ce tour d’horizon 1976, il me semblait léger de ne mettre que les commentaires des éditions Panini comme pour les équipes précédentes, donc pour chaque joueurs vous trouverez en outre l’avis du « Sphynx » Robert HERBIN sur chacun de ses joueurs à l’issue de cette formidable saison 75-76 :

Yvan CURKOVIC
Panini : Gardien de but exemplaire par ses qualités naturelles et son autorité. International yougoslave.
Herbin : « D’abord et avant tout, c’est un grand gardien : avec une détente exceptionnelle, aussi bien horizontale que verticale, une prise de balle pleine de sûreté et des réflexes étonnants. Mais il est aussi beaucoup plus, un patron, qui dirige le jeu, qui commande sa défense et qui a une énorme influence sur elle. Sa classe éclate chaque jour, mais, pour moi, elle est surtout évidente dans ces matchs de championnat où il n’est pas très sollicité mais où il réussit toujours les 3 ou 4 interventions délicates qu’il a effectuer. »

Pierre REPELLINI
Panini : Défenseur, demi ou même attaquant. Footballeur sérieux, solide, rigoureux. 4 sélections A.
Herbin : « très bonne technique du pied gauche, très agressif, il gagnerait parfois à avoir plus de stabilité dans le tempérament, à être moins nerveux. Il est vrai que c’est un grand sentimental…Il doit aussi surveiller son poids car ila une légère tendance à s’étoffer et alors il manque de jus. »





Gérard JANVION
Panini : Défenseur ou demi. A imposé sa rigueur et sa combativité. Une sélection en équipe de France.
Herbin : « Je ne l’ai encore jamais chronométré sur 100 mètres, mais je serais curieux de connaitre son temps. Il est d’une rapidité incroyable et toutes ses qualités physiques sont exceptionnelles. Il était venu au club comme attaquant et nous l’avons transformé en défenseur. C’est un joueur dont tout entraineur a besoin car il est intraitable sur l’homme. Rappelez-vous comment en 4 mois, il a mis sous l’éteignoir Blokhine, Hoeness, Van de Kerkhof, Surjak, Paulo Cesar et bien d’autres. Il a besoin qu’on lui assigne une tâche bien précise, qu’on lui confie un rôle défini, mais il progresse sans cesse et il n’a plus, ou en tout cas bien atténués des excès de virilité qui étaient souvent dus aux réflexions blessantes de certains de ces adversaires »

Osvaldo PIAZZA
Panini : Défenseur central. International argentin. Pivot de la défense stéphanoise, contre attaquant magnifique.
Herbin : « Voilà aussi un joueur qui, malgré toutes ses qualités, a besoin d’être situé par rapport à un adversaire. A Kiev, parce que les attaquants soviétiques permutaient sans cesse, parce que son avant centre fuyait, il n’a pas réussi un bon match. Mais quelle puissance, quelle technique, le véritable argentin ! Défensivement il est excellent et aussi très efficace quand il emmène ses longues percées en contre attaque. C’est un gagneur, qui stimule les autres, qui les réveille par sa générosité. Il a mis un certain temps pour s’imposer, peut être parce qu’on l’avait pris comme libéro, alors qu’en fait il faut lui donner une place bien déterminée. »

Gérard FARISON
Panini : Arrière gauche très sûr. Capable de jouer également au centre. Brillant dans le jeu offensif.
Herbin : « Il est venu tard au professionnalisme mais que de progrès en quelques années chez ce garçon, très attachant, tout neuf physiquement, et qui peut encore jouer un bon moment à l’échelon le plus élevé. C’est un peu un cas dans l’équipe, car à l’entrainement il est loin d’être rayonnant. Il est fait pour la compétition et il se retrouve toujours totalement en match, quand il peut libérer entièrement son immense générosité »




Christian LOPEZ
Panini : Défenseur central (libéro) remarquable pour son activité et son placement. 2 sélections A
Herbin : « Sa meilleure qualité, c’est son coup d’œil extraordinaire. Il n’est certes pas rapide, mais il a un tel jaillissement sur 5 ou 6 mètres qu’il sauve une foule de situations. Pour progresser encore, il doit travailler sa relance qui reste souvent approximative, et faire disparaitre aussi cette inquiétude qui le poussait, en début de saison, à avoir peur d’entrer sur le stade de Geoffroy-Guichard. Cela viendra, car c’est un joueur qui écoute beaucoup. »




Alain MERCHADIER
Panini : Défenseur puisant, énergique et généreux. 5 sélections A depuis 1973.
Herbin : « Difficile de juger ces derniers mois, car il a été accablé par la malchance. On dit souvent que c’est un casseur de jambes. Je ne suis pas d’accord du tout. C’est un charmant garçon, dur dans les contacts athlétique, mais qui a surtout eu le malheur de blesser Marco et Bianchi alors que tous deux n’étaient pas complètement rétablis de blessures précédentes. Depuis il traine une mauvaise réputation qui lui cause un préjudice que je n’admets pas. »




Jean-Michel LARQUE
Panini : Milieu offensif à la technique très pure. Capitaine exemplaire. 11 sélections A
Herbin : « Auparavant il faisait trop confiance à ses qualités techniques, mais il a compris qu’il devait se livrer totalement et contribuer physiquement à la générosité de l’ensemble. Son rayonnement sur la formation est important. C’est lui qui donne le ton. Quand j’ai quelque chose à lui dire je n’hésite pas, mais je n’ai jamais eu de difficulté avec lui. C’est un professionnel très consciencieux et il m’arrive souvent de lui confier la direction de l’entrainement. »




Christian SYNAEGHEL
Panini : Milieu de terrain aussi à l’aise en défense qu’en attaque. Une sélection A en 1974.
Herbin : « Il est plus offensif que Bathenay, mais c’est aussi un bon défenseur au point que je l’ai même utilisé en arrière latéral. Il gagnerait à être plus précis dans ses passes, mais ila une telle activité qu’il est bien évident que, sur le nombre, il doit en manquer quelques unes … »







Dominique BATHENAY
Panini : Milieu de terrain à l’extraordinaire abattage défensif et offensif. Une sélection A.
Herbin : « C’est une des grandes confirmations de la période présente. Bon pied gauche, bon tir, bon jeu de tête, et jamais impressionné, quel que soit l’adversaire ou le climat du match. Non seulement il est de marbre, mais aussi il sait se placer tout seul sur le terrain en fonction du jeu, en fonction de la position des autres. Il pourrait, et peut-être s’y décidera-t-il un jour, faire un bon libéro, ce poste de milieu de terrain lui convient à merveille. »




Dominique ROCHETEAU
Panini : La plus éblouissante révélation de la saison comme ailier droit. 3 sélections A.
Herbin : « Après la demi-finale perdue en 1975 face au Bayern, un journaliste m’avait demandé si nous n’allions pas engager un attaquant pur renforcer le potentiel offensif. J’avais alors répondu que nous avions déjà ce grand attaquant, et qu’il s’appelait ROCHETEAU. Il a éclaté cette saison, et heureusement la gloire nouvelle ne le perturbe pas. Il reste attentif, travailleur, efficace, il garde la soif de buts même s’il a payé au mois de mai dernier tous les efforts consentis jusque là. »




Jacques SANTINI
Panini : Milieu de terrain sobre, précis, clairvoyant. International junior.
Herbin : « Ce n’est pas un remplaçant. Il a joué les ¾ des de la saison et il a disputé la finale de la coupe d’Europe. Il est calme, lucide, bon technicien, et très écouté de ses camarades. Son jeu ressemble un peu à celui de Larqué, avec peut être moins de brio et plus de constance. »








Hervé REVELLI
Panini : Avant-centre. Buteur-né très tôt révélé. 29 sélections A de 1966 à 1975.
Herbin : « Voilà longtemps qu’il roule sa bosse sur les terrains et il continu à donner toute satisfaction. Il est d’un sérieux exemplaire à l’entrainement, très collectif, quelques fois même un peu trop. Sa carrière n’set pas terminée. »








Patrick REVELLI
Panini : Ailier naturel, rapide. Insaisissable, généreux. 3 sélections A en 1973 et 1974.
Herbin : « C’est pour moi la satisfaction n°1. Il s’est imposé dans tous les matchs importants, à des postes pourtant différents, aussi bien à l’aile droite qu’à l’aile gauche. C’était pourtant difficile pour lui car il a longtemps été la cible du public de Geoffroy-Guichard et de la presse. »







Christian SARRAMAGNA
Panini : Ailier gauche. Un des plus doué de sa génération, mais fragile. 3 sélections A en 1973 et 1974.
Herbin : « Il a traversé des périodes noires, mais j’espère que maintenant tout est terminé. C’est un vrai gaucher, un ailier qui ne cesse de progresser, et si je dois lui faire un reproche, c’est de ne pas utiliser assez son exceptionnelle frappe du gauche pour tirer au but. Il devrait causer des ravages. »





Robert HERBIN
Panini : Formé au Cavigal de Nice. A fait toute sa carrière de joueur à Saint-Etienne comme demi ou arrière central. 23 sélections de 1960 à 1968. Devenu directement entraineur de l’ASSE, a connu aussitôt la réussite.


L'écusson de l'ASSE


1 commentaire:

  1. J'ai du mal à croire que Larqué fut un joueur très doué techniquement tant il paraît conservateur aujourd'hui! En revanche ses analyses laissent présager qu'il devait avoir une vista au dessus de la moyenne

    Malouda a un petit air de Janvion lol! Eh oui les stades espagnols n'ont pas inventé "les remarques blessantes" n'est ce pas :-(

    RépondreSupprimer

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...