Le France-Croatie de 1998

Le France-Croatie, le seul celui de 1998 !

Bien sûr l’image qu’il nous reste à tous c’est celle de Thuram à genoux, incrédule se demandant où il est. IL dira lui-même d’ailleurs : « Je ne marque jamais, même à l’entrainement, je n’y comprends rien. Si je suis tombé à genoux ce n’est pas par émotion mais par incompréhension ». Thuram sera l’homme de ce match indiscutablement. Après une première mi-temps très fermée, encore plus que le France-Italie en ¼ de finale, le scénario à la reprise est bien mal engagé pour les bleus. Thuram couvre un Davor SUKER intenable pendant ce mondial qui vient crucifier Barthez. Alors que dans ce match des plus serrés on se disait que la décision irait sûrement au premier qui marquait, Thuram nous laissera même pas le temps de répéter cette phrase dit à la mi-temps dans toutes l es chaumières de France, ni même de se remémorer Séville un 08 juillet aussi mais 16 ans plus tôt. Alors que la régie TV passait le ralenti du but de Suker il fut rapidement interrompu pour revenir au match et nous montrer un Lilian THURAM, revanchard, récupéré dans les pieds d’un Boban, curieusement passif, un ballon précieux transmis à Djofkaeff qui lui rend admirablement pour un face à face avec le portier croate victorieux pour le guadeloupéen. Mieux à la 70ème le défenseur de Parme va offrir le but de la qualification, hélant Thierry HENRY de venir en appui, il arrache, il force le une-deux pour conclure d’une magnifique frappe enroulée du gauche, d’une grande technicité et de sens du but. Chez les bleus il n’avait jamais marqué avant et il ne le refera plus jamais ensuite. C’était son jour son match, le moment le plus intense de sa grande carrière. 

Car cette demi-finale était intense. Les Français jouaient leur 4ème demi-finale de coupe du monde, ils avaient perdus les 3 premières. Les croates eux sont nouveaux sur la scène internationale mais les joueurs croates sont des habitués du haut niveau et ils viennent d’atomiser à Gerland en ¼ de finale les allemands 3-0. Déjà nombre d’entre eux étaient de ce qu’on a appelé dans feu la Yougoslavie : « la génération dorée » (voir le sujet sur les champions du monde yougoslaves des moins de 20 ans 1987). Les Boban, Prosinceki, Jarni, Stimac, Boksic (le pauvre il avait déjà raté le mondial au Chili de 87, il ratera aussi le mondial sur blessure, une chance pour les français) étaient de cette génération eux qui figurent alors dans les plus grands clubs d’Europe. C’est un match très fermé avec des joueurs présents dans tous les plus grands clubs d’Europe et qui ont l’habitude de ces matchs du haut niveau. Pourtant le match va se décanter en une minute sur deux erreurs inhabituelles et faites par deux des meilleurs joueurs de cette coupe du monde. La première, étonnante, est celle de Lilian THURAM qui inattentif couvre SUKER et ne joue pas le hors-jeu. La seconde est celle de Boban, le maitre à jouer croate et du Milan AC, qui connait bien Thuram pour jouer toute l’année contre lui. Mais qui sera pourtant coupable de passivité en portant trop son ballon devant les buts de Ladic. La suite on la connait. 

C’est Thuram qui donne l’avantage puis un match crispant et intense, la preuve c’est qu’à chaque relâchement coupable d’un joueur il y a but ou occasion de but c’est le très haut niveau, bon d’un coté c’est normal en demi-finale de coupe du monde c’est autre chose qu’un tournoi de sixte. Mais les joueurs se donnent à fond, j’ai encore le souvenir de Zidane vomissant sur le bord du terrain à 10 minutes de la fin. D’autant que les bleus jouent à 10 depuis la 76ème minute et que Laurent BLANC s’est rendu coupable d’une erreur de jeunesse en répondant aux provocations du truqueur et roublard Slaven BILIC. Certes l’attitude du croate est limite, tout comme le sera plus tard celle de Materazzi, mais le Président en craquant nerveusement pénalise ses co-équipiers et lui-même aussi en ne jouant pas la finale, mais la finale les bleus n’y sont pas encore. Les croates ne trouvent pas la solution devant un bloc très compacte et solidaire, mieux en contre Zidane rate le but de la délivrance, il faut patienter. 93ème les croates tentent le tout pour le tout, Vlaovic tente sa chance, désespéré, la frappe est contrée et par dans les airs pour retomber dans le but, la France tremble mais par Barthez. La main ferme il claque le ballon en corner, une dernière sueur sur le coup de pied arrêté puis la délivrance, la France jouera sa première finale de coupe du monde. Voici en images le film du match sans commentaires, car comme le dit Maxwell "ce n'est pas la peine d'en rajouter"


Après 58, 82 et 86 les bleus remportent enfin une demi-finale de coupe du monde avec la suite qu’on connait mais pour moi, ce match fût le plus dur de la coupe du monde pour l’équipe de France. Plus que le Paraguay ou l’Italie, qui étaient déjà coton côté suspens et tension nerveuse, mais là c’était l’apothéose, c’est pour ça que spontanément toute la France est descendu dans la rue pour scander Thuram président, remarquez un jour ce sera peut être le cas, le plus drôle quand on relit les interviews, d’avant et d’après match, c’est cette intervention de Blazevic juste avant la rencontre et qui estimait que le seul point faible de l ‘équipe de France était les arrière latéraux, en marquant du doigt Lilian THURAM : « Thuram, comme Lizarazu, monte tout le temps et abandonne son devoir élémentaire en ouvrant son couloir ». Si le match s’était arrêté à la 46ème minute il aurait eu raison mais le mot de la fin c’est Thuram qui l’aura « Tout peut arriver en football » même marqué les deux seuls buts de sa carrière en 146 sélections le même soir, pour ouvrir les portes de la finale de la coupe du monde aux français.

En attendant la présentation des 2 équipes, voici les deux actuels sélectionneurs, principaux protagonistes de cette demi-finale :


Voici la présentation des deux équipes par Panini. A noter tout de même les beaux manqués côté français avec les présences d’Ibrahim Ba, Florian Maurice ou Lionel Letizi (voir à ce titre le sujet sur les ratés panini des bleus 1998) mais bon d’un côté il falalit être madame Irma pour savoir qu’Aimé JACQUET prendrai le petit Bernard Diomède. A la fin du sujet j’ai mis les planches originales de l’album 1998. C’est quand même un super plateau, digne d’une demi-finale de coupe du monde !

L'équipe de France

Fabien BARTHEZ
Lilian THURAM
Laurent BLANC
Vincent CANDELA
Marcel DESAILLY
Ibrahim BA
Zinedine ZIDANE
Didier DESCHAMPS
Robert PIRES
Christian KAREMBEU
Youri DJORKAEFF
Florian MAURICE
Stéphane GUIVARC’H
David TREZEGUET
Thierry HENRY
Lionel LETIZI
Le Footix français
L’équipe de France (avec Laslandes, Ba et Pierre Laigle)


L'équipe de Croatie

Drazen LADIC
Goran JURIC
Dario SIMIC
Nicola JERKAN
Slaven BILIC
Zvonimir SOLDO
Robert JARNI
Mario STANIC
Robert PROSINECKI
Zvonimir BOBAN
Aïocha ASANOVIC
Alen BOKSIC
Davor SUKER
Goran VLAOVIC
Igor CVITANOVIC
Marijan MRMIC
Le Footix croate
L’équipe de Croatie

1 commentaire:

  1. Moi aussi j'ai vomi, mais au coup de sifflet final^^
    Tout à fait d'accord avec toi Alex, contre le Paraguay on s'arrachait les cheveux mais on ne craignait pas grand-chose défensivement, contre l'Italie il y a bien l'alerte Baggio, mais à côté de cela, peanuts...
    Mais les Croates...j'y pense souvent à ce match, et je ne me souviens pas d'un souvenir foot plus stressant que ce dernier quart d'heure.
    Et Suker, six buts, un contre chaque adversaire, pas le genre je mets un quadruplé et ensuite je glande, donc la très très grande classe.

    RépondreSupprimer

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...