Les flops soviétiques : Rinat DASSAEV

Rinat DASSEV, le meilleur gardien au monde, l’héritier de « l’araignée noire » YACHINE, lui aussi n’échappera pas au flop retentissant lors de son passage à l’Ouest. DASSAEV dans les années 80 était tout simplement le meilleur gardien du monde ! Lors de l’exode des joueurs soviétiques (voir les sujets sur Khidiatouline ou Tcherenkov), DASSAEV fut l’un des joueurs sur lesquels il y avait le plus d’attente car même vieillissant le tatar demeurait l’un des tous meilleurs joueurs au monde. DASSAEV choisira l’Espagne et le FC Séville et on va se rendre compte avec l’ancien gardien du Spartak de Moscou que les joueurs soviétiques vont rapidement être confronté à leur méconnaissance de l'économie de marché. Dassaev est notamment abusé par des dirigeants sévillans peu scrupuleux. On raconte que son premier contrat au club espagnol atteignait tout juste 6.000 francs par mois (environ 900 €). 

Comme la plupart de ses compatriotes, Dassaev ne s'adapte pas au football de l'Ouest, son talent n'est pas remis en cause, mais le changement d'univers s'est avéré trop brutal. Et tout comme Tcherenkov je ne pense pas que DASSAEV était dopé à mort pour les compétitions internationales, tout du moins cela me paraitrait pas très opportun pour un gardien mais bon Barthez et Lama ont bien été contrôlé positifs….
L’arrivée de DASSAEV à Séville a quand même été vécue comme un grand moment du foot et notamment par les supporters sévillans, ils étaient 3 000 à l’accueillir à l’aéroport. Pourtant les supporters vont déchantés assez rapidement, surtout que la rumeur ne commence pas tarder à circuler dans les rues de Guadalquivir, la ville où réside le grand Rinat, que ce dernier fréquente assidument les débits de boissons. La rumeur nait à la suite d’un accident de voiture, Rinat se serait retrouvé dans le fossé qui longe l’université de la ville. Ce soir-là, DASSAEV se pète 3 doigts ce qui est assez embêtant pour un gardien (je pense à notre ami Helmuth DUCKADAM) et la presse donc s’intéresse au fait divers. Les témoins de l’affaire, des riverains, prétendent que ce serait la 3ème fois que Rinat échoue dans le même fossé. Il ne fera que 2 saisons en Espagne et de toute façon il n’était plus que l’ombre de lui-même depuis qu’il avait débarqué en Andalousie. Lobanovski lui-même l’avait déjà déchu de son trône. Lors de la coupe du monde 1990 après le premier match de l’URSS et une défaite face à la Roumanie, Lobanovski décide de ne plus aligner DASSAEV et stoppe par conséquent la grande carrière internationale du portier tatar, commencé 11 ans plus tôt et qui compte 91 sélections !

Et pourtant DASSAEV était un homme de base de Lobanovski, un des rares à ne pas évoluer au Dynamo de Kiev (voir le sujet sur l’équipe d’URSS de Lobanovski 1986/88). RASSAEV va démontrer une incroyable longévité et solidité dans ses cages, ne ratant aucun grand rendez-vous. Rinat Dassaev était un gardien longiligne au style sobre et sans fioritures. Quasiment imbattable sur sa ligne, il préférait le placement sûr aux sorties héroïques. Ses blocages de ballon impressionnaient autant que son sang-froid et sa concentration. C’est lors de la coupe du monde 1982 que DASSAEV éclate aux yeux grand public. L’URSS affronte pour son premier match le grand Brésil de Télé Santana avec les vedettes que sont Zico, Socrates, Falcao, Eder… et pendant 75 minutes, DASSAEV tient en échec à lui tout seul une marée auriverde. Le Brésil, mené au score depuis la 33ème minute, pousse mais DASSAEV est intraitable. Il craquera 2 fois mais sur 2 exploits de Socrates et Eder. DASSAEV, avait déjà fait le maximum et franchement il n’est pas lâché par sa défense sur ce but ?

video

Toutefois DASSAEV impressionne tout le monde et dans les médias en ont fait le meilleur gardien du mondial espagnol, la même année il sera également élu meilleur joueur du championnat d'URSS ! On le retrouve 4 ans plus tard au Mexique dans le groupe de la France. Ce match était le sommet de ce premier tour entre deux prétendants à la victoire finale. DASSAEV a déjà sévi contre les joueurs français, quelques mois avant les nantais ont eu toutes les peines du monde à se débarrasser du Spartak de Moscou en 1/8ème de finale de la coupe de l’UEFA, 1-1 à la Beaujoire après un exploit des canaris et une victoire 1-0 à Moscou avec un but sur penalty de Pierre MORICE. Sinon il fallait remonter à 1983 pour voir DASSAEV en France, lors d’un match amical avec l’URSS au Parc des Princes où les deux équipes se quitteront sur un score nul 1 partout (but de Fernandez sur passe de Platini). 

En 1986 à Léon au Mexique les 2 équipes se séparent à nouveau sur un score de 1 partout et toujours avec un but signé Luis FERNANDEZ, qui ne se gardera pas de se vanter d’avoir planté deux pions en deux matchs au meilleur gardien du monde ! Dans ce match la France a réussi à prendre le dessus et je me souviens qu’à peu de chose de près elle n’était pas loin de l’emporter, il y a ce coup franc magnifique de Platini sur le poteau qui scotcha DASSAEV sur sa ligne et surtout dans les dernières minutes il y a cette action de Papin sur un superbe débordement de Stopyra. Je me souviens très bien de cette action car à l’époque le commentaire de Piantoni (là par contre je suis moins sûr) m’avait assez choqué. L’ancien buteur du Stade de Reims, sur la parade de DASSAEV face à une tête plongeante de JPP à bout pourtant s’était exprimé : « ah ce DASSAEV quelle chance il a ». Je salue l’esprit cocardier de l’ancien avant-centre mais tout de même il ne s’agissait pas de Joe le Clodo en face! D’ailleurs je vous laisse juge (désolé y’a pas le ralenti, je ne l’ai pas retrouvé) :

video

Un autre match qui m’avait marqué de DASSAEV c’est celui du premier tour de l’Euro 88 face à la Hollande de Gullit et Van Basten. 

Ce soir là, les hollandais prennent la pleine mesure de leurs adversaires soviétiques mais vont perdre la rencontre échouant face à Rinat DASSAEV évoluant à un niveau stratosphérique (c’est marrant lors de la finale, ce sera l’inverse, l’URSS dominera la rencontre mais ce seront les hollandais qui l’emporteront, comme quoi les voies du football sont insondables). Bien sûr à l’issue du match on compare DASSAEV une énième fois à son prédécesseur l’immense Lev YACHINE, le seul gardien de but de l’histoire à avoir emporter le ballon d’or. Mais là est tout le poids qui pèse sur DASSAEV et qui va le poursuivre toute sa carrière. Car garder les buts de l'équipe d'U.R.S.S. n'était pas un métier facile. Car au delà des tâches ordinairement attribuées à la fonction, le portier soviétique se devait d'évoluer sous une ombre gigantesque, celle du mythique Lev Yachine. 

Ainsi Rinat Dassaev, n'a cessé d'être comparé à son illustre ainé. Chaque arrêt de grande classe lui valait les éloges qu'on réserve au digne héritier, alors que chaque erreur remettait la filiation en cause. Les commentateurs en oubliaient presque que la référence historique avait aussi construit sa légende par de mémorables boulettes. Ils en oubliaient même qu'il arrivait à Lev Yachine, tout simplement, d'encaisser des buts.
Aujourd’hui DASSAEV a crée un centre de formation, à Moscou, dédié qu’aux gardiens de but, il faut dire que là-dessus c’est un choix assez cohérent et ont l’a vu récemment apparaitre dans les médias à l’occasion de l’attribution de la coupe du monde 2018 à l’URSS. Moins longiligne que sur sa ligne de but et l’air bouffi, il me fait penser que les rumeurs venant de Guadalquivir ne sont peut être pas infondées…. 


Source : L'excellent site du Footichiste (dont je vous conseil grandement la lecture) http://footichiste.wordpress.com/

4 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. en plus tu dis 6000 francs de salaire!? il s'est fait flouer le pauvre!

    RépondreSupprimer
  3. ça dépend, peut être qu'il avait une ardoise illimité dans les bars de Séville...

    RépondreSupprimer
  4. lol la dernière photo très...soviet! Jean-Luc Melenchon sort de ce corps!
    Comme pour tout les joueurs du bloc de l'Est je les ai connu sur réputation, était-elle surfaite?
    Le but de Socrates "um maravilhoso golazo" et que dire de celui d'Eder? passe de Paolo Isidoro, Falcão laisse filer entre ses jambes, Eder reprend, petite pichenette et volée pied gauche, un bijou!! Sans parler de la Bastenade...voilà mes 3 images de Dassaev...3 buts (splendides) encaissés! pour un gardien ça craint!

    RépondreSupprimer

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...