Les flops soviétiques : Oleg KUZNETSOV

Après une petite pause je continue de balayer tous ses grands joueurs soviétiques des années 80 qui faisaient peur à toute l’Europe (voir le sujet sur la grande équipe d’URSS de Valery LOBANOVSKI 1986-88) et qui ont eu l’effet de pétards mouillés dans les différents championnats d’Europe. Pour l’instants je ne m’étais attardé que sur des anciens du Spartak de Moscou avec Le grand gardien Rinat DASSAEV, le génial meneur de jeu Feodor TCHERENKOV ou le grand libéro débarqué à Toulouse Vaguiz KHIDIATOULINE. Aujourd’hui je vais attaquer le premier d’une grande série d’anciens joueurs du Dynamo de Kiev qui sont tombés dans l’anonymat des différents championnats européens.
Oleg KUZNETSOV, le stoppeur de Lobanovski en équipe nationale et en club. Un Roc, qui faisait peur à tous les avant-centres qui croisaient son chemin. KUZNETSOV pour moi c’était le Ivan DRAGO (Dolph LUNDGREN dans ROCKY IV) dépassant largement le mètre 80 et la barre des 80 kgs, il était impressionnant de voir un athlète de ce gabarit courir sans cesse et avec une point e de vitesse phénoménale. 


Après la victoire du Dynamo de Kiev en coupe d’Europe des vainqueurs de coupes et de la montée en puissance de l’équipe d’URSS, Oleg KUZNETSOV était considéré comme le meilleur stoppeur en Europe alors quand la frontière de l’URSS s’est ouverte on s’attendait à le voir débarquer dans l’un des tous meilleurs clubs d’Europe, mais parti plus tard que les KHIDIATOULINE, ZAVAROV ou DASSAEV, il subit les premiers retours de vagues des prestations très limités des anciennes stars venues du froid. Oleg KUZNETSOV atterrit aux Glasgow RANGERS dans la très modeste scottish league, que les Rangers dominent de la tête et des épaules à cette époque. Mais KUZNETSOV va très vite disparaitre du onze de départ, par exemple on ne le voit pas en Ligue des champions quand Glasgow affronte l’OM lors de la saison 1992-93. En fait KUZNETSOV ne s’imposera pas en Ecosse et partira dans un championnat beaucoup plus modeste en terminant sa carrière en Israël au Maccabi HAIFA. Véritable déssoudeur d’avant-centre dans les années 80 sur tous els terrains d’Europe dès que le Dynamo ou l’URSS disputait une rencontre internationale, le grand OLEG est tombé dans le plus grand des anonymats. Pour lui on ne peut accuser l’âge car il part en Ecosse à 27 ans en plaine force de l’âge. Pour moi on peut vraiment se poser la question du dopage au temps de l’URSS sur le cas de fort beau gabarit qu’était KUZNETSOV. 

Car ce qui faisait sa force contrairement à TCHERENKOV ou DASSAEV, c’était sa force et sa présence physique sur un terrain. En outre pour un stoppeur à une époque où on était encore adepte du marquage individuel il est plutôt aisé de passer d’un système de jeu à l’autre, certes il y a la barrière de la langue et les défenseurs ou gardiens doivent beaucoup parler et on sait que dans les années 80 personne en Europe de l’ouest parlaient russe et les soviétiques n’apprenaient pas l’anglais à l’école sauf dans les écoles du KGB. Mais pour KUZNETSOV la langue, même si elle était un handicap, n’explique pas qu’il n’arrive pas à s’imposer en Ecosse où même le Celtic à l’époque était très faible. Finir en championnat israélien, est tout comme Khidiatouline qui a fini en promotion d’honneur un terrible aveu d’échec pour ces joueurs supposés les meilleurs d’Europe à leurs postes respectifs. Pour moi KUZNETSOV était comme Ivan DRAGO dans Rocky IV, un superbe athlète mais qui se dopait car sinon comment expliquer que ce roc de muscle qui courait 90 minutes en sprintant ne puisse pas arrêter des attaquants écossais remplis de scotch et de bières ?

Oleg KUZNETSOV au sommet de sa gloire lors de la finale de l'Euro 88
KUZNETSOV sous le maillot des Glasgow RANGERS
KUZNETSOV au Maccabi HAIFA
Aujourd'hui KUZNETSOV est assistant du sélectionneur national d'Ukraine
Et il fait beaucoup moins peur

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...