Les flops soviétiques : Féodor Tcherenkov et la France

Fiodor Fiodorovitch Tcherenkov ou Фёдор Фёдорович Черенков

Le sujet sur l’URSS 1986-88 et celui sur Vaghiz KIDIATOULINE, m’ont donné la bonne idée de faire ici l’énumération de touts ces exilés, qui sont passés au travers dès qu’ils évoluaient plus sur les gazons (naturels et artificiels) du championnat soviétique. En faisant la liste, j’avais déjà mes petites idées derrière la tête (ZAVAROV à la juve, Belanov au Borussia M'gladbach, Dassaev à Séville, Yakovenko à Sochaux…) mais alors que j’énumérais les joueurs il y en avait un que je n‘avais pas vu passé dis donc et en plus il est passé par la France : Féodor TCHERENKOV. Je le conçois TCHERENKOV n’est pas le plus connu des joueurs soviétiques car il n’était pas un disciple de LOBANOVSKI et n’évoluait pas au Dynamo de Kiev. TCHERENKOV était un moscovite et donc il évoluait dans l’autre grand club d’URSS le Spartak de Moscou. De 1977 à 1990 il fut le, grand, meneur de jeu du club le plus populaire du pays et donc lui aussi jouissait d’une grande renommée en URSS. TCHERENKOV emmena le Spartak au titre de champion 3 fois, en 1979, 87 et 89 brisant ainsi l’hégémonie du géant club ukrainien de Lobanovski.

TCHERENKOV par deux fois, fut élu meilleur joueur du championnat d’URSS en 1983 et 1989 et avec son collègue Dassaev sera un des rares moscovites à arriver à « s’incruster » dans l’équipe nationale de Lobanovski. TCHERENKOV comptabilisera 34 sélections en équipe d’URSS pour 12 buts, mais il n’était pas une vedette de l’équipe d’URSS, son style était bien trop différent des « hommes-machines » de Kiev (voir le sujet sur l’équipe d’URSS de Lobanovski 1986-88). TCHERENKOV était un vrai meneur de jeu, à 10 à l’ancienne comme on voyait en Europe de l’Ouest et qui pratiquait le football à l’instinct, suivant son inspiration et le jeu.
Voici une petite vidéo de ce que savait faire TCHERENKOV avec la tunique du Spartak sur le dos. Ce qui est formidable avec internet, c’est qu’aujourd’hui sur You Tube on peut trouver des vidéos du championnat d’URSS durant les années 80. Quand j’étais petit jamais on en voyait dans téléfoot ou stade 2. Mon vieux m’avait parlé de ces immenses stades couverts avec gazon synthétique mais je ne les avais jamais vus, c’est assez impressionnant je trouve !

video

Donc ce grand joueur, artiste dans un championnat d’athlètes a tenté sa chance à l’étranger, comme les autres, avec la chute du communisme. Mais pour Féodor ce n’est pas la Juventus, la Sampdoria ou le FC Séville qui est venu frapper à la porte mais un club français : Le Red Star de Saint Ouen à l’été 90, pensionnaire de division aux ambitions très modestes.

Alors qu’est ce que le meilleur joueur d’URSS l’année précédente est venu faire en D2 française, moi j’ai mon avis sur la question, Fédor ne maitrise pas la langue de Shakespeare et quand on lui a proposé de jouer pour le Red Star il a du comprendre le Red Star de Belgrade, tout jeune orphelin de Dragan STOJKOVIC parti à l’OM (voir le sujet OM-Etoile Rouge de Belgrade 1991). TCHERENKOV pensait qu’il avait été choisi comme remplaçant de Pixie STOJKOVIC. Je ne vois pas d’autres explications, comme je n’en vois pas plus à son échec total en division 2 française. TCHERENKOV ne jouera que 15 matchs pour un petit but avant de refaire ses valises un an plus tard pour Moscou et de renfiler le maillot du Spartak. Là le problème d’adaptation est extra-football, car si le meilleur joueur du championnat d’URSS en 1989 n’a pas le niveau de la division 2 française en 1990 ce n’est pas normal et c’est impossible qu’il y ait tant d’écart entre les 2 championnats surtout que les clubs français avaient le plus grand mal du monde face aux clubs soviétiques (le grand Bordeaux de 1987 aura toutes les peines du monde à battre le Torpedo de Moscou par exemple). Certes il y a de gros soupçons de dopage sur certains joueurs mais TCHERENKOV n’a jamais été une « bête » physique, lui c’était un meneur de jeu qui savait poser le pied, donné le tempo et faire réfléchir le ballon.

Donc je pense que pour ces joueurs et pour TCHERENKOV, la perte de son football s’expliquait par un changement total de sa vie et de son quotidien. La vie à Moscou dans les années 80, même sous Gorbatchev, n’avait rien à voir avec la vie parisienne et pour Tcherenkov il y’avait peut être beaucoup trop de choses autour de lui que le football. TCHERENKOV du haut de ses 366 matchs en championnat d’URSS et ses 89 buts choisit donc de retourner à Moscou, après une saison « blanche » au Red Star, mais l’URSS n’existe plus et Féodor découvre un nouveau championnat ; celui de Russie sans l’éternel rival du Dynamo de Kiev. En 1993 il deviendra champion de Russie et pour sa dernière saison en 1994 il remportera la coupe de Russie.
Féodor TCHERENKOV est une légende en Russie et au Spartak de Moscou, il est aujourd’hui dans l’organigramme du club dans un rôle de conseiller (et assistant du coach) pas très défini à l’image d’un Bernard Lacombe ou d’un Jorge Valdano.
Par contre il y’a une question que je n’arrive pas à résoudre, c’est pourquoi il posait toujours avec autant de ballons ? Il doit y avoir un symbole caché, non ?


Et voici Féodor aujourd'hui, toujours au Spartak de Moscou :


10 commentaires:

  1. Comme d'hab un bel article bien complet !! well done Alex !!

    Bon pq autant de ballons ??

    1 - Pour montrer qu'en Urss il y avait suffisament de roubles que pour acheter des ballons en veux tu en voila !!
    2- le symbole du buteur qui allait tous les mettre au fond !!
    3- "dans + de 20 ans y aura bien un type qui postera mes photos sur son blog après m'avoir consacré un article !!"

    RépondreSupprimer
  2. PTDR, David.

    J'aime beaucoup l'histoire de la propagande bolchévique sur les moyens considérables dans le foot soviétique ! Lol

    Le symbole du buteur est pas mal du tout par contre

    Par contre la dernière... a cette époque il pensait que la France serait communiste et que les jeunes français travailleraient pour le parti plutôt que de perdre leur temps à parler football sur minitel et oui on aurait pas Internet si la France serait devenu membre du Pacte de Varsovie ;-)

    RépondreSupprimer
  3. hahahah !! je vois le genre...le clavier minitel avec 2 lettres en évidence...P et C évidement ;-))

    RépondreSupprimer
  4. ça me rappelle un sketch des inconnus sur le jeu des chiffres et des lettres

    RépondreSupprimer
  5. je vois ,"des chiffres et des lettres Pologne" excellent !! le belge est drôle aussi avec M. van KRRRRRR

    RépondreSupprimer
  6. Superbe Alex !!!
    (il m'a fait chercher Tcherenkov ce week-end !!!!)
    Il a donc joué une saison avec Rodionov, qui venait lui aussi du Spartak et qui lui aussi y est toujours !

    RépondreSupprimer
  7. Merci Claude (leader du championnat)/
    Pour Tcherenkov, ça faisait un petit moment que j'avais le sujet sous le coude en effet.
    Et oui Rodionov a aussi joué au Red Star et il sera bientôt ici

    RépondreSupprimer
  8. il y aussi Aleksandr Bubnov défenseur est international avec l'URSS,qui a fait une saison avec le red star, il était en de carriere , il venait aussi du spartak.
    D'après wikipedia il a aussi été coach adjoint du red star entre 91 et 93.

    RépondreSupprimer
  9. @ Karilouch_9 : oui c'est vrai mais je crois qu'il était dans le staff et pas entraineur en chef

    RépondreSupprimer

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...