Paninomorphologie - Fernando CHALANA

Il y'a quelques semaines (plutôt même quelques mois) Fernando CHALANA avait failli être élu vignette du mois de septembre, j’avais alors promis à tous les déçus, finalement ce sera Jorge TREZEGUET qui sera choisi, que je ferais un papier sur le portugais moustachu. Donc il était temps que je tienne ma promesse, 2011 sera l’année des bonnes résolutions, qu’on se le dise. Fernando CHALANA, en France est synonyme de scoumoune et de flop mais au Portugal il est le « O pequeno genial » Le petit génie depuis qu’à ses 16 ans il a été élu meilleur joueur du Portugal, sur l’excellent site de mon ami Julio, AFTERFOOT, il compare CHALANA à une version de Laurent PAGANELLI lusitanienne mais qui aurait fait carrière, la comparaison m’a fortement amusé. CHALANA en France on le découvre à l’Euro 1984 où avec ses co-équipiers de la sélection portugaise, il osa se mettre en travers de la route et de la bande à Platoche.. 

Ce jour là le Portugal fit peur à la France entière et Chalana se révéla aux yeux de l’Europe entière lui qui avait déjà un C.V ronflant au Portugal (A 25 ans il a déjà remporté 5 fois le championnat, 3 fois la coupe et a été élu 2 fois meilleur joueur du championnat). Pour lui il est temps de quitter son Portugal et de tenter l’aventure dans un grand club européen. Il atterrira à Bordeaux mais ce sera l’enchainement des galères qu’il va connaitre. Avant même son premier match de championnat il se blesse à la cuisse et va connaitre une série de rechute impressionnante. Si la première saison il arrive à revenir au printemps pour les joutes européennes, notamment le demi-finale face à la juve (voir l’article sur le Bordeaux-Juventus de 1985) il va disparaitre du paysage du football français par la suite. Après une première saison avec 10 matchs de championnat, la saison suivante Aimé JACQUET ne l’aligne que 2 fois en championnat pour ne plus du tout apparaitre lors de sa 3ème et dernière saison. 

Cette dernière saison est celle du doublé de 1986-87 (voir l’article sur les girondins 1986-87) et avec l’arrivée des frères Vujovic + l’allemand Gernot ROHR il n’y a plus de place pour les joueurs étrangers (on ne connait pas encore cet obscur tâcheron administratif qui s’appelle Jean-Marc BOSMAN) et Fernando CHALANA regarde ses co-équipiers réaliser le doublé depuis les tribunes du Parc Lescure. C’est la saison de trop et l’homme qu’on annonçait comme la future star du championnat de France, celui qui pourrait permettre à Bordeaux, d’être le premier club français à remporter une coupe d’Europe repart au Portugal en n’ayant joué que 12 matchs de championnat en 3 saisons. CHALANA est peut être le synonyme du plus grand flop de l’histoire du championnat de France (attention à prendre des pincettes de genre d’informations, car il y a de la concurrence pour ce titre).
En tout cas j’ai la preuve du mal être de Fernando CHALANA en gironde : il s’est rasé la moustache (attention document exclusif Old School Panini):


Il faut le voir pour le croire, ça fait bizarre tout de même.
 CHALANA retourne donc au Portugal, au Benfica, retrouve la voie du succès mais le joueur n’est plus le même et surtout son corps lui joue toujours des tours. Il part à Belenenses mais pour lui c’est le début de la fin de sa carrière, même si pour beaucoup sa carrière s’est brisé en même temps que son genou lors de son arrivée en France. C’set vraiment dommage, le championnat de France n’a pas eu la joie de connaitre un des joueurs européens les plus talentueux d’Europe à son époque et les bordelais n’ont pas pu voir la facette de l’homme joyeux : 


Aujourd’hui il est retournée au Benfica, où depuis 2005 il alterne les fonctions d’entraineur adjoint (même un intérim de 3 mois à la tête de l’équipe première en 2008) et est aujourd’hui responsable de l’équipe des – de 19 ans du Benfica de Lisbonne. LE moral va mieux et il arbore de nouveau sa splendide moustache.


10 commentaires:

  1. Ah Chalana ! L'euro 84 et mon premier album Panini et par la même occasion ma première véritable compétition que j'ai pu suivre. Tous ces souvenirs bon sang !! Ces vignettes échangées dans la cour de récré. Ces odeurs quand tu ouvrait ta pochette et ce soin particulier qu'on mettait à coller nos images.

    Cette équipe du Portugal avait des trognes pas possible sur l'album. Des moustaches aussi épaisses que la crinière de valderama!Des chevelures aussi sombres que les profondeurs de l'Erebe...

    Et cette équipe qui aura failli couté l'Europe à la bande à Platoche. Et ce Chalana qui fit tourner la tête à notre défense.

    Ce france Portugal fait parti pour moi de la trilogie des matchs mythique de la bande à Platoche.
    Une sorte d'empire contre attaque pile entre France RFA de 82 et l'inoubliable match du siècle de Guadalajara de 86 contre les Dieux Brésiliens.

    J'en ai encore la chaire de poule !

    RépondreSupprimer
  2. Buscape, j'aurai pas dit mieux !!! moi aussi j'ai encore l'odeur de ces paquets de vignettes... j'ouvrais tous les paquets, les uns après les autres, soigneusement, je ne regardais les vignettes une fois que tous mes paquets étaient ouverts puis je sentais la tranche de mon paquet de vignettes et après seulement je les regardais... (je viens de rajeunir de 35 ans !!!!! merci Buscape !

    France Portugal : c'est Tigana qui s'arrache et qui centre.... Jordao du Sporting, Gomès de Porto et Bento le gardien du Benfica avec lui aussi une sacré trogne...

    RépondreSupprimer
  3. 12 matchs en trois ans?! c'est dingue!
    eh bien en tout cas, quand on voit Cristiano ou Nuno Gomes ils ont drôlement changé de look les jogadores portugueses! Elle est infâme cette moustache! "la trogne" comme dit Buscape lol

    RépondreSupprimer
  4. Buscape, a fait le commentaire le plus nostalgique (et le plus poétique) depuis la création de ce blog !

    RépondreSupprimer
  5. @ Claude, ce match France-Portugal, je l'ai revu il y'a quelques jours !! Mythique !!
    Un des plus beaux de l'histoire du football français

    RépondreSupprimer
  6. Pour en revenir à ce match Chalana a vraiment éclaboussé la rencontre par son talent. Mais c'est surtout, coté Portugais, Bento qui a retardé l'échéance tant cette rencontre a été dominé par les français et tant on aurait pu assister à un France Belgique bis.

    RépondreSupprimer
  7. Moi j'ai adoré c'est les dernières minutes où mené 2-1, Yvon LE ROUX joue avant centre et joue la tour de contrôle dans la surface portugaise et les bleus envoient des longs ballons sur lui. Un bon kick and rush pour des français si fière de leur jeu au milieu de terrain. Sur l'un deux, le grand LE ROUX arrive à contrôler dans la surface mais c'est pas un avant-centre et frappe maladroitement, heureusement DOMERGUE n'était pas loin !! Mais le stoppeur + l'arrière gauche dans la surface ça donne bien le ton de cette fin de match !

    RépondreSupprimer
  8. Je tenais à rajouter aussi quelque chose, puisqu'on parle de nostalgie et de rencontre mythiques

    Je suis supporter du PSG et j'ai publié sur le forum "allpsg" un sujet sur "nos matchs du siècle"...

    On y parle justement de nos souvenirs les plus marquants. Quand une rencontre te marque à jamais et reste gravé dans les tréfonds de ta mémoire. Car au delà d'un simple match il y a tout un univers qui gravite autour et qui rend ce souvenir impérissable...

    Pour ma part j'avais écrit un texte sur ce fameux France Portugal de 84

    http://www.allpsg.com/forum/viewtopic.php?t=15402&postdays=0&postorder=asc&start=20

    (c'est au milieu de la page ^^... )

    ... Et en première page de ce topic j'avais ouvert le sujet en parlant du France Brésil de 86...

    RépondreSupprimer
  9. J'y suis allé faire un tour, excellent !
    Suite également à un grand nombre de demandes de supporters parisiens, je prépare un sujet sur le PSG-Réal de 1993

    RépondreSupprimer

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...