L’Irlande ¼ de finaliste de la coupe du monde 90, sans remporter un seul match

Les hommes de Jacky CHARLTON ont soulevé tout le pays pendant 15 jours sans remporter un seul match !! Retour sur une performance rare dans l’histoire des coupes du monde !! Si l’Irlande du nord elle avait déjà participé aux coupes du monde 1982 et 1986, c’est la première fois que la république d’Irlande, elle, se rendait à un mondial. C’est Jacky CHARLTON qui fût le grand architecte de cette réussite Irlandaise. Le frère ainé des Charlton repris les rênes de la sélection irlandaise en 1986 et tout de suite, il prenait une décision qui pesa beaucoup dans le foot irlandais. Jacky CHARLTON appelle des joueurs de premier league confirmés qui n’ont pas la nationalité irlandaise mais qui avait des ancêtres irlandais, du coup ça élargit largement son champ de joueurs sélectionnables. Ainsi les vedettes de Liverpool John ALDRIDGE et Ray HOUGHTON intègre la sélection irlandaise. Les résultats ne tardent pas à venir. CHARLTON qualifie l’Irlande pour l’Euro 88 en Allemagne et surtout la coupe du monde en Italie 2 ans plus tard.
L’Irlande arrive en Italie dans un groupe très relevé avec la présence de l’Angleterre et des Pays-Bas, le dernier larron sera l’Egypte.

Ce groupe va nous réserver bien du suspens à défaut d’offrir du spectacle. Le premier match des irlandais à Cagliari les opposent au voisin, et ennemi, anglais. Le match est terne et se solde par un triste 1-1 partout. En fait le seul fait de match, mais on l’a appris 20 ans après, c’est lorsque Gary LINEKER s’est chié dessus en plein match après un tacle (voir l’article et la vidéo : le jour où Gary Lineker a chié sur le terrain). Dans le même temps, les pharaons égyptiens créent la surprise et tiennent en échec les champions d’Europe hollandais, pourtant au grand complet avec les Koeman, Rijkaard, Gullit et Van Basten. 1-1 entre les 2 équipes, ce qui fait qu’à la fin de la première journée de cette poule E, les 4 équipes sont à égalités parfaite vu qu’elles ont tous fait match nul avec un but marqué et un but encaissé. Mais là où ça va devenir folklorique c’est que lors de la seconde journée il va y avoir encore une parité parfaite !! En effet, anglais et hollandais se séparent sur un 0-0 triste à mourir et Irlandais et égyptiens, en font de même avec un autre 0-0. Au bout de 2 journées les 4 équipes ont 2 points et 1 but marqué et un but encaissé !
Avant la dernière journée on est dans une situation jamais vu et si les 4 équipes se séparent encore sur les mêmes scores, les règlements de la FIFA ne prévoient pas d’autre recours que le tirage au sort.

Les anglais eux, échappent à ce coup du sort et l’emporte 1-0 face aux égyptiens et du coup terminent 1er du groupe. En revanche Irlandais et Hollandais se séparent sur un nouveau match nul 1-1. Irlandais et bataves sont a égalité parfaite et du coup il faut procéder au tirage au sort pour savoir qui sera 2ème et 3ème. L’issue n’est pas si dramatique car à l’époque 4 des meilleurs 3ème (sur 6 groupes) participent au 1/8ème de finale et avec 3 points les deux équipes seront dans les meilleurs 3ème. Cependant ce tirage à une importance capitale, car le 3ème affrontera le gros favori de l’épreuve la RFA (tellement favori qui la remportera d’ailleurs). Les irlandais ont de la veine et évitent les allemands ! Ils affrontent en 1/8ème, la Roumanie et on va encore assister à un match nul, un bon 0-0 des familles après 120 minutes de jeu, seule issue les tirs aux buts ! Tous les tireurs marquent, sauf le dernier roumain, TIMOFTE, qui voit son tir repoussé par Pat BONNER. BONNER, pour la première participation du pays, envoie l’Irlande en ¼ de finale de la coupe du monde. En Irlande c’est de la folie et BONNER devient un héros national. Une des meilleures illustrations de cette séance des tirs aux buts et du parcours de l’Irlande au mondial Italien, est donnée par l’écrivain irlandais Roddy DOYLE dans son bouquin THE VAN (l’adaptation cinématographique de Stephen FREARS avec Colm Meaney, est aussi excellente). 

DOYLE décrit l’effervescence dans les pubs à chaque match des irlandais avec son paroxysme lors de cette séance de tirs aux buts et l’arrêt décisif de Pat BONNER. Le pays est en transe et va affronter en ¼ de finale, l’un des grands favoris l’Italie dans son stade de Rome. Et là un homme va éteindre le rêve des irlandais, Toto SCHILLACI inscrit le seul but de la rencontre et renvoie les irlandais chez eux (voir le sujet sur Toto SCHILLACI meilleur buteur de la coupe du monde 1990). Dans le film de Frears, on voit des irlandais au lendemain du match avec des tee-shirts « Fuck SCHILLACI » ça m’a toujours fait marrer cette scène.
Ce qui est marrant dans le bouquin de Doyle aussi, c’est qu’il raconte que les irlandais ses ont enflammées d’un coup pour cette coupe du monde mais que dès le lendemain de l’élimination ils étaient passés à autre chose et repris leurs vies quotidienne sans football tout simplement. Ce que décrit DOYLE correspond parfaitement à la mentalité de Jacky CHARLTON et surtout à sa conférence de presse après le match perdu face à l’Italie. LE grand Jacky CHARLTON se présente 1990 devant les journalistes et leur annonce qu’il en a marre des conférences de presse quotidienne et que celle-ci n’aurait pas lieu car là il a une seule envie c’est d’aller au bar prendre un verre et rentrer au pays pour aller à la pêche. Sur ce, il lève sa grande carcasse et quitte la salle sous les ovations et applaudissements es journalistes présents, un grand moment !!
N’empêche qu’il a réussi, avec ses hommes, un tour de passe-passe incroyable : atteindre les ¼ de finale d’une coupe du monde sans remporter un seul match !! Du jamais vu !

Voici ces « héros » Irlandais :

Pat BONNER

Gerry PEYTON

Chris MORRIS

Chris HUGHTON

Kevin MORAN

David O'LEARY

Mick McCARTHY (ancien de l’OL)

Steve STAUNTON

Paul McGRATH

Ronnie WHELAN

Andy TOWNSEND

Ray HOUGHTON

Kevin SHEEDY

Tony GALVIN

John ALDRIDGE

Tony CASCARINO


Franck STAPLETON

Equipe d’Irlande 1990

5 commentaires:

  1. que c'est bon de revoir toutes ces bonnes têtes!!!
    belle periode irelandaise 88-94, 3 competitions internationales. Les mecs maintenant soient des coachs, ou des correspondants dans la presse britannique, qu'ils fassent gaffe aux blagues sexistes en ce moment ;-)))

    RépondreSupprimer
  2. lol, ça fait grand bruit ça chez vous

    RépondreSupprimer
  3. Excellent article encore !!

    Deux choses...
    Mon dieu ce Pays Bas Angleterre... Cette purge...
    J'ai pas retenu grand chose de cette coupe du monde un peu fade.

    Mais dans le top du gros flop y a eu indéniablement ce match...

    Et puis "the Van" de Stephen Frears" !! un grand film quoi !

    RépondreSupprimer
  4. Merci BUSCAPE,
    C'est vrai que la coupe du monde 90 était bien fade (surtout pas rapport à celle du Mexique 4 ans auparavant) mais il y a eu des belles choses tout de même, la RFA au 1er tour, le Cameroun, cette équipe d'Irlande et, pour moi, l'équipe de Yougoslavie (qui avait éliminé la France en éliminatoires). Sortis aux tirs aux buts face à de pâles argentins en 1/4, je pense qu'ils auraient pu faire très mal aux allemands. Car la RFA est rentré très fort pour baisser de régime alors que les Yougos ce fut l'inverse mais bon Goycochea (le brestois) est passé par là

    RépondreSupprimer
  5. Et puis oui super film, mais je te conseille de lire la trilogie de Roddy DOYLE sur la fammille RABBITTE (tous adaptés au cinéma avec succès, c'est assez rare pour le souligner).
    The Commitments (axé sur le fils)
    The Snapper (axé sur la fille)
    The Van (axé sur le père)
    C'est génial comme oeuvre

    RépondreSupprimer

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...