Le SCO d’Angers 1971-72

Hier en fin d’après midi le SCO d’Angers faisait trébucher les Girondins de Bordeaux au Stade Jean Bouin lors des 1/16ème de finale de la coupe de France. Les angevins ont fait ressurgir, l’espace de 90 minutes, le passé glorieux du SCO. Retour sur la plus belle saison du SCO à une époque doré où il figurait régulièrement dans les 5 premiers de division 1 à l'aube des seventies.

En effet le SCO d'Angers allait finir parmi les cinq premiers de Division I pendant trois saisons consécutives : 4e en 1971-72 avec 45 pts, 5e en 1972-73 avec 43 pts puis 4e en 1973-74 avec 54 pts. Angers était devenue une équipe de tout premier ordre dans le championnat français et cela grâce au nouveau président, Yves Kerjean, qui souhaitait donner plus d'ambition à cette équipe talentueuse qui se contentait alors, du milieu de tableau. L'objectif fut d'atteindre la coupe de l'UEFA. Ce qui fut dit fut fait puisque la belle 4e place du championnat 1971-72 allait qualifier le SCO pour la Coupe d'Europe ! Hélas, le 1er tour de la coupe de l'UEFA allait désigner comme adversaire, les Est-Allemands du Dynamo Berlin, récents demi-finalistes de la Coupe des Coupes (1971-72)... Trop tendres dans une compétition qu'ils découvrent, les Angevins arrachent le nul (1-1) à Jean-Bouin (but de Jacky Lemée sur pénalty) puis plient à Berlin (1-2, but de Guy Lassalette pour le SCO). 

Ce furent les deux seuls matchs disputés par le SCO en coupe d'Europe. Le championnat de D I était bien leur terrain de jeu favori, les Angevins jouaient les trouble-fêtes et s'amusaient à faire tomber les prétendants au titre (à Nice 4-2 en 1972-73 ou contre le grand Saint-Étienne 4-0 en 1973-74...) et à éblouir régulièrement, notamment à Jean-Bouin, où ils furent invaincus sur leurs terres pendant 14 mois. Le départ du meneur Jean-Pierre Dogliani en 1971, coïncida avec la confirmation de la complémentarité entre les deux milieux de terrain Albert Poli - Jean-Marc Guillou. De cette entente et surtout du talent de Guillou allaient rendre au grand jour les dispositions d'Angers pour le beau jeu. Les Blancs du SCO étaient alors les apôtres d'un jeu chatoyant, loin du réalisme défensif qui prévalait encore et qui devait ravir les nostalgiques et les connaisseurs d'un football perdu.

Ce football hors du temps, car il préfère le beau au réaliste et le geste au résultat, constituait un privilège pour les amoureux du football, Gérard Ernault (rédacteur en chef de France Football) s'exprimait ainsi en parlant du SCO: « C'est d'abord le joueur Guillou qui emballa son monde par de gais récitals sous l'habit blanc du SCO. Les témoins de l'origine parlent encore de sa virtuosité comme d'un miracle perpétré sous leurs yeux. Il s'agissait bien de cirque au stade Jean Bouin, devant des assemblées réduites, puisqu'il semble que le génie s'accommode assez de l'ingratitude. Voilà le dribbleur droit et assis, le ballon au chaud dans l'arc de cercle du mollet, et l'enchaînement fabuleux du mouvement qui commence. ». Le talent exceptionnel de GUILLOU, allait, sous la pression de l'opinion publique, finir par s'imposer en équipe de France à l'âge de... 29 ans ! Car le beau jeu n'avait pas forcément droit de cité chez les dirigeants des Bleus. Il n'empêche, GUILLOU l’angevin allait devenir très rapidement et tout naturellement meneur de jeu de l'équipe de France, deux ans avant l'éclosion de Michel Platini. Il recevra, des mains du maire d'Angers, Jean Turc, la médaille d'or de la ville.

Un autre Scoïste allait également connaître les joies de la sélection sous le nom de Marc Berdoll. Jeune attaquant de Trélazé (banlieue d’Angers), il allait, à 20 ans, "casser la baraque", en humiliant à lui tout seul le leader, Saint-Étienne et le grand Ivan Curkovic un soir de l'automne 1973 à Jean-Bouin. Les Verts de Saint-Étienne règnent déjà sur la France avec une équipe dont les noms nous rappellent des exploits en coupe d'Europe (Curkovic, Farison, Janvion, Lopez, Synaeghel, Larqué, Bathenay, Piazza, les frères Revelli, Santini, Rocheteau, Sarramagna...). L'équipe relate cet exploit de l'Angevin Berdoll : "Saint-Étienne vient d'encaisser à Angers une incroyable défaite des pieds d'un gamin chevelu et insupportable qui a marqué 4 buts à Curkovic (4-0)." Pour la petite anecdote, lors du match retour au stade Geoffroy-Guichard, les Stéphanois, venus en masse pour voir ce petit prodige de l'équipe à Guillou, finiront en fin de match, alors que la victoire des Verts ne faisait plus de doute (3-0) par scander : "Berdoll, une chanson", "Berdoll, une chanson", ce à quoi le "jeune chien fou" (autre surnom de Marc Berdoll) répondit en inscrivant deux buts dans les ultimes minutes... On comprendra aisément que le public des Verts n'osa alors reprendre son refrain et qu'il dut compter avec angoisse les quelques minutes qui le séparait du coup de sifflet final... Quelques jours après son quadruplé face à Saint-Étienne, il connut sa 1re sélection avec les Bleus et, rentré en 2e mi-temps face à la Grèce, il marqua sur son 1er ballon (victoire 3-1) ! Après ces débuts tonitruants, le Trélazéen allait, hélas, se montrer inconstant mais il joua la coupe du monde de football 1978, comme Jean-Marc Guillou, pour y inscrire un but (contre la Hongrie voir le sujeut : Quand la France joua avec des maillots pêcheurs)). Avec le SCO, en 1973-74, Berdoll marqua 29 buts ce qui en fit le. 2e buteur de D I derrière Carlos Bianchi, 30 buts, qui le coiffa sur le poteau en marquant lors de la dernière journée... 4 buts !

Voici comment le SCO arracha la seule qualification européenne de son histoire lors de la saison 1971-72. L'entraîneur Ladislas Nagy prônant la stabilité transfert uniquement Damjanovic afin d'apporter un peu plus de solidité à l'équipe. Le championnat débute par une victoire contre le PSG 2 buts à 0. La semaine suivante, le SCO chute à Monaco 3 à 0 mais se ressaisit en battant Lyon (2-1). Quelques jours plus tard, Angers perd contre le futur champion Marseille 2 buts à 1. Le parcours est ensuite assez bon, nul à Rennes 1-1, victoire à Ajaccio 3-1, nul à Bordeaux 1-1 et victoire contre le Red Star 1-0. Lors des matchs retours, le SCO va poursuivre cette bonne série en écrasant Angoulême 8 à 1 et en réalisant de très bonnes performances face à des concurrents directs, victoires contre Sochaux (2-0), Monaco (4-1), Lyon (2-1) et Marseille (1-0). Angers réalise l'exploit de battre Saint-Etienne 1 à 0 grâce à un but de Roy, qui terminera meilleur buteur du club avec 12 réalisations. En dominant Nantes 2 buts à 1, les Angevins sont aux portes de l'Europe et restent invaincus à domicile. Finalement, la victoire à Paris hisse Angers à la 4ème place du classement, synonyme de qualification pour la coupe de l'UEFA...

Et au cours de la saison, lors du match à Jean Bouin, le SCO battit déjà les Girondins 3-1 :
SCO Angers - Bordeaux (3-1)
Match joué le 27 février 1972 à Angers (3.501 spectateurs) pour le compte de la 25ème journée du championnat de France de Division 1. 
Le SCO d'Angers alignait : Gallina, Bourdel, Le Chatelier, Fiévet, Lecoeur, Guillou, Edwige (Cassan 75e), Gaidoz, Lemée, Roy 
Tandis que l’équipe des Girondins de Bordeaux était la suivante : Pierre Rigoni, Gérard Papin, Jean-Claude Dubouil, Yves Téxier, Georges Grabowski, Alain Giresse, André Mérelle, Jean Gallice, Claude Petyt, Carlos Ruiter et Ivan Liposinovic.
Buts pour Angers :
Lemée (40e s.p.)
Gaidoz (43e et 73e).
But pour Bordeaux :
Liposinovic (55e)

Voici les photos des 2 buts de GAIDOZ

Gaidoz double la mise à la 43ème minute
Gaidoz dribble Rigoni pour s'offrir un doublé
Et voici l’équipe du SCO 1971/72 avec son magnifique maillot vert !

Debout, de gauche à droite : Gallina, Bourdel, Lecoeur, Lemée, Fiévet, Damjanovic. Accroupis : Edwige, Poli, Guillou, Gaidoz, Roy
Et voici l’effectif selon les Etoiles du football 1971/72. J’adore cet album je trouve les images superbes. J’ai gardé la présentation du cahier où les joueurs étaient classé par ordre alphabétique.

Marc BERDOLL

Pierre BOURDELL

Milan DAMJANOVIC

Eric EDWIGE

Roger FIEVET

Jean-Paul GAIDOZ

René GALLINA

Jean-Marc GUILLOU

Vladimir KOVACEVIC

Jean-Yves LECOEUR

Jacky LEMEE

Albert POLI

Yan ROY

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...