Andres ESCOBAR flingué pour un but contre son camp

On connait tous le destin tragique de ce défenseur colombien, assassiné sur le parking d’un bar quelques semaines après la coupe du monde 1994. La raison de ce crime : un but contre son camp face aux Etats-Unis et qui pesa très lourd dans l’élimination de la Colombie après seulement 2 matchs alors que l’équipe était une des favorites pour la victoire finale. Retour sur le destin tragique de ce joueur et sur les causes de ce drame.
Andres ESCOBAR était un défenseur et même un très bon défenseur de Medellin, il débute en 1ère division colombienne à 19 ans dans le club de sa ville : l’Atletico Nacional de Medellin, un des meilleurs du pays. A 22 ans et pour sa troisième saison avec les pros, Escobar va connaitre son plus grand succès sportif en 1989 ! L’Atletico de Medellin remporte la prestigieuse Copa Libertadores (l’équivalent de la ligue des champions en Europe). L’Atletico Nacional de Medellin a le droit de disputer la coupe intercontinentale à Tokyo en décembre 1989 face au grand Milan AC des Gullit et Van Basten. 

L'Atletico Nacional de Medellin lors de la coupe intercontinentale 1989
Les colombiens tiennent tête aux rossoneri chose que peu d’équipe en Europe arrivent à faire à l’époque, il faut dire que l’équipe est assez solide avec Higuita dans les buts, Escobar, Perea et Gomez en défense, Alvarez au milieu et Farjado en attaque, tous sont internationaux avec la Colombie qui commence à titiller les grands, notamment en arrivant en demi-finale de la dernière Copa América et dont le jeu en passe courte à séduit tous les observateurs. Les colombiens qui se voient bien encore aller aux tirs aux buts se font surprendre à la 119ème minute par Alberigo Evani qui offre une difficile victoire au Milan AC. 

Les prestations d’Andres ESCOBAR ne passe pas inaperçu, déjà convoqué par le sélectionneur Francisco Maturana l’année précédente, ce dernier va en faire un titulaire indiscutable quelques mois avant la coupe du monde 1990. Il faut dire que les deux hommes se connaissent bien, Maturana ayant la double casquette de sélectionneur national et entraineur de : l’Atletico Nacional de Medellin.
Après la coupe intercontinentale, ESCOBAR se voit proposer un contrat en Europe, au Young Boys de Berne. Mais l’expérience n’est pas fructueuse et Escobar retourne au bout d’un an au pays dans son club. Entre temps il a participé à la coupe du monde mais une bourde de son coéquipier Higuita face à l’ancien, mais rusé, Roger MILLA a stoppé l’aventure des colombiens. De retour en Colombie ESCOBAR reprend la voie du succès et l’Atletico Nacional de Medellin est sacré champion de Colombie. Andres ESCOBAR est l’homme de confiance de Maturana qui le nomme capitaine en club mais aussi en sélection avant de préparer les éliminatoires de la coupe du monde 1994.

Ces éliminatoires ESCOBAR et les colombiens vont les éclabousser de tout leur talent et livrer un récital historique à Buenos Aires. Lors de cette dernière journée des éliminatoires un match nul suffit aux colombiens pour aller aux Etats-Unis, tandis que les argentins eux doivent à tout prix l’emporter si ils ne veulent pas disputer un match de barrage. Devant le public du Monumental les argentins sont sûrs de leurs forces et pourtant ils vont recevoir la plus belle déculotté de leur histoire footballistique. L’Argentine va se faire contrer et n’arrivera jamais à se relever pour encaisser un cinglant 5-0 à domicile. Les fans argentins arrivés en masse au Monumental pour fêter la qualification des leurs pour le mondial américain sont dépités par le résultat et exaspérés par le comportement de leur équipe, les supporters lancent des "olé" à chaque passe réussie par les Colombiens. L'Argentine ne s'était jamais inclinée à domicile dans le cadre des éliminatoires et elle n'a toujours pas été battue depuis lors. Quant aux partenaires de Carlos Valderama, ils ont quitté le terrain dans l'euphorie générale, qualifiés pour États-Unis 1994 et applaudis par le Monumental. Impitoyable, celui-ci a également réclamé le retour de Maradona pour le barrage contre l'Australie. (Avec la suite qu’on connait voir l’article sur l’Argentine 1994).
Voici les 5 buts de la démonstration colombienne au Monumental de Buenos Aires

video

MATURANA après la coupe du monde reviendra sur ce match : "Ce résultat est remarquable parce que nous avons démontré que la Colombie était à la hauteur des grands événements. Certains estiment que cette victoire nous est montée à la tête, mais c'est le propre de football. Il faut savoir digérer les succès et les défaites, mais je pense une victoire n'est jamais préjudiciable. Ce résultat n'a rien à avoir avec la suite"

La Colombie avec sa démonstration de force a changé de statut et revêt le costume d’outsider n°1 pour la victoire finale aux États-Unis. Seulement ce statut de favori va créer une vague d’euphorie en Colombie sans commune mesure et qui va être une des raisons du drame d’Andres ESCOBAR. En effet tous les colombiens sont sûrs de la victoire finale de leurs protégés, les cafeteros (surnoms de l’équipe de Colombie) et du coup des milliers de gens s’endettent ou mise toutes leurs économies chez les bookmakers. Les sommes d’argent pariés sur les cafeteros sont énormes ! Et dans un pays aux mains des narcotrafiquants et de la mafia, cela revêt une toute autre importance et la pression sur les épaules des joueurs va commencer à être très lourde.

Une des raisons de l’assassinat d’Andres ESCOBAR sera en partie la vague d’Euphorie mais surtout ce sera la vague de violence qui va secouer le pays en 1994 qui lui sera fatal. Et à Medellin la violence à un nom : Pablo ESCOBAR, chef du cartel de Medellin. Bien qu’ils n’aient aucun lien de parenté, l’homonyme tristement célèbre d’Andres va avoir une influence tragique sur son destin. Lorsqu’Escobar était le patron du Cartel de Medellin, il imposait le contrôle sur tout la criminalité de la région, un des ses proches dira à ce sujet : « si un petit voyou voulait dérober le sac d’une vieille jamais il n’oserait si il n’avait pas eu l’accord d’Escobar en personne »
Mais en 1991, il accepte de s'en remettre à la justice colombienne qui lui promet de ne pas l'extrader aux États-Unis. Il est emprisonné dans une prison spéciale qu'il a lui-même fait aménager selon ses désirs. Sa « prison » (surnommé la cathédrale) devient rapidement le nouveau QG du clan de Medellín. ESCOBAR y vit comme dans sa villa où il y reçoit ses amis qui viennent discrètement ou pas. C’est le cas de René HIGUITA qui devant un parterre de journalistes, entre à visage découvert dans la prison. Cette visite amicale lui vaudra cher, Higuita, sous ordre du président de la république lui-même est suspendu pour plusieurs mois et va rater la coupe du monde aux Etats-Unis. Pire il fera de la prison pour une histoire louche de détournement de mineurs quelques semaines après sa visite.
Pour Maturana, Higuita a commis une grosse erreur il ne s’est pas caché des journalises pour rendre visite à Pablo ESCOBAR et l’ancien sélectionneur bien des années plus tard y racontera cette anecdote fameuse : « Higuita a été bête de faire ça devant les journalistes, tous les autres joueurs eux ont été discrets. Une fois on a même fait un match sur le terrain que Pablo avait aménagé. Il avait demandé à ce que tous les joueurs de la sélection viennent faire un match contre ses amis et lui »

Pablo ESCOBAR était très apprécié des footballeurs de la région de Medellin pour avoir construit de nombreux terrains, financer l'éclairage extérieurs de tous les terrains de la région et d'avoir organiser régulièrement des tournois populaires
C’est dire le pouvoir du baron de la drogue dans sa prison dorée, il se fait construire un terrain de foot et exige que l’équipe nationale viennent jouer contre lui et ses potes. Tous sont venus, Valderama, Rincon, Asprilla, Higuita et même Andres ESCOBAR. Tout le pays sait qu’Escobar fait ce qu’il veut et le président de la république colombienne veut imposer son autorité sur Escobar, les autorités colombiennes décident alors de le déplacer dans une autre prison : Pablo ESCOBAR avertit, s'évade. Sa tête est alors mise à prix pour 6 millions d'euros.

Début 1993, un nouveau groupe paramilitaire terroriste « Los Pepes » apparaît, décidé à éliminer Pablo Escobar et le cartel de Medellín, et fait régner la terreur sur la ville. Los Peppes est l'acronyme pour "PErseguidos Por Pablo EScobar". C'est une milice privée qui va lutter contre Escobar avec les mêmes armes qu'il utilise, c'est-à-dire le crime et les attentats.
Après des mois de travail, l'équipe de surveillance du bloc de recherche, réussit un jour à repérer Pablo Escobar dans le quartier de Los Olivos. Contrairement à son habitude, il avait longuement et imprudemment téléphoné à sa femme et à son fils Juan Pablo, dans un hôtel de Bogotá. La police nationale colombienne lance l’assaut et abat le baron de la drogue.
Mais la fin de Pablo ESCOBAR va rimer avec une vague de violence sans précédent dans le pays. Tout les petits cartels, gangs et voyous vont vouloir se partager la carcasse de l’empire d’ESCOBAR. Les rues de Medellin sont les témoins quotidiens d’enlèvements et de meurtres crapuleux.

C’est dans ce contexte que les colombiens partent faire leurs coupe du monde aux Etats-Unis. Andres ESCOBAR est bien décidé à quitter le pays pour retourner en Europe. Il est en contact avec le Milan AC mais comme souvent lors des années de coupe du monde, le marché des transferts attend le verdict du mondial pour réellement ouvrir ses portes.
La Colombie est favorite de son groupe et affronte pour le premier match la Roumanie. Malgré une pléiade d’action les cafeteros s’inclinent 3-1 face à Hagi et ses troupes. La déception en Colombie est énorme, d’autant que le futur adversaire les USA l’ont emporté face à la Suisse, ce qui veut dire qu’une défaite face au américains et c’est l’élimination directe, la pression monte et elle monte trop en Colombie. Dans la soirée, lors du débriefing du match, MATURANA arrive les larmes aux yeux et appelle Freddy RINCON. Il lui annonce que la mafia vient d’assassiner son frère au pays. Andres ESCOBAR qui partage sa chambre avec RINCON racontera à sa femme qu’il a passé la nuit à le consoler. Le match face aux USA arrive.
Le matin du match, après l’entrainement Maturana trouve dans sa chambre une lettre qui lui ait adressé. C’est une menace de mort sur chacun des joueurs de la sélection en cas de contre performance face aux américains. La lettre va plus loin même dans les menaces, les auteurs écrivent que si Maturana titularise à nouveau Gabriel Gomez, ils le descendront. Maturana l’annonce aux joueurs avant le match et annonce à Gomez qu’il ne le fera pas jouer. On imagine facilement que l’ambiance est lourde, très lourde alors dans le vestiaire.
  
Le match et le but contre son camp d’Andres ESCOBAR.

On ne va pas perdre notre temps à le raconter ce but, le voici en vidéo :

video

Alors qu’il savait que la mafia avait assassiné le frère de Rincon et que tous les joueurs étaient menacés de mort pour ce match, on peut comprendre que ça cogite pas mal dans sa tête à ce moment là et cette photo devient dramatique quand on sait tout ça :


La Colombie s’incline 2-1 et est éliminé aux bout de 2 rencontres, au pays c’est un drame et pour les organisateurs de paris, c’est un gros manque a gagné. Les joueurs eux vont rentrer au bercail la peur au ventre. Ils ont pour consigne de ne pas sortir de chez eux mais Andres ESCOBAR ne veut plus tenir enfermé entre 4 murs et un soir il décide de sortir avec quelques amis, pour affronter ses concitoyens, leurs regards, lui qui se sent fautif mais pas coupable selon le témoignage de sa fiancée. Avec quelques amis il se rend dans un bar de Medellin « El Indio » le 02 juillet 1994 soit 10 jours après son but contre son camp. Dans le bar certains clients, un peu éméchés, le reconnaissent et commencent à l’insulter. Andrès ne dit rien et avec ses amis il préfère partir. A 1h du matin sur le parking d’El Indio, ils décident de se séparer, de rentrer tous chez eux. Andrès Escobar s’apprête donc en compagnie de sa petite amie à rentrer chez lui, lorsqu’une voiture, avec à son bord 3 personnes (celles du bar), se met en travers de son chemin. Là il est de nouveau copieusement insulté, on lui reproche le but marqué contre son camp contre les Etats-Unis, le ton monte, jusqu’à qu’Humberto Munoz Castro (un des 3 agresseurs) décide de sortir son arme, de tirer à 12 reprises et à bout portant sur l’international Colombien, en criant «but» à chaque pression sur la gâchette. Andrès Escobar tombe, son corps est sans vie, il vient d’être assassiné de sang-froid.
Ce sont ses coéquipiers de la sélection René Higuita, Victor Aristizabal et Serna qui auront eu la lourde tâche d’identifier le corps.

La situation tel que relaté ainsi pourrait faire croire à une échauffourée et surtout un acte isolé mais il apparait, en y regardant de plus près qu’il s’agisse d’un acte commandité par les organisateurs de paris qui ont décidé de faire payé à Escobar le manque a gagner suite à l’élimination prématurée. En effet il apparaitrait que Munoz l’auteur du coup de feu était un homme de main des deux autres agresseurs, connus des services de police mais qui ne seront jamais embêtés par la justice. Et ces « employeurs » ont apparemment le bras long. Munoz qui avait été condamné à 43 ans de prison a été libéré en 2005 après seulement 11 années derrière les barreaux bénéficiant d’une très gracieuse remise de peine pour bonne conduite. Cette décision a scandalisé non seulement la famille d’ESCOBAR mais aussi tous ses anciens co-équipiers. Freddy RINCON le plus proche d’entre eux déclarera à propos de ce crime : "Ce qui lui est arrivé symbolise très bien la façon dont nous vivions alors en Colombie"
Andres ESCOBAR a eu le droit a des funérailles nationales et le président lui-même à prononcer à discours funéraire très imagé en déclarant « Que la Colombie ne pouvait pas accepter de voir ses fils se faire expulser du terrain de la vie », plus de 120 000 personnes sont alors présentes.
Les années ont passé et maintenant et les habitants de Medellín n'ont pas oublié Andrés, regardez ce fan de l’Atletico :


 P.S : Cet article est fortement inspiré du magnifique film "The Two Escobars" diffusé sur ESPN Classics et que je recommande à tout le monde

11 commentaires:

  1. Superbe article. Encore ...
    On comprends mieux cette étrange désillusion de cette équipe que l'on avait alors trop vite placé au rang de super favoris.

    RépondreSupprimer
  2. Tout d'abord merci
    et puis c'est clair qu'entre l'équipe qui Gagne 5-0 en Argentine et qui perd contre les USA il y avait un fossé mais quand on sait ce qu'il s'est passé en coulisses....

    RépondreSupprimer
  3. cela fait trop longtemps que j'ai envie de te le dire...
    j'adore ton site.
    c'est une vraie bouffée d'oxygène ....

    merci beaucoup!

    RépondreSupprimer
  4. Merci Thibault faut pas hésiter à le dire ça fait toujours plaisir ;-)

    RépondreSupprimer
  5. Salut. J'aime énormément ce site. Par contre, il y a un petit erreur... C'est vraie que Andres a joué la WC USA' 94, mais Andrés n'a pas joué dans le match contre l'Argentin (5-0), même pas l’éliminatoire au complet car il était blessé... Son poste avait été occupé par Alexis Mendoza. Aussi, tu as fait une belle vignette d'Andrés pour USA 94 car l'edition international de panini ne l'avait pas. Mais l'edition colombienne (Carvajal - Panini) avait fait la vignette pour lui: ils ont pris la vignette de Italie 90 et l'ont inversé et changé le chandail rouge par jaune. http://bestiariodelbalon.com/?s=andres+escobar+panini ..Moi j'aime aussi Bestiario del Balon ... je suis colombien!

    RépondreSupprimer
  6. Salut. J'aime énormément ce site. Par contre, il y a un petit erreur... C'est vraie que Andres a joué la WC USA' 94, mais Andrés n'a pas joué dans le match contre l'Argentin (5-0), même pas l’éliminatoire au complet car il était blessé... Son poste avait été occupé par Alexis Mendoza. Aussi, tu as fait une belle vignette d'Andrés pour USA 94 car l'edition international de panini ne l'avait pas. Mais l'edition colombienne (Carvajal - Panini) avait fait la vignette pour lui: ils ont pris la vignette de Italie 90 et l'ont inversé et changé le chandail rouge par jaune. http://bestiariodelbalon.com/?s=andres+escobar+panini ..Moi j'aime aussi Bestiario del Balon ... je suis colombien!

    RépondreSupprimer
  7. Salut! Félicitations pour votre site! je l'aime bien!!! Juste une petite chose: Andrés n'a pas joué au match du 5-0 contre l'Argentine, même pas toute l’éliminatoire pour la coupe du Monde USA 94 car il était blessé. Sa place a été occupé par Alexis Mendoza qui a fait des matchs extraordinaires, mais finalmente Maturana choisit Andrés Escobar comme titulaire pour la WC USA. Aussi, tu as fait une belle vignette pour Andrés car l'edition internationale de Panini ne l'avait pas. Mais l'edition Colombienne (Carvajal et Panini) si l'ont mis: ils ont pris la vignette d'Italie 90 et l'ont inversé et changé le chandail rouge par jaune. Tu peux le voir ici dans ce site que j'aime bien et que tu aimes bien: bestiario del balon.
    http://bestiariodelbalon.com/?s=andres+escobar+panini

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...