RSC Anderlecht 1978

On a vu dernièrement l’équipe d’Anderlecht version 1976 (voir l’article Anderlecht 1976), premier club belge à remporter une coupe d’Europe. Deux and plus tard c’est quasiment la même équipe au fort accent batave qui va de nouveau remporter une coupe d’Europe. L’entraineur hollandais, Hans CROON, n’est plus là et est remplacé par l’ancien sélectionneur des diables rouges : Raymond GOETHALS. Le sorcier belge bien connu en France, assurera la succession de CROON parti au lendemain de la victoire en coupe des coupes 1976. En cette année 1978, GOETHALS lui aussi mènera les mauves d’Anderlecht à un second succès dans cette défunte coupe d’Europe des vainqueurs de coupe et tout comme CROON, quittera la club après ce triomphe.
Anderlecht, dans sa campagne européenne fera un quasi carton plein ne connaitront qu’un seul revers à Porto où les mauves s’inclinent 1-0 au stade Dragao mais lavent l’affront au match retour au Parc Astrid en balayant les portugais 3-0. IL y’aura aussi un nul face aux redoutables allemands de Hambourg et tout le reste c’est des victoires : 7 victoires en 9 matchs !
Anderlecht en finale, ne fait qu’une bouchée des autrichiens de l’Austria de Vienne 4-0 !


Nico DE BREE
Hugo BROOS
Jean THISSEN
Gilbert VAN BINST
Jean DOCKX
Arie HAAN
Ludo COECK
Johnny DUSBABA
Peter RESSEL
Frankie VERCAUTEREN
(Voir portrait de Frankie VERCAUTEREN)
Rob RENSENBRINK
Frans VAN DER ELST
Benny NIELSEN
Ronny VAN POUCKE

Bruges 1976

On continue de balayer l’année 1976 et dans cette semaine spéciale Belgique, on se rend compte que l’année 1976 était un grand cru pour le foot belge, après Anderlecht vainqueur de la défunte coupe d’Europe des vainqueurs de coupes la même année, voici le Club BRUGES KV (qu’on appelle le plus souvent FC Bruges en France). Et si à la fin des années 70 les mauves d’Anderlecht vont dominer la coupe des coupes, le FC Bruges va lui dominer la scène nationale et s’illustrer également en coupe d’Europe. Pour Bruges, cette période dorée prend naissance en 1974 avec l’arrivée de l’entraineur Ernst HAPPEL. A partir de 1976, Bruges va remporter 3 fois de suite le championnat de Belgique, puis ravir le joujou d’Anderlecht, la coupe de Belgique, en 1977 pour réaliser le doublé. Sur la scène européenne Bruges va s‘illustrer durant toute cette période magique de 1976 à 78. Et on commence par revivre ce parcours qui va emmener Bruges jusqu’en finale de la coupe UEFA en 1976.


Au 1er tour, Bruges tombe sur l’Olympique Lyonnais, (première d’une série de confrontations entre les 2 clubs en coupe d’Europe). Le match aller à lieu à Gerland et les gones l’emporte dans un match enlevé 4-3 mais avec 3 buts à l’extérieur la bonne opération est pour les belges qui vont faire régner la terreur tout au long de cette compétition dans leur nouvelle enceinte : le Jan Breydel Stadion. Le nouveau stade sera inauguré au début de la saison et sera une forteresse imprenable pour les adversaires européens de Bruges. 1ère victime : les lyonnais qui chutent sans appel 3-0.
Au tous suivant les Brugeois affrontent les redoutables anglais D’Ipswich qui feront bien des malheurs aux verts de St-Etienne plus tard. Les belges chutent lourdement à l’aller, outre Manche, Bruges s’effondre 3-0, un retard quasi irrattrapable. Seulement dans leur nouvelle arènes, les belges font des miracles et en l’emportant 4-0 réalisent l’impensable de retourner une situation très mal embarquée.

En 1/8ème de finale, Bruges affrontent l’AS Roma et emporte les deux manches sur le score de 1-0 ce qui lui donne le droit de passer l’hiver en tant qu’européen et d’affronter le Milan AC. Grâce à un succès net au Jan Breydel Stadion 2-0 à l’aller les belges assurent l’essentiel et la défaite 2-1 à San Siro les qualifie tout de même pour les ½ finale. Une ½ finale face encore à un cador européen : Le Hambourg SV ! A l’aller, Bruges ramène un bon match nul 1-1 et va encore faire la différence à domicile ! Victoire 1-0 la 5ème en 5 matchs européens ! C’est un baptême du feu pour ce nouveau stade et sa première saison ! Et excusez du peu quand on voit le nom des victimes : Lyon, Ipswich, la Roma, le Milan AC et Hambourg.
Et en finale voilà que se dessine une double confrontation (finale en match aller-retour à cette époque en UEFA) face à un autre ogre européen : les reds de Liverpool.
Le match aller à lieu à Anfield et les belges ouvrent le score d’entrée de match et double la mise même pour mener à la mi-temps 0-2 chez les anglais. Au retour des vestiaires, la magie du Kop d’Anfield va encore frapper. Transcendés par les chants anglais, les co-équipiers de Kevin KEEGAN font une seconde mi-temps incroyable et renverse une situation fortement compromise pour remporter un succès historique 3 à 2 !
Cependant Bruges, malgré les regrets que les joueurs peuvent nourrir, a toute ses chances pour le match retour, une victoire sur la plus petite des marges suffit. Le stade est plein et Bruges dès la 2ème minute obtient un pénalty, Lambert le transforme et Bruges continue de tout renverser sur leur pelouse ! Mais Kevin KEEGAN, va mettre à bas les espoirs belges rapidement, en égalisant sur coup franc à la 15ème minute et les reds réussissent l’exploit de ne pas perdre au Jan Breydel Stadion. Bruges, aura de nouveau sa chance en finale de coupe d’Europe face à Liverpool 2 ans plus tard mais cette fois en coupe d’Europe des clubs champions, mais ceci est une autre histoire qu’on vera très prochainement sur Old School Panini.

En attendant de parler du FC Bruges de 1978, voici l’effectif de 1976 :

Birgen JENSEN
Alfons BASTIJNS
Norbert DE NAEGHEL
Georges LEEKENS
Jos VOLDERS
Eddy KRIEGER
René VAN DER EYCKEN
Julien COOLS
Raoul LAMBERT
Ulrik LE FEVRE
Roger VAN GOOL
Daniel DE CUBBER
Conrad HOLLENSTEIN
Henri VAN LOOK
Ernst HAPPEL


Sondage : La Vignette du mois d'Octobre 2010

Voilà le rituel de la fin du mois arrive (bientôt il faudra voter pour celle de l'année !). Encore un mois riche, j'ai pré-sélectionné 10 vignettes. Selon mes humeurs en fonction de l'article mais le plus souvent en fonction de l'image elle-même. au départ il y'en avait 11 mais j'ai retiré celle de Trifon sans la barbe que j'ai mis hors concours. Il a déjà été vignette du mois et je pense qu'il va être vignette de l'année 2010 !
Voici la présentation des 10 vignettes sélectionnés pour le mois d'Octobre, je vous rappelle que vous votez selon vos propres critères, humeur du moment, esthétisme de la vignette, coupe de cheveux, talent du joueur....ça ne regarde que vous.
Bon vote et n'hésitez pas à partager cette page avec le plus grand nombre pour donner une légitimité au résultat. EN vous remerciant d'avance les amis.


1 - Franck LEBOEUF
 LEBOUEUF avec des cheveux c'était obligé de la retenir dans les 10. cette vignette vient de l'article : France-Roumaine 1995, en présentation du dernier France-Roumanie
2 - Daniel LECLERQ
Le druide et c'est vrai qu'il ressemble à Panoramix sur celle là, issu de l'article sur les sang et or de 1976
3 - Martin PALERMO
Dans une incroyable histoire relatant le match où il rata 3 pénaltys, d'ailleurs sur celle-là, il rata aussi sa coupe de cheveux !
4 - Blaz SLISKOVIC
Avant d'adopter son look à la Freddie MERCURY, l'ancien meneur de jeu s'est essayé au look terroriste ! Aujourd'hui il aurait baucoup de mal à prendre l'avion tout de même.
5 - Iordan LECHKOV
issue d'une incroyable découverte : les paninis de la Bulgarie 1992 avec des tronches incroyables, dont celle-çi de Lechkov avec des tifs mais si on devine la future tonsure
Essayez de retrouver les joueurs sans regarder les réponses dans  commentaires : Bulgarie 1991-92
6 - Philippe ANZIANI
Tout simplement Anziani avec des cheveux, je ne croyais pas que ça avait existé, retour sur la carrière du premier dopé à se faire chopper dans le championnat de France : Paninomorphologie - Philippe ANZIANI
7 - Claudio GARCIA
Mon idole TURCO ! Sur celle-là ce qui me fait marrer c'est que le photographe l'a mis de baiis pour qu'il rentre dans la vignette El ancho TURCO !!Claudio "Turco" GARCIA
8 - Helmuth DUCKADAM
L'article du mois sur OSP, merci d'ailleurs à tou sceux qui l'ont partagé, une histoire de fou, que ce héros d'un jour torturé par la police secrète de Ceaucescu !  : Helmuth DUCKADAM, le héros et le dictateur.
9 - Jaccques SANTNI
Un habitué de OSP et des sondages, mais franchement avouez que cette posture est terrible !! Y'avait cassoulet pas frais à la cantine ce jour là ?? Tiré de la Paninomorphologie - Jacques SANTINI
10 - Chris WADDLE
Là aussi un habitué d'OSP, la coupe au mulet y est pur beaucoup. Tiré de l'article sur le fameux : OM - Milan 1991

Frankie VERCAUTEREN

Après la présentation de l'équipe d'Anderlecht 1976, voici la paninomorphologie d'un des ses plus grands joueurs et qu'on a eu la chance de voir évoluer en France : Frankie VERCAUTEREN. VERCAUTEREN arrive en France pendant l'été 1987, à une période un peu folle du championnat de France où les clubs rivalisaient avec les plus grands championnats pour attirer les meilleurs joueurs internationaux après la coupe du monde 86. Claude BEZ réussit à faire venir à Bordeaux les frères Vujovic, à Marseille, Tapie signe Karl-Heinz, Forster, Blaz Sliskovic (voir Paninomorphologie Blaz Sliskovic) et Klaus Allofs. Au Matra Racing, Lagardère fera venir ni plus ni moins que Pierre littbarski et Enzo Francescoli et même Brest réalise des grands coups avec son président Ivinec, qui fera venir Julio César et José Luis Brown, avant le spectaculaire feuilleton Roberto Cabanas (voir article sur Brest : chapitre 2 : l'apogée) . Bon chacun de ses dirigeants va connaitre son lot de désillusion dans le football et la France va cesser de devenir une terre d'accueil pour stars mondiales.

Je ne les cite pas tous les joueurs, je me suis retenu aux présidents qui ont fini en prison où les clubs qui ont lourdement chuté, une fois la DGNC passé dans le bureau du comptable mais on pouvait noter aussi dans cette même période la présence de Carlos VALDERAMA à Montpellier, d'Erwin Van Den Bergh à Lille, John Sivbaek à St-Etienne, Ray Wilkins au PSG (voir la paninomorphologie de Ray Wilkins), Glen Hoddle et Mark Hateley qui débarquent à Monaco. Que de stars qui arrivent pendant les étés 86 et 87 en France qui à l'époque rivalise avec le calcio au nombre d'internationaux ayant disputé la dernière coupe du monde. Ensuite l'interdiction des clubs anglais de jouer la coupe d'Europe levée et l'arrêt Bosman vont changer tout cela.

Mais Nantes n'est pas en reste en 87-88, l'équipe possède un des meilleurs joueurs du monde en la personne de Jorge BURRUCHAGA et réussit deux gros coups en signant le buteur Mo JOHNSTON de Glasgow (je dis Glasgow car ce joueur commettra l'infamie de passer des Celtics aux Rangers après son passage à Nantes et ça dans le Old Firm ça ne se fait pas et les supporters du Celtic ne lui ont toujours pas pardonné) et surtout Nantes fait venir dans le championnat français un des tous meilleurs joueurs d'Europe Frankie VERCAUTEREN. Frankie VERCAUTEREN a débuté justement en 1976 avec Anderlecht chez les pros, il a seulement 20 ans et il s'impose immédiatement dans une équipe qui va rayonner sur l'Europe à la fin des années 70 et sur le championnat belge dans les années 80.
Le palmarès avec les "mauves" est impressionnant entre sa première saison en 1975-76 et sa dernière en 1986-87:

# Champion de Belgique en 1981, 1985, 1986 et 1987
# Vice-Champion de Belgique en 1976, 1977, 1978, 1979, 1982, 1983 et 1984
# 368 matches et 92 buts marqués en Division 1 belge
# Vainqueur de la Coupe de Belgique en 1976
# Vainqueur de la Coupe des Vainqueurs de Coupe 1976 et 1978
# Vainqueur de la Coupe de l'UEFA en 1983 avec le RSC Anderlecht
# Vainqueur de la Super-coupe de l'UEFA en 1976 et 1978 avec le RSC Anderlecht
# Finaliste de la Coupe des Vainqueurs de Coupe 1977 avec le RSC Anderlecht
# Finaliste de la Coupe de l'UEFA en 1984 avec le RSC Anderlecht

Buteur mais surtout créateur du milieu de terrain, VERCAUTEREN multiplie les passes décisives mais ma préférée restera celle-ci :

video

Anderlecht à la fin des années 70 et début des années 80 est un cador européen, grâce notamment au rendement de Franckie mais le milieu de terrain belge rayonne aussi avec les diables rouges qui vont connaitre leur âge d'or durant les années 80 et Vercauteren en sera un des principaux artisans. S’il loupe l'Euro 80, premier coup d'éclat des diables rouges dans une grande compétition internationale (voir l'article sur les diables rouges de l'Euro 80) il sera un cadre de la sélection jusqu'en 1987.

VERCAUTEREN comptera 63 sélections et surtout 11 années de présence chez les diables rouges pour 9 buts. Je précise le nombre d'années car pour moi c'est bien plus parlant que le nombre de sélections ! Aujourd'hui un international avec 11 ans de présence en équipe nationale dépasse facilement le cap des 100 capes !!
Avec l'éclatement des pays du bloc de l'Est : URSS, Yougoslavie il y a beaucoup plus de matchs éliminatoires. A titre de comparaison en 1981 (année où VERCAUTEREN devient le patron, du milieu de terraine diables rouges) la Belgique dispute que 6 matchs (5 en éliminatoires de la coupe du monde + 1 amical), 20 ans plus tard, en 2001 les diables rouges en disputent 10 (8 éliminatoires de la coupe du monde + 2 amical). Donc plutôt que de comparer des joueurs au nombre de sélections à des époques différentes je préfère évoquer le nombre d'années de présence en sélections !!

Et avec 11 saisons chez les Diables Rouges, ça pose son bonhomme surtout dans une période dorée où les belges ne manqueront aucun grand rendez-vous international (Championnat d'Europe 80 et 84 + coupe du monde 82 et 86). C'est lors de cette coupe du monde que les belges réaliseront leur meilleur parcours, éliminant en 1/8ème un des grands favoris : L'URSS : 4 à 3 en 1/8 de finale puis l'Espagne en 1/4 avant de chuter en demi-finale face à Diego Maradona qui trompera 2 fois Jean-Marie Pfaff et brisant les rêves de tout le peuple d'outre Quiévrain. Frankie s'illustra pendant le mondial mexicain, marquant notamment ce splendide but face aux rugueux paraguayens (je sais c'est un pléonasme) :

video

Au retour du mondial, Vercauteren est de nouveau champion avec Anderlecht mais, en fin de carrière, il aspire à une aventure à l'étranger et la France à cette époque est un El Dorado pour les anciens mondialistes, comme décrit plus haut. 

Aux côtés de Burruchaga, le milieu nantais a de la gueule et Vercauteren s'adapte rapidement au jeu nantais et réalsies de bonnes prestations, buteurs, passeurs il s'illustre chaque week-end sur les terrains de division 1 et les spectateurs (dont j'ai la chance d'avoir fait parti) se régale de voir un tel joueur. Avec les Susic, Giresse, Ou à un degré moindre Slsikovic et Valderama il fait parti des grands numéro 10 qui évoluent en France. Mais les canaris sont dans une phase de transition. Les héros de naguère : Amisse, Baronchelli, Pécoult, Rio ne sont plus là et les jeunes pousses ne sont pas encore aguerris à la division 1. Vercauteren évolue au milieu avec es joueurs comme Marcel DESAILLY, Didier DESCHAMPS et Jean-Michel FERRI alors à peine âgés de 20 ans.

Les canaris, finissent 10ème, puis deux fois 7ème pendant ses 3 saisons aux bords de l'Edre. Frankie, réalise 2 saisons et demie pleines avant de connaitre des pépins physiques sur la fin. En 78 matchs de championnat il inscrit 19 buts mais surtout termine meilleur passeur du championnat à 2 reprises en 88 et 89, pas mal pour un joueur soit disant en pré-retraite.
Frankie fera une dernière pige, en retournant à Bruxelles, au RWD Molenbeek, vous vous souvenez de ce club, j'en avais parlé il n'y a pas très longtemps : (voir article sur le RWD Molenbeek 1975).

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...