Les ALONSO : Père-Fils

Vous reconnaissez ce joueur ? Il s'agir de Miguel Angel "Periko" ALONSO à la fin de sa carrière dans le club du CE SABADELL. Le CE SABADELL est un club catalan, de la ville de SABADELL (un peu plus de 200 000 habitants) et n'est pas un grand club du foot espagnol (14 saisons en première division lors des 107 années d'existence du club) vous vous demandez pour quoi je parle de ce petit club mais vous verrez après qu'il a joué un rôle important dans l'histoire des ALONSO. Miguel ALONSO est un ancien international, il compte 20 sélections avec la Roja au début des années 80. Et si Miguel ALONSO a disputé la cuope du monde 1982, son fils lui l' remporté en juillet dernier, ah oui son fils c'est Xabi ALONSO.
 

Le père et le fils sont nés dans la même ville de Tolosa, dans le pays basque espagnole. Miguel ALONSO jouait alors à la Réal Sociedad, club de la région et remporte deux titres de champions d'Espagne. Quand à la fin de sa carrière il évolue donc à Sabadell, Xavi à 6 ans et commence à très bien manier le ballon et son père décide donc de l'emmener aux entrainements du club de Sabadell. Xavi regarde les séances de son père et admire son jeu de passe, son positionnement et décide d'évoluer au même poste de milieu défensif. Et tou comme son père il décide de débuter au pays basque tout d'abord à Eidar petit club mais qui évolue ne division 2. Son père est alors entraineur et curieux destin, alors qu'il est appelé pour prendre la succession de Javier Clemente remercié au mois d'octobre 2000, son fils arrive au club le 1er décembre mais les deux hommes n'évolueront qu'un mois ensemble. 

En effet le 7 janvier suivant Miguel est remercié au bout de seulement 11 matchs (bilan peu flatteur de 7 points pris sur 33 possibles). L'association père-fils n'a pas fait des étincelles car Xavi n'a jamais été aligné sur le terrain quand son père coachait. En revanche il ne quittera plus le terrain quand John TOSCHAK arrivera de St-Etienne et se révélera avec l'arrivée de Reynald Denoueix. Avec l'ancien nantais à la tête de l'équipe basque, la sociedad fait des miracles. Le club est 1er quasiment toute la saison 2002-03 devant le Réal et le Barça. Mais une défaite 3-2 face au Celta Vigo, leur fait perdre le titre au profit du Réal de Madrid. Le fils ne reussira pas à marcher sur les pas de son père en étant champion avec la Sociedad.
Mais pour le fiston, il connaitra d'autres joies. Sa vision du jeu, son volume et son impact physique (il n'y a qu'à voir comme il a repousse de la poitrine le tacle de De Jong en finale de la coupe du monde) en font un des meilleurs milieux défensifs d'Europe. Rafael BENITEZ qui hispanise Liverpool à cette époque l'appelle sur les bords de le Mersey. Et XAVi s'impose tout de suite en premier league et en ligue des champions surtout.

C'est lui qui égalise à 3 partout en finale de la ligue des champions 2005 pour le "miracle" d'Istanbul. Dans un scénario incroyable (Liverpool était mené 3-0 à la mi-temps face au Milan A.C) les reds remportent leur cinquième ligue des champions et ALONSO fils devient une vedette internationale. Il s'impose définitivement en équipe nationale, et aux côté d'Iniesta et Xavi il compose le meilleur milieu de terrain au monde. Champion d'Europe, et champion du monde, il a tout remporte sauf un championnat. Liverpool s'enlisant en 2009 devant les éventuels repreneurs, il décide de retourner au pays. Il fait parti des nouveaux galactiques, arrivé en même temps que Cristiano Ronaldo, Kaka et Benzema, il a pour énorme mission d'être le patron du milieu devant la défense et aussi le 1er relanceur. Rôle à Madrid que personne n'a su faire depuis Fernando REDONDO et Xavi a beaucoup de similitude avec l'argentin. Tous deux évoluent dans le même registre avec la tête haute et le buste droit, ils sont toujours combattifs dans la lutte du milieu de terrain mais ne taclent que très rarement, défendant au maximum debout et ils ont une excellente vision du jeu qui leur permet d'être les premières rampes de lancement des attaques.
En revanche le fait d'avoir signer chez le Réal est une grosse démarcation par rapport à son paternel, en effet Miguel après ses deux titres de champions avec la Sociedad en avait acquis un troisième avec le FC Barcelone, où il évolua de 1982 à 1985 !


2 commentaires:

  1. Hahahaha la tête du fiston Alonso sur la vignette de la Real Sociedad!!

    Chouette article en tt cas !!

    RépondreSupprimer
  2. Merci Daoud. Je l'ai fait rapidement, ça me faisait plaisir de comparer le père et le fils.

    RépondreSupprimer

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...