JPP l'intégrale

J’ai promis de faire le portrait de chaque joueur représenté dans l’équipe de France de tous les temps et je vais commencer par monsieur JPP. En revanche je ne vais pas vous parler de sa carrière tout le monde la connait : des papinades au vélodrome à un rythme industriel, ensuite un départ au Milan AC l’année juste ou ses copains marseillais gagnent enfin la coupe aux grandes oreilles. Puis cette même année 93, juste avant l’hiver il y a l’épisode bulgare au parc des princes qui le prive de mondial américain. Maudite année 1993 pour JPP qui le prive de ce mondial où il voulait tant briller car JPP avait déjà disputé une coupe du monde et c’était en 1986. A cette époque notre JPP avait réussi l’exploit de jouer un match de coupe du monde avec la France sans jamais avoir disputé un seul match de 1ère division à l’époque. C’est cette histoire que je vais vous raconter, ce conte belge une fois.
Tout a commencé non loin de la frontière à Valenciennes où JPP débute en division 2, avec 5 000 francs par mois, un loyer à payer et un gosse à nourrir ce n’était pas le Pérou mais toujours mieux que l’INF Vichy, où il végétait en national. A Valenciennes JPP s’entend avec tout le monde, ses partenaires, son entraineur Gaby DESMENEZ mais pas son président Alain CLEUET. Quand JPP évoque ses relations avec CLEUET il n’y va pas par 4 chemins : « C’est à cause de lui que je suis parti. Paradoxalement, il m’a peut être permis de m’éclater »

En ce printemps 1985, les acheteurs ne se bousculent pourtant pas au portillon du stade Nungesser. Lille et Lens se renseignent, pour voir. En France seul Nîmes (pensionnaire également de division 2) s’était réellement déclaré intéressé. Restait la piste outre Quiévrain et le FC Bruges. Les dirigeants belges sentaient le bon coup, eux qui avaient déjà supervisé PAPIN 5 fois. Et le premier étonné de cet intérêt du grand club belge fût JPP lui-même, il déclara lors de son transfert : « J’avais marqué 15 buts dans la saison en D2. Bon ce n’était pas nul mais de là à casser la tirelire ». Le FC Bruges emporte le morceau contre 2 millions de Francs. « Pour un inconnu c’est beaucoup » dira en plaisantant notre JPP national. Quand l’OM vendra JPP au Milan 7 ans plus tard, ce sera contre 80 millions de Francs, record mondial à l’époque !
En tout cas c’est un Papin enchanté qui se rend dans la Venise du nord, mais il n’est pas au bout de ses surprises. A son arrivée le club mettait une superbe villa de 9 pièces à sa disposition. Rien à voir avec le minuscule appartement de Valenciennes. Les français comprenaient alors leurs erreurs. Trois jours après, alors que les Papin sont encore dans les cartons, le Racing Club de Paris alors en division 1 arrive pour discuter. Trop tard JPP restera en Belgique. JPP était maintenant dans la place et c’était à lui de jouer et sa bonne étoile n’allait pas la lâcher. En effet l’attaquant Wellens, en raison d’une pubalgie, allait rater le début de saison. La voie était libre pour JPP qui formerait l’attaque de Bruges aux côtés du redoutable Jan CEULEMANS. 


Et dans cette voie notre JPP s’y engouffre sans se poser de questions, d’ailleurs ce n’est pas le style du bonhomme. Il commençait à marquer but sur but et découvrit un autre football, sans temps morts qu’il décrit ainsi « A qualité égales, les belges en veulent d’avantage. Chez eux un match dure 90 minutes, pas 89 »
Voici une première compil vidéo (assez dure à trouver les images de l’époque donc savourez) des premiers faits d’armes de JPP. Vous y verrez une chose étonnante : JPP faisant un contrôle dans la surface. Personnellement il a fallu que je revoie deux fois l’action pour y croire.

video

Son bon début de saison lui vaut d’être convoqué avec les espoirs pour un match en RDA. Les espoirs voyagent avec les A et dans l’avion il ne sont que deux joueurs à jouer hors de France, lui et Michel Platini.
Au retour de cette trêve internationale l’attend un autre déplacement celui de la coupe d’Europe. Bruges se rend à Porto pour jouer le Boavista. Tout 1er match européen pour JPP et tout premier but. Hélas Bruges s’inclinent tout de même 4-3 mais ce n’est pas un si mauvais résultat avec la perspective de la manche retour à la maison. 

Au retour, ce 2 octobre 1985 va rester dans les mémoires de JPP pendant longtemps. Bruges l’emporte 3-1 et sa qualifie grâce à un tripé de Jean-Pierre PAPIN qui quitte le stade Jan Breydelstadion où le public flamands scandera des « Merci Jean-Pierre » en français dans le texte. JPP avouera qu’il ne savait plus où se mettre et « j’ai quitté le terrain en larmes » et d’ajouter « Ce jour-là, les bleges se sont vraiment demandé pourquoi les français m’avaient laissé partir » JPP réussissait ses débuts européens et commençait à attirer les médias français sur lui. Bruges marchait toujours aussi bien en championnat mais allait chuter en coupe d’Europe face au Spartak Moscou et son gardien, alors considéré comme le meilleur au monde, Rinat DASSAIEV. Les deux hommes se retrouveront quelques mois plus tard…
Sur cette seconde compil, on voit un JPP dans un registre qu’on connait bien : Serial buteur !!


video


Tout cela remonte aux oreilles du sélectionneur national et Henri MICHEL n’y reste pas insensible, il convoque JPP pour un match amical contre l’Irlande du Nord, le 26 février 1986. Au Parc des Princes, JPP débutait la rencontre aux côté de Rocheteau en attaque, devant Platini et Giresse, en somme des conditions idéales pour débuter hélas sur un terrain impraticable, le jeu s’enlise et on assiste à un bon 0-0 des familles. Mais JPP s’est démené comme un beau diable et à séduit le sélectionneur, Henri MICHEL déclarait à la sortie des vestiaires : « Papin a tout pour lui la vitesse de course, la détente, la frappe de balle et surtout un culot énorme » mais surtout il sera adoubé par PLATINI lui-même qui avoue adorer jouer avec JPP.
Jean-Pierre PAPIN ira au Mexique mais le cœur un peu triste, il a perdu le championnat face à Anderlecht en match d’appui puis la finale de la coupe de Belgique. Au mondial aussi ce fut dur pour JPP, malgré un esprit apaisé après avoir signé un bon contrat avec l’OM. Le premier match face au Canada ne doit être qu’une formalité mais la France malgré une domination sans partage n’arrive pas à ouvrir la marque et comme un symbole JPP croque toutes les occases, gaspillant les caviars à la louche. Stopyra remplace Rocheteau et à 10 minutes de la fin, il trouve JPP sur un centre qui marque enfin, la France s’impose par la plus petite des marges. 

JPP qui bute, "une fois de plus", sur le portier canadian
Le lendemain, JPP se fait lyncher par les critiques. MICHEL toutefois lui renouvelle sa confiance pour le match au sommet face à l’URSS. Papin retrouve DASSAIEV et là encore c’est le portier soviétique qui aura le dernier mot mais pourtant difficile d’en vouloir à JPP. Autant face au Canada il a vendangé à tout va autant ce jour là DASSAIEV était quasi-imbattable. Toutefois ce match coutera sa place à JPP qui fut remplacé par un Stopyra étincelant, révélation du mondial. 

JPP qui n'arrive toujours pas à battre DASSAIEV
Papin jouera le dernier match avec les remplaçants pour la 3ème place face à ses potes belges, ce sera malheureusement son dernier match de coupe du monde.

Et comme c’est noël et que c’est le titre de l’article voici l’intégrale des vignettes Panini de JPP :

Valenciennes 1984-85 (Division 2) 33 matchs - 15 buts
FC Bruges 1985-86: 37 matchs - 25 buts
OM 1986-87 : 33 matchs - 13 buts
OM 1987-88 : 37 matchs - 19 buts
OM 1988-89 : 36 matchs - 22 buts
OM 1989-90 : 36 matchs - 30 buts
OM 1990-91 : 36 matchs - 23 buts
OM 1991-92 : 37 matchs - 27 buts
Milan AC 1992-93 : 22 matchs - 13 buts
Milan AC 1993-94 : 18 matchs - 5 buts (Mais il remporte enfin la LDC)
Bayern de Munich 1994-95 : 7 matchs - 1 but  (mais élu but de l'année)
Bayern de Munich 1995-96 : 20 matchs - 2 buts
Girondins de Bordeaux 1996-97 : 32 matchs - 16 buts
Girondins de Bordeaux 1997-98 : 23 matchs - 6 buts

Et la seule avec l'équipe de France lors de l'Euro 92. En sélection JPP c'est 54 matchs et 30 buts !

Et bien que de chemin parcouru depuis les bancs de l'école !!


Merci à Claude pour bon nombre des vignettes, merci à Daoud pour la vignette "belge" et merci aux gars du forum foot nostalgie pour les magnifiques photos (world cup 86 + JPP à l'école)

4 commentaires:

  1. Magnifique Article !! tu sais ce que je pense de JPP toujours un héros du coté de la Venise du nord !!

    Joyeux NOËL aux lecteurs de cet EXCELLENT blog !!

    RépondreSupprimer
  2. Merci Mr David, alias DAOUD. Merci pour la vignette et joyeux noël

    RépondreSupprimer
  3. Bel article! Une fin de carrière en queue de poisson pour un des tous meilleurs avant-centre européen de sa génération (l'histoire de sa première convocation est marrante, avec H.Michel l'appelle et JPP lui raccroche au nez pensant à un canular!!)
    Les vignettes 89-90 & 90-91 se ressemblent beaucoup lol

    RépondreSupprimer
  4. papin gagne la finale de la coupe de Belgique en 1986.

    RépondreSupprimer

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...