Quand les bleus ont joué avec des maillots de pécheurs !

Cette histoire est ultra-connue mais j’avais revenir sur le plus grand gag de l’histoire de la coupe du monde et comment la France s’est couvert de ridicule.
Dernier match de poule pour une équipe de France, déjà éliminée, et qui affronte pour l’honneur la Hongrie à Mar Del Plata. Le match doit débuter à 13h45 heure locale soit 18h45 en France. Une ½ heure avant le coup d’envoi, pendant que les deux formations s’échauffent sur le terrain en survêtement, un détail interpelle Henri MICHEL. Le capitaine du FC Nantes, remplaçant et en civil pour ce dernier match sans enjeu, s’approche de Torocsik, le meneur de jeu myagar et regarde le col blanc qui dépasse de son survet. Alors dans un anglais impeccable, l’ancien sélectionneur des bleus s’adresse à son homologue hongrois : « Maillot white ? », Torocsik qui maitrise tout aussi bien la langue de Shakespeare répondit : « yes, white ». Alors dans un dialogue qui donnerait des envies de meurtres au premier professeur d’anglais venu, Michel : « french, white » et Torocsik « no, hungarn white ». Et comme si ce dialogue n’était pas assez limpide, l’hongrois ouvra son survet tel un exhibitionniste devant le petit écolier Michel et dévoila son maillot immaculé. Là chacun des 2 joueurs courut vers ses dirigeants, car il y avait un souci. Là un homme sentit des frissons lui coulé le long du cou et il ne tarda pas à avoir les commissions dans le filet. Cet homme, c’est Henri PATRELLE (oui j'hséite pas à balancer les noms), intendant des bleus. Il était pourtant certain d’avoir lu une circulaire selon laquelle les français opéraient ce jour là, à Mar Del Plata en maillot blanc, culotte bleue, bas rouges. Mais son homologue hongrois affirmait que lui aussi avait une circulaire lui enjoignant de porter des maillots blancs. L’un des deux avait évidemment tort et les vérifications officielles tournèrent à la confusion des français. Henri PATRELLE, n’avait jeté qu’un coup d’œil distrait sur une note officielle qui modifiait les premières instructions et obligeait les français à jouer en maillot bleu, culotte bleue et bas rouges. C’était une faute, un impair impardonnable en coupe du monde devant les yeux du monde entier.
Et dans la série de l’emmerdement maximal, PATRELLE commettait une bourde aux conséquences biens plus importantes : il laissa le premier jeu de maillot (les bleus donc) au lieu de repos des français à l’Hindi Club à…Buenos Aires. Ne pas lire une note officielle quand on est intendant est déjà une faute grave mais faire un déplacement international avec un seul jeu de maillot là c’est du sabotage !
Et à quelques minutes du coup d’envoi, les français se retrouvent sans maillot et en coupe du monde il n’est pas possible de jouer torse nu ou de jouer avec les manches retroussées comme on pouvait le faire à la cour d’école pendant la récréation. Comment faire ? Tout le monde paniquait et la seule solution fût de trouver un jeu de maillot dans la ville. Une voiture de police sirène hurlante quitta le stade en quête d’un jeu de maillot et qui plus est d’une autre couleur que blanc. La voiture se dirigea vers les locaux d’un club de la ville :le Kimberley FC. Petit club amateur qui allait voir ses couleurs exhibées aux yeux du monde entier. Pendant ce temps, les minutes passaient, le public s’impatientait et sifflait, les chaines de TV qui avaient l’antenne mais pas d’images à diffuser s’arrachaient les cheveux, les horaires mis à mal. Chaque seconde qui défilait donnait une dimension encore plus grande à cette affaire.
Enfin, la voiture revient au stade avec son précieux sésame, celui qui ouvrait les portes de cette rencontre : des maillots verts et blancs à rayures verticales. Ils auraient pu être beaux mais étaient assez miteux et couvraient de ridicules les joueurs et surtout la délégation française. En tout cas ils donnaient une allure étrange aux français et le public, qui avaient longtemps sifflé lorsqu’un haut parleur lui avait appris la cause du retard, éclata de rire à la vue de ces français tout droit sortis d’un film à la Marx Brothers. Jamais les habitants de Mar Del Plata, n’auraient imaginé que leur valeureuse petite équipe, formée uniquement de pécheurs et qui n’était jamais sorti de la ville, recevrait une telle gloire. Les plaisanteries fusaient de toute part : Kimberley en coupe du monde !
En tribune Fernand SASTRE, président de la FFF avait la tête des mauvais jours et Henri PATRELLE lui, affichait une pâleur cadavérique, il déclara le lendemain de la rencontre : « Je suis le seul responsable, je n’ai pas lu la 2ème circulaire qui modifiait la 1ère. La Fédération sera sûrement sanctionnée par ma faute, mais on ne pourra pas prendre le montant de l’amende sur mon salaire, je ne suis qu’un bénévole »
Défense qu’on verra encore à la dernière coupe du monde où pour défendre son échec, la fédération mettait en avant leur statu d’amateur, comme quoi les années passent mais la France montre toujours autant de talent pour être la risée du monde entier lors de certaines coupes du monde.
Pour la petite histoire la France ce jour là remporta le match 3 buts à 1, avec des réalisations françaises signées : Christian LOPEZ, Marc BERDOLL et Dominique ROCHETEAU.

Voici l’équipe de France 1978, vu par Panini :

André REY
Gérard JANVION
Patrice RIO
Marius TRESOR
Christian LOPEZ
Maxime BOSSIS
Dominique BATHENAY
Jean-Marc GUILLOU
Henri MICHEL
Michel PLATINI
Dominique ROCHETEAU
Christian DALGER
Bernard LACOMBE
Didier SIX
Olivier ROUYER
Dominique BARATELLI

8 commentaires:

  1. En conclusion, les pêcheurs ont fait trembler les filets.

    RépondreSupprimer
  2. En 2010, nous n'avions plus de pêcheur mais tout de même un paquet de tanches, n'est-il pas ?

    RépondreSupprimer
  3. Excellent Marco. Tu devrais en faire plus des commentaires

    RépondreSupprimer
  4. Kimberley n'est pas un equipe de pecheurs et avais participe a Pro League argentine en avant a 1978. Kimberley avais vencu beaucoup match a profesional equipes, comme Independiente, River Plate, Racing, Talleres, Atlanta... Pardom pour mon francais.

    RépondreSupprimer
  5. Merci de cette info A5Printshop (il est très bien ton français). Je ne connaissais pas cette équipe et je tirais l'information d'un livre français écrit par un journaliste de l'Equipe. Merci à toi pour ces informations !!

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Alex,

    Je recherche un exemplaire du sticker de Marius Trésor afin d'en effectuer une reproduction.
    Si vous en conservez toujours un, serait-ce possible de me répondre à l'adresse suivante:
    mathilde.guinard@gmail.com

    Je vous remercie beaucoup,

    Mathilde Guinard

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour,

    désolé je ne réponds plus à ce genre de sollicitations. Vous pouvez pas imaginez le nombre que j'en reçois. Rien qu'aujourd'hui 25 août une dizaine de demandes !!

    C'est pour ça que j'ai fait ce blog pour partager avec le plus de monde et pas envoyer à chacun tel ou tel image.

    J'espère que vous comprenez ma position

    RépondreSupprimer

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...