Paninomorphologie - Philippe ANZIANI

Pourquoi passer Anziani à la Paninomorphologie ? Tout simplement grâce à Nicolas, collaborateur de l’excellent FCN Museum, qui m’a envoyé cette vignette de 1981 où Anziani évoluait dans son club formateur du FC Sochaux ! Et si comme moi vous vous souvenez d’Anziani à Monaco et à Nantes, ça doit vous faire un choc de le voir avec autant de cheveux et en plus il a une sacré tignasse, celui que beaucoup de monde compare aujourd’hui à John Malkovitch !
Anziani sur le terrain c’est un joueur multiservices en attaque, baladé à tous les postes dans ses différents clubs, il souffrira de cette polyvalence. Avec + de 480 matchs de D1 mais stoppé à 99 buts (comme Florian MAURICE il arrêtera le foot sans inscrire ce 100ème but et franchir cette barre fatidique dans une carrière) mais seulement 5 sélections en équipe de France. Anziani restera un excellent joueur de club qui n’aura jamais réussi à s’imposer à l’international. Ce qui est drôle c’est que ce que je raconte le magazine Mondial (avant qu’il ne fusionne avec Onze et dont le principal actionnaire était un certain Michel Platini) dans sa fiche de 1987 (vous vous en souvenez des fiches mondial à prédécouper ? non bon je mettrais celle d’Anziani en fin d’article) annonçait déjà la couleur !
Extrait de la fiche, sans complaisance, de Mondial :

08 décembre 1984 : Philippe ANZIANI dispute son 4ème match sous le maillot tricolore. Rentré à la 84ème minute, contre la RDA pour un match de coupe du monde (éliminatoires, ndosp). Il marque son premier but international à une minute de la fin. 14 octobre 1987, près de 3 ans ont passé, 34 mois durant lesquels on n’entendra plus parler de l’ancien sochalien en équipe de France. Mais voici ce France-Norvège, en éliminatoires du championnat d’Europe. Un match sans grand enjeu (la France est déjà éliminé) qui doit permettre à la France de bâtir une nouvelle équipe (il faut construire l’après Platini qui a pris sa retraite internationale, 6 mois plus tôt, ndosp). Anziani en fait partie. Sans aucun succès, come tous ses partenaires d’ailleurs.

5 sélections en 6 ans, la première en 1981 contre le Brésil et un constat abrupt : Aniani est un bon joueur de club come il le démontre à Nantes depuis le début de la saison. Mais sa polyvalence l’a conduit, à défaut de pouvoir opérer partout avec brio à ne réussir nulle part. Ses qualités techniques, son jeu précis et surtout sa détermination n’ont jamais été en cause. Mais avant-centre un jour, poste pour lequel il lui manque ce dernier coup de rein dans la finition, milieu un autre jour, ailier un troisième, le nantais s’est retrouvé malgré lui desservi. Certes, à 26 ans, tout est encore possible. Sa réussite cette saison peut lui donner cette confiance et cette maturité internationale qui lui ont manqué jusqu’à présent. Sans compter cette fameuse relève en équipe de France qu’il va bien falloir bâtir. Il peut y contribuer.

Une conclusion qui laisse place à une ouverture positive mais qui masque pas le portrait sans complaisance d’un joueur en pleine activité et qui est train de réaliser une bonne saison. Les propos sont plutôt juste et l’avenir le prouvera, mais il est curieux de voir de tels propos dans un magazine comme Mondial, surtout avec un bilan sur la carrière d’un joueur qui n’a que 26 ans !

Bon c’est vrai qu’après un bon passage à Nantes, le club lui ne connait pas ses plus belles heures, Anziani part au Matra RACING mais il n’y reste qu’une saison et file dans le Var jouer à Toulon sous les ordres de Rolland COURBIS (voir article sur Rolland COURBIS). Là-bas fini les batailles pour les places européennes, ANZIANI apprend à lutter pour le maintien et, est-ce l’influence du truculent entraineur varois, mais ANZIANI rentrera dans l’histoire en étant le premier joueur professionnel du championnat français à être épinglé pour dopage (attention, premier à se faire chopper ça ne veut pas dire premier tout court). Bon là où c’est curieux c’est que le résutat du contrôle montrera que Philippe ANZIANI a été positif pour avoir pris du Di-Antalvic. Au départ on pourrait croire à une farce car tout le monde connait ce médicament aux effets narcoplytiques, un sportif qui prend un médicament qui endort ne peut pas être considéré comme dopé ? 

En tout cas le trublion Courbis, lui sort sa plus grande panoplie d’acteur et d’homme du spectacle pour monter au pinacle et défendre becs et ongles son joueur et crier au complot contre son Toulon. Seulement si le Di Antalvic est depuis des années et c’est toujours le cas sur la liste des produits dopants du CIO s’est qu’il comporte du dextropropoxyphène, qui est un produit qui masque les douleurs et donc de dépasser les limites physiologiques, selon le CIO. Il est à noter au vu des images Panini aussi, qu’il favorise la chute des cheveux !


La fameuse fiche Mondial de Philippe ANZIANI

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...