Paninomorphologie - Blaz SLISKOVIC

L’ancien sélectionneur de la Bosnie fût un sacré globe trotteur lorsqu’il était joueur.
Blaz est né à Mostar en Bosnie et tout naturellement fait ses premiers pas en professionnel au Velez Mostar, il a 17 ans. Ses coéquipiers s’appellent Vahid HALLILODZIC ou Boro PRIMORAC eux aussi passés par le championnat français par la suite.
SLISKOVIC est un jeune meneur de jeu qui allie puissance et technique. Il dénote par rapport aux techniciens habituels à ce poste car il a un gabarit imposant (80 kg pour seulement 1.77 m) et s’en sert a bon escient dans les duels. Le Velez à la fin des années 80 est un club qui monte et vient titiller les grands du championnat (Hajduk, Etoile Rouge, Partizan…).
Blaz se fait remarquer et en 1978 il est appelé en équipe de Yougoslavie. Sa première sélection est lors d’un match amical face à la Grèce le 15 novembre 1978 et Blaz est titulaire, les yougos s’imposent facilement 4-1 avec un triplé de son coéquipier Vahid HALLILODZIC. La saison suivante il est un titulaire à part et forme avec Safet SUSIC un tandem intraitable (Voir Paninomorphologie Safet SUSIC). La Yougoslavie bat en amical l’Italie future championne du monde 4-1 le 13 juin 1979 avec un triplé de Susic puis en septembre de la même année les Yougoslaves battent les argentins, champions du monde en titre, 4-2 avec un nouveau triplé de Susic et un but de Sliskovic (son 1er en sélection). Lors de ces 2 rencontres les deux meneurs de jeu disputent l’intégralité des rencontres et joue un jeu fantastique. Lors des éliminatoires de l’Euro 80, le tandem est reconduit à chaque rencontre et la Yougoslavie remporte tous ses matchs en 1979 (victoire 1-0 en Espagne, victoire à domicile face à la Roumanie et Chypre). 

SLISKOVIC et le Velez continuent leur montée en puissance et remporte la coupe nationale en 1981 ! Le 1er trophée majeur du club, les stars alors du Velez Mostar vont partir vers d’autres cieux. Hallilodzic partira à Nantes tandis que Sliskovic partira pour le grand Hajduk Split. Les débuts sont difficiles pour le meneur de jeu barbu, qui se dote à l’époque d’un look que seule sa mère peut aimer comme on dit. SLISKOVIC a du mal à s’intégrer, cela durera 2 saisons où il disparait des tablettes du sélectionneur national Miljan MILJANIC et loupe le train pour la coupe du monde 1982 en Espagne. 

Après deux saisons galères donc, SLISKOVIC arrive enfin à percer et SPLIT brille sur la scène européenne, atteignant les demi-finales de la coupe de l’UEFA en 1984. Sliskovic réintègre la sélection mais ne fait le voyage en France pour l’Euro 84, le nouveau sélectionneur Todor Veselinović préfère associer un jeune meneur de jeu de 19 ans avec l’expérimenté Safet SUSIC : Dragan « Pixie » STOJKOVIC. SLISKOVIC continue pourtant de briller et s’impose comme le patron de l’Hajduk. Solide et doté d’une frappe de balle incroyable il impressionne les recruteurs étrangers et moi-même quand je regarde cette vidéo.

video


C’est en coupe d’Europe que Sliskovic se fait surtout remarquer des clubs français au cours d’une rencontre. En 1985 Split rencontre Metz au 1er tour de la coupe UEFA et explose les lorrains 5 à 1. Sliskovic est à la baguette et Zlatko VUJOVIC à la finition réalisant un incroyable quadruplé (voir l’article sur les frères Vujovic). Les deux hommes ont impressionné et ce retrouve la saison suivante en France Vujovic avec son frère ira à Bordeaux tandis que SLISKOVIC rejoint la Canebière pour être le patron du nouvel OM et de son ambitieux tout jeune président : Bernard Tapie.

Sliskovic sur la Canebière

D’un point de vue comptable, son bilan pour sa 1ère saison à l’étranger est plutôt bonne et tout le monde à en mémoire son corner direct réalisé au Vélodrome (désolé mais elle est introuvable cette vidéo). Mais Sliskovic va se comporter, et ce sera une constante dans sa carrière, comme un mauvais professionnel montrant trop peu d’implication à l’entrainement et choisissant ses matchs. Les dirigeants marseillais stoppent l’aventure au bout d’un an et font venir Patrick DELAMONTAGNE de Laval pour le remplacer.
Sliskovic jouit encore d’une bonne côte sur le marché des transferts et part dans le Calcio pour une première expérience à Pescara. Après un départ canon le club retombe lentement mais inexorablement dans l’anonymat et se sauve de la relegation in-extremis malgré une fin de championnat catastrophique. 

Sliskovic fait bonne impression en Italie, ses 8 buts au cours de la saison permettant au club de se maintenir. Du coup Blaz continue de voyager er retourne en France et commence sa série de scoumounard !
A Lens, il n’inscrit qu’un seul but et les nordistes sont relégués à la fin de la saison. Sliskovic fait alors ses valises à Mulhouse, le club finit bon dernier et est également relégué en division 2 malgré la bonne saison de Sliskovic et ses 9 buts. Mais 2 relégations en 2 ans font une mauvaise pub pour le bosniaque qui refuse d’exprimer son talent à l’étage inférieur et pointe donc au chômage pendant une saison complète.

Après un an d’inactivité les dirigeants rennais se rappellent à son bon souvenir et l’embauche, le Stade Rennais finit 18ème et est relegué en 2ème division. Sliskovic en est à son 3ème club différents et à sa 3ème relégation consécutive, il décide donc de quitter définitivement la France pour revenir en Italie à PESCARA où il jouit encore d’une très bonne côte. Seulement Pescara finira bon dernier du championnat Italien, la 4ème relégation consécutive aura raison de la volonté de Sliskovic qui à 35 ans retourne dans une Yougoslavie totalement recomposée. 

Après un an sans jouer, la seconde fois dans sa carrière tout de même et qui démontre bien l’esprit du gars qui se prend 2 années sabbatiques, il rechausse les crampons au Hrvatski Dragovoljac, qui ne descendra pas cette fois-ci. Après 2 saisons il rejoint le HSK Zrinjski Mostar, l’ennemi héréditaire du Velez. Les supporters ne lui pardonneront jamais cette trahison. Après 2 saisons il raccroche enfin à 39 ans !!!

Une fois les crampons raccrochés, il deviendra sélectionneur de la Bosnie mais n’aura guère de résultats, il est remercié en 2008 et est remplacé par son ancien partenaire en sélection : Safet SUSIC. Il entraine depuis cette saison le FC Unirea Alba Iulia, prestigieux club de seconde division en Roumanie.



3 commentaires:

  1. sympa dernière photo ...
    l'avant dernière je le laisse pas passer à un portillon d’aéroport ...

    RépondreSupprimer
  2. La dernière photo elle vient de mon blog préféré :
    Les anciens joueurs de foot !!

    RépondreSupprimer
  3. mdr Max l'Ancien
    L'avant dernière photo avec le maillot Yougoslave est monumentale ah ah ah
    il s'est bonifié avec le temps on dirait

    RépondreSupprimer

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...