Bastia - Torino 1977


Le tirage au sort a été peu clément avec les corses en cette fin novembre 1977. Les corses après avoir sorti avec brio le Sporting du Portugal puis les redoutables anglais de Newcastle se voient opposer au Grand TORINO de la fin des années 70 (Voir l’article sur le Torino champion 1976). Mais en cette saison 1977-78 l’équipe Bastiaise est redoutable, après avoir fini 3ème la saison précédente derrière les intouchables nantais et stéphanois, le Sporting démarre la nouvelle saison avec quasiment le même effectif. Le seul changement notable est la perte du précieux ZIMAKO parti à l’ASSE mais compensé par deux prêts, Félix LACUESTA et Jean-François LARIOS faisant le voyage en sens inverse. Cependant si BASTIA a renforcé son milieu il doit compenser la perte de sa perle ZIMAKO en attaque. Pour le remplacer les corses réalisent le « gros coup » en réussissant à faire venir de Valence Johnny REP. Cependant l’arrivée tardive du hollandais sur l’ile de beauté est la raison de son absence dans l’album panini 1978. Malgré cette stabilité et ces renforts de poids, le début de saison est catastrophique et le Sporting est reléguable à la fin du mois d’août avec 3 défaites pour débuter le championnat : 0-2 et 1-2 à Furiani pour les 2 premières journées face respectivement aux monégasques et aux girondins puis les corses prennent l’eau à Marcel Picot chutant 3-0 face au Nancy de Michel PLATINI.

Mais les corses vont se réveiller et l’air de la coupe d’Europe va les revigorer ! Au 1er tour ils défont les portugais du storting en leur infligeant 2 revers (3-2 à Furiani et victoire 2-1 à José Alvalade). Ensuite ils rencontrent les anglais de Newcastle et après un succès 2-1 à Furiani, le sporting devient le premier club français à aller gagner en Angleterre en coupe d’Europe succès 3-1 à St James PARK.
L’équipe tourne a plein régime et se sent pousser des ailes dès qu’approche le parfum de l’Europe. Cependant les 8ème de finale leur réserve un morceau de choix avec le Grand TORINO de Francesco GRAZZIANI. A partir du milieu des années 70 le Toro renait de ses cendres et l’équipe qui fournit la moitié des joueurs de la Squaddra Azzura offre aux italiens un duel légendaire avec sa grande rivale de la Juventus de Turin. En 1976 c’est le toro qui est champion devant la « vieille dame », en 1977 c’est les bianconeri qui souffle le titre devant le Torino (qui ne perdra qu’un seul match en championnat cette année là !! face à la Roma et remportant à succès de rang 2-0 sur le « terrain » de la Juve) et en cette fin d’année 1977 le Toro est second derrière … la Juventus !

Malgré ces 4 victoires consécutives en coupe d’Europe le sporting fait figure de petit poucet et doit disputer el match retour au stadio communale l’antre du Toro !
Le 23 Novembre, la première manche se joue à Furiani et les Turinois ouvrent le score par PULICI mais les corses ont de la ressource et Furiani pousse. Mais grâce au génial PAPI chef d’orchestre de cette équipe corse et de leur vedette hollandaise, Johnny Rep, les locaux renversent la tendance et emportent un maigre succès 2-1.
Avant d’aller dans le Piémont, cette marge de manœuvre est très faible et en ce 7 décembre 1977, les corses rentrent dans le stadio communale comme des chrétiens rentraient dans l’arène, pour se faire dévorer !
Ce sentiment gagnent les joueurs quand les corses foulent la pelouse du Stadio Communale pour l’échauffement ils découvrent un stade enneigé, la manche retour va se dérouler sous des conditions dantesques. Mais dans les tribunes le climat va se réchauffer avec l’arrivée de 15 000 supporters bastiais qui ont fait le déplacement depuis la corse mais aussi du continent.

Les bastiais, chaud comme une baraque à frites, démarre la rencontre pied au plancher et au lieu d’attendre leurs adversaires prennent l’initiative du jeu et au bout de 20 minutes LARIOS ouvre la marque, logiquement. Les turinois sont vexés et vont réagir en champions. Dans leurs rangs figure un virtuose Francesco GRAZZIANI, le meneur de jeu de la Squaddra Azzura sonne la révolte et inscrit 2 buts à la 22ème et 47ème qui enflamme le Stadio Communale. Les 2 équipes sont à égalité sur l’ensemble des 2 rencontres. A ce moment les corses pensent que le vent a sérieusement tourné en leur défaveur. Mais dans leurs rangs aussi il ya un génie, le marocain Abdelkrim MERRY dit « KRIMAU ». L’attaquant corse sur un raide solitaire égalise (50ème) et les corses sont virtuellement qualifiés quand ¼ d’heure plus tard sur un nouvel exploit de Krimau les corses prennent un avantage définitif. Victoire 3-2 face au grand Toro avec un doublé du génial KRIMAU !! La France rêve debout et le pays entier est derrière les corses.
Voici la composition des équipes au coup d’envoi de cette rencontre d’anthologie du 7 décembre 1977 :























La suite de cette coupe d’Europe, ce sont des bastais euphoriques qui se défont aisément des allemands de l’est de Carl Zeiss Jena (victoire 7-2 au match aller à Furiani et leur premier revers dans cette campagne au match retour, anecdotique, 4-2) en ¼ de finale. En ½ finale ils affrontent les sauterelles du Grasshoppers de Zurich. Et malgré une défaite 3-2 en Suisse les corses obtiennent leur billet pour la finale en remportant la manche retour 1-0 dans un Furiani en feu !! Papi inscrivant à la 67ème minute le seul but de cette rencontre mais c’était suffisant.
La finale par contre sera douloureuse et le sporting ne sera pas le 1er club français a remporté une coupe d’Europe. Face aux hollandais du PSV Eindhoven, ils échouent au match aller en corse sur un superbe gardien batave, Van Beveren, qui préserve le 0-0. Il faudra un exploit au Phillips Stadion pour lever la coupe de l’UEFA. Mais Les corses n’arriveront pas à rééditer les performances faites chez le sporting, à Newcastle ou au stadio communale et les hollandais déroulent, facile, un large succès 3-0 qui gâche cette formidable épopée corse.

Retrouver les maillots de ces deux équipes mythiques sur le Retro Football Club


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...