Les SAMMER pére et fils

KLAUS SAMMER et son fils MATTHIAS SAMMER

Le Père

Le premier international est-allemand à été un très grand joueur (17 fois) international et son fils est une légende en Allemagne de l'Est. Matthias est né en 1967 à Dresde où son père évolue depuis 2 ans. Klaus SAMMER à alors 25 ans et ce puissant milieu de terrain est le stéréotype du footballeur est-allemand, grand (1.92) et très physique. Klaus SAMMER s'installe comme une valeur sûre du championnat de RDA et le Dynamo de Dresde commence à jouer les premiers rôles. Le club va devenir le meilleur u pays dans les années 70. Klaus remportera 2 titres nationaux (1971 et 1973). Pendant cette période faste, il participe quasiment à tous les matchs de l'équipe nationale, soit 17 rencontres. En 1973 il prend part à la campagne de qualification pour la coupe du monde chez le voisin de l'Est. Lors du dernier match décisif face à la Roumanie à Leipzig en septembre 1973,  il joue tut le match et participe au succès (2-0) qui envoie les est-allemands en Allemagne de l'ouest pour le mondial. Mais ce match sera la dernière cap de papa Sammer, jugé trop vieux pour la coupe du monde qui arrive, le sélectionneur Est-Allemand, Georg Buschner, lui écrit une lettre pour lui annoncé la nouvelle.

Le Fiston "Le Baron Rouge"

Il arrêtera sa carrière 2 ans après.Pendant ce temps là le petit Matthias grandit et Il prend sa première licence TSG Gröditz, puis rejoint ensuite le SC Einheit Dresde avant de filer au Dynamo Dresde, l’un des clubs phare du pays. Les débuts sont difficiles pour Matthias, 18 ans, qui doit subir l’hostilité de ses propres supporters puisque son entraineur n’est autre que son propre père !
MATTHIAS est très précoce et le Dynamo est alors l'un des tous meilleurs clubs du pays. Il connait les honneurs de la sélection à 19 ans et 1 mois, pour l'histoire face à la France du sélectionneur Platini. En 4 ans il comptera 26 sélections pour 6 buts. Avec le Dynamo il remportera le championnat de RDA en 1989 et 1990. Ces 2 saisons seront ces dernières en Allemagne de l'Est car avec la chute du mur de Berlin, l'Allemagne est unifiée.

 Le 1er "OSSI" a joué avec l'Allemagne

Le père et le fils auront un point commun, il ne joueront jamais la coupe du monde avec la R.D.A mais Matthias lui va la jouer avec l'Allemagne.
En 1990, bien que la réunification fût officielle après la Coupe du Monde 1990, la fédération de football allemande désire prendre le rouquin en vue du mondial italien puisque la frontière entre les deux pays n’est plus qu’artificielle. Toutefois, la question est tranchée via ses matchs de qualifications disputés pour la RDA dans l’année 1989 : il ne peut donc pas porter le maillot de l’Allemagne unifiée et c’est donc la seule RFA qui se présente à la coupe du monde, qu’elle remportera.
Une dernière saison 1990/91 est disputée dans l’ex-RDA, le temps de préparer une Bundesliga unifiée (exceptionnellement à 20 clubs) mais comme beaucoup de « Ossis » (Allemands de l'Est), Sammer part pour le championnat de RFA et rejoint le VfB Stuttgart. Durant sa première saison, il dispute également son dernier match avec la RDA (2-0 à Bruxelles contre la Belgique) où le milieu de terrain inscrit les deux derniers but de la RDA. Ensuite, il devient le premier Allemand de l’Est d’une Nationalmannschaft unifiée lors d’une victoire 4-0 face à la Suisse. 
Toujours placé milieu de terrain comme meneur, Sammer termine 6e lors de sa première saison avec le club souabe puis remporte le titre l’année suivante en 1992. Sur les deux éditions, il y inscrit 20 buts. Vice-champion à l’Euro 92, il quitte dès lors le club de Christoph Daum pour le Calcio, comme la plupart des internationaux allemands de son époque.
Il ne s'imposera pas dans le calcio et retournera en Allemagne, au Borussia Dortmund où il écrira les plus belles pages de sa carrière. Patron du milieu de terrain le grand roux est différent du joueur qu'était son père. Moins physique, il rend 12 cm de moins que son paternel, il est l'organisateur de toutes les équipes où il a évolué, de ce fait il est destiné, comme la plupart grands joueurs allemand,s à migrer vers le poste de libéro.
C'est Ottmar Hitzfeld qui l'installera à ce poste, ce qui lui coute son temps de jeu à la coupe du monde 1994, Berti VOGTS, alors le sélectionneur de la Nationalmannschaftlui préfère alors Matthaus à ce poste. Cependant SAMMER va s'imposer comme à ce poste comme la nouvelle référence. Sammer, a 27 ans, arrive véritablement à maturité. Devenu un véritable électron libre entre l’attaque et la défense, il supplée Andreas Möller dans l’organisation du jeu à merveille et est le grand artisan du titre obtenu en 1995 où il est élu Meilleur joueur allemand de l’année. Ses infiltrations de la seconde ligne et ses nombreuses passes décisives ainsi que ses talents d'organisateur en font la nouvelle star du football allemand. Comparé à son illustre prédécesseur, Franz Beckenbauer, il est surnommé « le Kaiser de Dortmund » mais la ville de la Ruhr, l’appelle déjà depuis longtemps « der Roter Baron », le Baron Rouge (dû à sa chevelure).
En 1996 il conduit l'Allemagne au succès (le dernier en date) à l'Euro anglais et la consécration est totale en décembre de la même année où il remporte le Ballon d'OR. SAMMER est à son apogée, la saison suivante le Borussia DORTMUND remporte la Ligue des Champions. Le club de la Rhur domine la Juventus de ZIDANE 3-1 en finale. Après, les blessures éloigneront petit à petit le baron rouge des terrains et il terminera sa carrière comme entraineur-joueur en se fixant de plus en plus sur le banc de touche pour ne devenir qu'entraineur, encore une fois comme son père.

Retrouvez le maillot de la RDA 1974 ainsi que la veste du Dynamo de Dresde sur le Retro football club


5 commentaires:

  1. J'adorais ce joueur. super technique et un des rares allemands de l'est avec effenberg à être dans la sélection allemande après laréunification

    RépondreSupprimer
  2. J'adorais ce joueur. super technique et un des rares allemands de l'est avec effenberg à être dans la sélection allemande après laréunification

    RépondreSupprimer
  3. Je suis pas sûr qu'Effenberg était de l'est !! Pour moi à la réunification il n'y avait que 2 allemands de l'est en équipe d'Allemagne, lui et Thomas Doll

    RépondreSupprimer
  4. En effet, tu as raison. Effenberg est né à Hambourg

    RépondreSupprimer
  5. Je vais essayer de te faire plaisir en mettant des sujets sur les allemands de l'est mais c'est pas évident !!

    RépondreSupprimer

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...