La French connection du calcio dans les 90's - Chap 6 Jean Pierre CYPRIEN

Jean Pierre CYPRIEN
TORINO FC 1994-95 (Mais aussi : US LECCE 1997-99, US LECCE Janv 2000- Déc 2000, SALERNITANA Calcio Janv 2001 – Juin 2001, FC CROTONE 2001-02)

Si dans les chapitres précédents on a vu l’arrivée d’internationaux confirmés et reconnus dans le championnat italien, avec Cyprien on ouvre le bal des joueurs transférés après une ou deux bonnes saisons dans le championnat de France et qui ne vont jamais confirmer de l’autre côté des Alpes. La french connection n’est pas composée que de success story beaucoup de joueurs se sont cassés les dents dans le calcio et le premier parmi eux se nomme Jean Pierre CYPRIEN.
Guadeloupéen, comme Jocelyn ANGLOMA, il débarque le même été dans le Piémont pour renforcer la défense du grand TORINO. Mais contrairement à ANGLOMA qui est un titulaire indiscutable de l’équipe de France et avec un solide palmarès, CYPRIEN lui est un joueur d’avenir qui sort de 2 bonnes saisons en France mais qui n’a pas encore connu le haut niveau et arbore un palmarès vierge. Ses 2 bonnes saisons il les fait dans le Forez. En 1992-93 avec le libéro Sylvain KASTENDEUCH il forme une des plus solides charnières centrales du championnat de France et CYPRIEN devient un stoppeur solide et redouté. Saint Etienne termine alors à une prometteuse 6ème place. La saison suivante, 1993-94, la paire est brisé et Laurent BLANC remplace KASTENDEUCH, CYPRIEN continue sa progression et connait le bonheur d’être appelé en Sélection nationale en janvier 1994. En outre il est convoqué pour un des matchs les plus importants de la sélection dans les années 90. Le premier match de l’équipe de France de l’ère Aimé JACQUET, le premier de l’équipe de France depuis le naufrage face à la Bulgarie et un certain Kostadinov. La France remporte un succès de prestige à Naples face à l’Italie (1-0 but de Djorkaeff et CYPRIEN qui joue le dernier ¼ d’heure). Aimé Jacquet qui veut déjà préparer la coupe du monde en France fait des tests et veut construire son équipe et, malheureusement pour lui, Jean Pierre CYPRIEN n’en fera pas parti et ne sera jamais plus sélectionné chez les bleus. Après cette sélection, la carrière du Guadeloupéen prend lentement mais surement la pente descendante de sa carrière, en effet quelques semaines après la rencontre de Naples, il se blessera très grièvement au genou.

A peine de retour sur les terrains que la saison se termine et CYPRIEN répond aux sirènes du calcio, pour rejoindre le grand TORINO, seulement son genou est devenu aussi fiable que les horaires de trains de la SNCF un jour de grève. Résultat il ne joue que 12 matchs lors de son unique saison sur les bords du Pô. S’en suit une carrière de forain, baladant sa roulotte dans les 4 coins de l’Europe, alternant des bouts de saisons honorables et les blessures à répétitions. Il fait un retour en série A, lors de la saison 1997-98 a Lecce mais le club connaitra la relégation en fin de saison. Après un passage médiocre sur la canebière il retourne à Lecce, de retour en Série A, mais il ne dispute que 2 matchs et se voit une affaire de dopage collé aux miches. CYPRIEN devient alors personae es grata et se réfugie dans des clubs de Série B, SALERNITANA ou CROTONE.
CYPRIEN finira sa carrière de footballeur professionnel dans l’anti chambre de la Série A et on retrouvera sa trace quelques années plus tard dans des clubs semi-professionnels du championnat de France (Fréjus, Pau, Cagnes). Si le guadeloupéen ANGLOMA a peut être connu ses plus belles années de footballeur après son arrivée au Torino à l’été 1994, pour son compatriote CYPRIEN ça été tout le contraire, et l’arrivée dans le calcio a été pour lui une longue descente vers les abimes du football profesionnel.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...