La French connection du calcio dans les 90's - Chap 1 Laurent BLANC

Laurent BLANC - SSC NAPLES 1991-1992

Contrairement au idées recues, ce n'est pas Jean Pierre PAPIN qui a ouvert le bal dans les années 90. Une saison avant que le ballon d'or 1991 ne rejoigne le Milan, un autre international français a franchi les Alpes, il s'agit de notre nouveau sélectionneur national : Laurent BLANC.
A l'amorce de la saison 1991-92 cela fait 4 saisons qu'aucun français n'a évolué dans le calcio, le dernier était un certain Michel PLATINI. Est-ce un désamour des italiens pour le foot français ? Non, pas du tout mais à la fin des années 80 un vent de folie traverse le championnat français. Des présidents comme Tapie, Bez, Ivinec ou Lagardère dépensent sans compter et retiennent les internationnaux français en division 1 et surtout attirent des grands noms étrangers dans le championnat de France : Klaus Allofs, Karl Heinz Forster, Carlos Mozer, Cris Waddle, Dragan Stojkovic (record européen à l'époque de son transfert) Glenn Hoddle, Mark Hateleley, Enzo Scifo, les frères Vujovic, Roberto Cabanas, Julios Cesar, José Luis Brown, Enso Francescoli, Pierre Littbarski, Mo Johnston, Franckie Vercauteren ou encore Carlos Valderrama... Seulement nombres de ces présidents vont jeter l'éponge ou le plus souvent se faire rattraper par la justice et les créanciers. Laurent BLANC va tenté sa chance en Italie à cette époque, quand le championnat français va décliner dans son ensemble et subir la domination de l'OM de Tapie avec la fin qu'on connait et qui va fortement influé sur la French Connection en Italie.

Laurent BLANC débarque a Naples en 1991 en provenance de Montpellier , formé dans le club héraultais il se fait remarqué très jeune et se révèle un brillant milieu de terrain. Seulement lors de la saison 1989-90 l'ambitieux club de Louis Nicollin se morfond dans les méandres du classement et Michel MEZY, qui remplace Aimé JACQUET débarqué en cours de saison, place BLANC en défense centrale, il ne quittera plus jamais ce poste ! Montpellier gagne cette années là la coupe de France. L'Effectif est pléthorique, Albert RUST, Julio CESAR, William AYACHE, Vincent GUERIN, Stéphane PAILLE, Daniel XUEREB, Carlos VALDERRAMA ou encore Eric CANTONA que des internationnaux mais il faudra que BLANC passe en défense pour que l'équipe se stabilise. La Saison suivante l'équipe arrive jusqu'en 1/4 de finale de la défunte coupe des coupes ne perdant que face à Manchester United (1-1 à l'aller et défaite 2-0 à Old Trafford). Blanc se fait remarquer sur la scène européenne et attire les convoitises des grands clubs étrangers, surtout depuis que le sélectionneur français, Michel PLATINI, l'appelle régulièrement. BLANC est un libéro particpant énormément au jeu et lors de la saison 90-91 il terminera tout de même meilleur buteur du club en championnat avec 14 buts !!

C'est le SSC Napoli qui va l'attirer dans ces filets. Le club Napolitain vient de connaitre après sa plus grande période une saison noire, le club du sud vainqueur de l'UEFA en 1989 et champion d'Italie en 1990 termine seulement à la 13ème place en 90-91 et surtout son génie Diego MARADONA s'est fait controlé positif à la cocaïne et arrêté par la police, il purge à l'arrivée de Blanc en Italie une suspension de 15 mois, l'argentin ne rejouera plus jamais sous les couleurs du Napoli d'ailleurs.
Donc la saison 1991-92 commence à Naples sous l'ordre du renouveau, le club a remercié Alberto BIGON, l'entraineur du scudetto de 1990 et l'a remplacé par Claudio RANIERI.

Claudio RANIERI apotre de la défense et de la prudence maximale va rebatir une équipe autour d'une défense sûre. Sa charnière centrale sera composé de Laurent BLANC et du Ciro FERRARA, deux monstres sacrés su foot européens. Le Napoli fait une saison honnête terminant 4ème, mais incapable de lutter pour le titre remporter par le Milan AC qui sera invaincu cette saison là. Le Napoli terminéra au pied du podium derrière les deux clubs de Turin, la Juventus et le grand Torino. Le SSC manquera surtout ces grands rendez vous face aux grands du calcio malgré une récolte de points impressionnante à San Paoli. Lors de la reprise en janvier le club napolitain manque tous ses rendez-vous, défaite 5-0 à San Siro face au Milan A.C, défaite à domicile face au Torino (0-1) et encore une grosse défaite face à la Juve à Turin (3-1), le club voit les espoirs de titre s'envoler !

L'équipe pratique un jeu prudent et peu spectaculaire, Maradona suspendu tous les espoirs reposent sur l'autre star du club, le brésilien Antonio CARECA, auteur d'une saison correcte, le meilleur buteur du club (15 buts, 4ème au classement général mais loin derrière les 25 buts de VAN BASTEN) et meilleur passeur du club n'est pas assez épaulé en attaque et ne peut compter que sur la révélation Gianfranco ZOLA (12 buts) pour maintenir Naples dans la course à l'Europe. Michele PADOVANO est trop décevant (7 buts), ALEMAO est quasi invisible et finalement la seule bonne surprise dans l'apport offensif vient du libéro français Laurent BLANC auteur de 6 buts pour sa première saison à l'étranger.

BLANC fait une saison très correcte d'un point de vue comptable. Il est titulaire 31 fois sur les 34 matchs de la saison et avec ses 6 buts termine 4ème buteur du club (son jeu de tête sur coup de pied arrêtés est le principal facteur de ce score élevé pour un défenseur dans le calcio) et termine dans les 30 premiers du championnat (27ème pour être précis). Il partage ce rand avec, et excusez du peu, Enzo FRANCESCOLI, Roberto MANCINI ou encore un certain Salvatore "TOTO" Schillaci, meilleur buteur de la coupe du monde 1990.

BLANC participe également au redressement du club qui retrouve une place plus en adéquation avec son rang et ses ambitions mais le libéro français ne partage pas la vision frileuse du football de Claudio RANIERI qui lui impose des consignes strictes dans le jeu, ne devant que sa cantoner aux phases défensives. C'est pour cela que les chiffres sont trompeurs, ces 6 buts ont tous été marqués sur coup de pied arrêtés et Blanc, frustré de ne pas aprticiper au jeu comme il le faisait à la Mosson, décide de revenir en France pour participer au projet de Michel MEZY à Nîmes comme l'on déjà fait  plusieurs anciens montpellierains, CANTONA, AYACHE ou LEMOULT.
BLANC retournera en Italie mais bien plus tard en 1999 et cette fois avec un titre de champion du monde !!


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...