Les meilleurs buteurs de la coupe du monde - Chap 2 : GERD MÜLLER

GERD "le bombardier" MÜLLER- Meilleur buteur de la coupe du monde 1970

Son nom est devenu synonyme de buteur, enfin d'un prototype de buteur, ceux qu'on appelle les renards des surfaces. Pour tous ces Rudi VOELLER, David TREZEGUET, ou encore Pipo INZAGHI il est l'étalon maitre, la référence. Pour une bonne raison il est l'avant centre avec la plus grande efficacité, le plus grand palmarès et détient encore de nombreux records, malgré la multiplication des matchs et des compétitions dans le football moderne.
Gerd MULLER c'est : 365 buts en 427 matches de Bundesliga (au total 542 buts pour 589 matchs joués avec le Bayern toutes compétitions confondues) et 68 buts en 62 matches pour la  Nationalmannschaft.
Si on rentre un peu plus dans le détail de ses stats, Gerd MULLER a inscrit 33 buts en 35 matchs de coupe d'Europe des champions. A l'époque les matchs étaient à élimination direct et avec le système de la ligue des champions actuel, il aurait pulvérisé ce nombre.
MULLER a été un joueur atypique (peut être le plus atypique de l'histoire du football) et qu'on ne risque pas de revoir de sitôt un joueur comparable. Tout d'abord par son physique, qui aujourd'hui lui interdirait même la simple visite de n'importe quel centre de formation. Court sur pattes, doté d'un torse en forme de tonneau et qui rend 64 centimètres de tour de cuisse !!, il tient plus d'un haltérophile que d'un footballeur. Lorsque le Bayern Munich, alors en deuxième division, s'attache les services de Müller en 1964, l'entraîneur Zlatko "Tschik" Cajkovski plaisante volontiers sur le physique inhabituel de son attaquant : "Qu'est-ce que je suis censé faire d'un culturiste ?" Ensuite il y a son style, il est très simple pour MULLER la surface de réparation c'est la maison du campeur ! Il est le joueur de surface et la surface est son terrain.
Et pourtant tout au long de sa carrière, Müller n'a cessé d'accumuler les distinctions. Il a reçu le premier titre de Joueur de l'Année en Allemagne en 1967. Il recevra ce même titre deux ans plus tard. En 1970, il devient le premier Allemand à recevoir le titre de Ballon d'Or, après avoir remporté le Soulier d'Or de la Coupe du Monde de la FIFA 1970. Il est retenu trois ans de suite dans l'Equipe de l'Année de la FIFA (en 1971, 1972 et 1973)

Ses débuts, puis très tôt le Bayern

Le solide attaquant, qui a débuté sa carrière à l'âge de neuf ans dans sa ville natale de Nördlingen, située à une heure et demie en voiture de Munich, allait connaître un succès météorique. A l'âge de 16 ans, Müller est déjà passé par toutes sortes d'équipes scolaires et juniors avant d'atterrir dans l'équipe juniors du TSV Nördlingen. En 1962/63, pour sa dernière année junior, il inscrit 180 buts, attribuant sa réussite à la salade de pommes de terre de sa mère. L'année suivante à 18 ans il joue avec l'équipe première qui évolue alors dans l'équivalant de notre CFA, Malgré la modeste position du club MULLER va vite se faire remarquer car lors cette saison 63-64 il inscrit pas moins de 51 buts een 32 matchs. Il partira dès l'intersaison pour l'ambitieux club de la région : le Bayern de Munich.

Lorsque le Bayern Munich, alors en deuxième division, s'attache les services de Müller en 1964, l'entraîneur Zlatko "Tschik" Cajkovski n'est pas très enthousiaste à l'idée de faire jouer Müller et celui-ci doit attendre dix matches avant que son entraîneur, sous la pression du président de l'époque, Wilhelm Neudecker, ne se décide à lui donner sa chance. Pour ses grands débuts en octobre 1964, il inscrit deux buts contre le FC Fribourg, les premiers d'une longue série. Même Cajkovski semble sous le charme : lorsqu'il parle de Müller, il l'appelle désormais "le petit gros".En 1965, Müller, Sepp Maier et Franz Beckenbauer, le trio qui allait propulser le Bayern vers les sommets européens, arrachent la promotion du club en Bundesliga et "Der Bomber" inscrira finalement 33 buts en 26 matchs au cours de sa 1ère saison avec le Bayern et on n'ose imaginer son total si il avait jouer les 10 premiers matchs !! Pour son retour parmi l'élite, le club termine troisième et remporte la Coupe d'Allemagne. Le club bavarois réalisera à nouveau le même exploit en 1967, 1969 et 1971. Le Bayern Munich remporte le titre de champion d'Allemagne pour la première fois en 1969 avant de connaître trois triomphes consécutifs en 1972, 1973 et 1974. Le Bayern conquiert également son premier titre européen en empochant la Coupe des Vainqueurs de Coupe en 1967. Sept ans plus tard, le club remporte trois titres de champion d'Europe consécutifs entre 1974 et 1976. Pour parachever le chef d'œuvre, le Bayern remporte la Coupe du Monde des Clubs. Sur ces années 70, un jour Franz BECKENBAUER dira sans Gerd Müller, le Bayern n'aurait sans doute jamais connu un tel succès. Pendant treize saisons d'affilée, il termine meilleur buteur du club, de 1964/65 à 1977/78 et remporte sept titres de meilleur buteur en Bundesliga (1967, 1969, 1970, 1972, 1973, 1974 et 1978). En 1971/72, il inscrit 40 buts, un record inégalé à ce jour.

La Nationalmannshaft

MULLER effectue ses grands débuts en équipe d'Allemagne en 1966, malheureusement pour la RFA juste après la coupe du monde, lors d'une victoire 2-0 en Turquie. Il participe ensuite à la Coupe du Monde de la FIFA, Mexique 1970, où il remporte le titre de Soulier d'Or avec 10 buts. A cette époque, il forme avec Uwe Seeler un duo d'attaque redoutable. A ce jour, Müller est toujours convaincu de l'importance de ce tournoi dans sa carrière : "Pour moi, cette compétition a été encore plus importante que celle de 1974. Nous avions une équipe exceptionnelle à l'époque, même si beaucoup pensent que celle qui a remporté l'Euro en 72 était meilleure."
Le buteur allemand connaît donc la gloire avec la Mannschaft lors de l'Euro 72 avant d'inscrire le but de la victoire de la R.F.A. en finale de la Coupe du Monde de la FIFA 1974, face aux Pays-Bas. "Bonhof a envoyé le ballon, qui est arrivé dans la surface. J'ai couru vers lui au milieu de deux défenseurs hollandais et puis j'ai dû revenir en arrière parce que la passe était légèrement dans mon dos. Le ballon a rebondi sur mon pied gauche, je me suis retourné et c'était dedans." A la simple évocation de cette scène survenue à la 43e minute du match de l'Olympiastadion, Müller ne peut réprimer un large sourire. Peut être car il est le seul joueur au monde à pouvoir inscrire ce but sans se déchirer tous les ligaments du genou.
Champion du monde à 28 ans, Müller annonce qu'il prend sa retraite internationale. Selon la rumeur, furieux que les femmes des joueurs n'aient pas été invitées au banquet célébrant la victoire allemande, Müller aurait pris sa décision sur l'instant. Mais la vérité est tout autre : "Trois jours avant la finale, j'ai prévenu Schön que j'arrêtais. Il m'a demandé de ne rien dire jusqu'à la finale. C'est tout. Il n'y a rien de plus." Cela ne l'empêche pas de glisser que les primes de victoires offertes par la fédération allemande après la victoire en Coupe du Monde de la FIFA, étaient "ridicules."

L'après Bayern

En 1979 Müller accepte une offre très lucrative pour aller jouer aux Etats-Unis. A ce moment, il espère débuter une seconde carrière. En effet, Pal Csernai, le nouvel entraîneur du Bayern, lui fait clairement savoir qu'il ne compte plus sur lui et, pour la première fois de sa carrière, Müller ne termine plus les matches. Il doit donc quitter le club, une situation inédite pour lui. Le 6 mars 1979, il signe un contrat juteux de deux ans et demi avec le club de Fort Lauderdale Strikers, en North American Soccer League (NASL). Là-bas, en Floride, il croise un joueur qui l'influencera beaucoup : Georges BEST. Le "5ème Beatle" qui était considéré comme le plus grand attaquant n'ayant jamais foulé les terrains et qui partageait sa vie après les matchs entre l'alcool et filles de passages. BEST racontera de son passage au États-Unis :"j'étais bien installé, j'avais une grande maison bien située, entre la plage et ma maison il y avait juste un bar, je n'ai jamais vu la mer !" MULLER va suivre le même exemple.
Une fois sa carrière terminée, il connaît de graves problèmes. Le passage de la célébrité à l'anonymat n'est pas toujours facile à accepter. En dehors des séances d'autographes et des quelques matches de gala auxquels il participe, Müller ne sait pas comment occuper son temps libre. Il reste devant la télévision pendant des heures ou bien il se dispute avec sa femme. Il commence à boire. "J'ai ruiné ma vie," reconnaît-il aujourd'hui.
 Mais, heureusement, ses amis du Bayern, et notamment Uli Hoeness, l'aident à s'en sortir. Son ancien club le recrute en 1992, officiellement pour démarcher de nouveaux sponsors, rechercher de nouveaux talents et participer aux entraînements des attaquants et des gardiens. Le Bayern ne pouvait laisser hors de son organigramme l'un des 3 joueurs qui a fait monter le club en 1ère division, acquis le premier titre de champions de leur histoire, ainsi que 3 coupes d'Europe des clubs champions.
Gerd MULLER a écrit l'histoire du Bayern de Munich.
Plus tard, il devient entraîneur de l'équipe juniors puis entraîneur adjoint. La même année, il passe son diplôme d'entraîneur et, en 1995/96, il devient entraîneur de l'équipe réserve du Bayern, poste qu'il occupe toujours actuellement. Aujourd'hui, Müller a retrouvé le sourire : "Que peut-on rêver de mieux que d'être au Bayern ?"




1 commentaire:

  1. Sur la vignette de 72 avec le fond d'écran on dirait un des chevelus colombiens de ton article !
    J'aime bien ce petit sourire discret sur les autres photos. Pour moi son digne héritier c'était Inzaghi.

    RépondreSupprimer

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...