France - Brésil 1986

Le "match" de légende à Guadalajaja !!
LE CONTEXTE

Avant le début du mondial, le roi PELÉ avait prédit que le brésil ne passerait pas le premier tour. Il faut dire qu'à l'hiver 85-86, le Brésil est au plus mal et la fédération rappelle Télé SANTANA de sa pré-retraite dans les Emirats Arabes Unis pour reconstruire une équipe. Lui qui avait façonné peut être la plus belle des sélection brésiliennes en 1982 et qui ne s'était pas remis de l'élimination face à l'Italie et Paolo ROSSI. SANTANA s'appuie en préparation sur son équipe de 1982 et c'est oublié que tous les joueurs ont 4 ans de plus. Si au bout de quelques matchs il se rend compte vite que certains n'ont plus le niveau et les renvoie chez eux : Cerezo, Dirceu, ou Eder (ce dernier aussi pour avoir coller un crochet en pleine mâchoire d'un péruvien qui allait effectuer une touche en match amical). SANTANA qui prônait le football spectacle devient plus rigoureux et sévère avec ces joueurs, il ne veut pas connaitre la même désillusion qu'en 82. 
Un changement radical qui sème le doute au Brésil, surtout que le jour du départ, le génial défenseur LEANDRO déclare forfait pour le mondial, ne supportant pas le nouveau régime mis en place par SANTANA !!
La confiance est au plus bas surtout que le grand ZICO opéré du genou l'hiver précédent à fait trois rechute et part au Mexique sur une jambe. De son équipe il ne reste que 3 piliers a tenir leurs rangs : Edinho, le joueur de l'Udinese sera le capitaine de cette Séléçao, Junior et le grand Socrates. Pour le reste Santant lance une demi-douzaine de nouveaux : Josimar, Julio César, Branco, Alémao, Muller et surtout Antonio CARECA.
Il fait confiance à l'avant centre de Sao Paulo, qui en 1984 n'a pourtant joué aucun match pendant un an avant d'être guéri par... une sorcière.
Avec l'expérience des uns et la fraicheur des autres, le miracle allait se produire. Cette équipe bâtie à la hâte, en laquelle personne ne croyait, remportait ses 4 premiers matchs de coupe du monde, marquant 9 buts sans en encaisser un seul !!CARECA devant est partout buteur (4 buts en 4 matchs) mais aussi passeur, 3 passes décisives dont un caviar pour Socratès en match d'ouverture où le Brésil dispose de l'Espagne 1-0.
En huitième de finale, le Brésil affronte la Pologne, 3ème du mondial précédent en Espagne, le match à lieu à Guadalajaja qui prend des couleurs brésiliennes, le stade se remplit de jaune et vert, la suite une démonstration de football samba : 4-0 pour le Brésil avec un doublé de CARECA et une passe décisive. Les brésiliens sont surs de leur force et joueront le 1/4 à "domicile".
Les français eux, ce sont rassurés avant ce 1/4 montant progressivement en régime. Les champions d'Europe 1984 ont très mal débuté leur mondial, victoire étriquée 1-0 face au petit poucertcanadien, un match nul rassurant face à l'ogre soviétique 1-1 et une victoire facile 3-0 face à une Hongrie qui n'est plus l'ombre de ses prestigieuses ainées. En 1/8è de finale par contre, les choses sérieuses débutent les français tombent sur les champions du monde en titre : l'Italie. Les bleus dominent les débats et éliminent les italiens 2-0 grâce un PLATINI qui ouvre son compteur personnel et Yannick STOPYRA.


Le 1/4 face au Brésil est l'affiche de cette coupe du monde, une finale avant la lettre.



LE MATCH 
Ce duel devait être beau. Il allait être grand, inoubliable. Rencontre du troisième type qu'on se plait à regarder à chaque rediffusion !!

 Le premier but était auriverde, limpide. Un superbe mouvement amorcé par Muller, poursuivi par Junior et conclu par l'inévitable CARECA, l'homme à la sorcière. Les français étaient menés et c'était logique, le spectacle était brésilien et les tricolores les regardaient ou les admiraient. La deuxième action était l'œuvre des brésiliens encore, festival de CARECA, centre pour Muller dont la tête s'échoue sur le poteau. La réussite choisissait son camp. Déjà.
Ça pouvait faire 2-0 mais cela va faire 1-1 ! les français se réveillent en fin de mi-temps et Michel PLATINI le jour de ses 31 ans égalise. Débordement de Rocheteau, Stopyra se jette sur Carlos, la balle échoue au second poteau et tel un renard des surfaces, le grand Michel égalise. Le capitaine de l'équipe de France ne rate pas ses anniversaires, 4 ans plus tôt il s'offrit un but cadeau face au Koweit le jour de ses 27 ans.

Les équipes regagnent les vestiaires sur ce score de parité. La seconde période allait être encore plus folle, plus sublime, une symphonie en foot majeur. Cinq fois, dis fois la rencontre pouvait basculer d'un côté ou de l'autre. Elle ne le faisait pas. Tigana ratait une balle de match seul face à Carlos, dans la minute qui suit Careca, encore lui, écrase le ballon sur la barre. La barre l'allier de Joël BATS qui arrête tout jusqu'au plus incroyable.

71ème minute, ZICO vient de rentrer, pour l'un de ses tout premier ballons, il distille une ouverture millimétré sur BRANCO, BATS le fauche pénalty indiscutable, il reste 15 minutes à jouer. Les brésiliens se congratulent, ils vont aller en 1/2 finale. 
ZICO prend ses responsabilités et l'homme aux 500 buts tire le pénalty que BATS repousse, la France ne peut pas perdre. Et le cours du match s'inverse, les français attaquent les prolongations sentant qu'ils peuvent terrasser les magiciens brésiliens. PLATINI répond un ZICO, d'une ouverture géniale, il envoie BELLONE se présenter seul face à CARLOS, l'attaquant de MONACO dribble le portier brésilien qui tente de la plaquer, BELLONE fier comme un taureau ne veut pas s'écrouler et veut pousser le ballon au fond du but vide, mais gêné par le gardien il n'a plus de vitesse et EDINHO lui choppe le ballon sous le nez. Si aujourd'hui il y aurait penalty + carton rouge, l'arbitre roumain de la rencontre ne siffle rien, scandaleux.
 

 LES TIRS AUX BUTS

Après deux heures de spectacle, il fallait que le foot nous livre, à défaut d'un vainqueur, un qualifié. Cela se déciderait aux tirs aux buts.
Le premier à s'élancer est SOCRATES, lui qui tire sans élan. BATS l'a vu faire et anticipe parfaitement son tir. La France prend l'avantage.
STOPYRA, AMOROS (le meilleur français du match) et  BELLONE (avec une réussite incroyable) convertissent leurs tentatives. ALEMAO, ZICO, BRANCO également.
S'avance PLATINI, pour exécuter une simple formalité, le triple ballon d'or ne peut pas rater. et pourtant son tir s'envole dans el ciel de GUADALAJAJA !! l'impensable arrive, dans un même match, ZICO, SOCRATES et PLATINI ratent chacun un penalty !! 
Les français sont stupéfaits et n'ont pas le temps de réaliser ce qui vient d'arriver que JuliaoCESAR démontre la solidité des poteaux mexicains en envoyant un boulet de canon sur le montant de Joël BATS.
La France a la balle de match et c'est Luis FERNANDEZ qui va la tirer. Le milieu parisien prend à contre pied CARLOS, envoie tout le pays au 7ème ciel et lui court court, fêter son but en ville avant que PLATINI ne le ra trappe et le plaque au sol avant qu'il quitte le stade !

Pour beaucoup ce match restera le match, celui du football total, il sera aussi le déclencheur d'une bonne habitude française, éliminé le Brésil en coupe du monde !!

 Merci LUIS

21 commentaires:

  1. Je me souviens de ce match et de la joie qui s'en est suivi, j'avais juste dix ans et c'était ma première coupe du monde, match monumental qui restera dans la légende.

    RépondreSupprimer
  2. Georges Perec écrivit "je me souviens"...

    Et s'il ne pouvait me rester qu'un seul souvenir footballistique, puisse ce match rester à jamais graver comme le sublime joyau de cette génération qui aura fait rêver la France entière.

    Ce match ... Mon dieu...
    C'est ma première véritable coupe du monde...
    Mon second album panini...

    Et a cette époque la France est intouchable. Euro, J.O....
    La france va rencontrer ces brésiliens qu'on présente comme des Dieux, et livrer un match d'anthologie.

    Une rencontre pleine, ou la technique, la vitesse, le collectif embrase de mille feu ce qui reste pour moi le sommet du beau jeu.

    Des attaques incessantes, des défenseurs hors normes, des fautes qui se compte sur les doigts d'une mains.

    Et de la magie pure, tout au long de ce match inoubliable...

    RépondreSupprimer
  3. Moi aussi j'étais pas vieux et j'étais fou de cette équipe de Brésil, mon père et mon oncle me parlait que de Zico et de Socrates et on avait regardé tous les matchs de ce Brésil si impressionnant ! Moi c'est Caréca que j'admirais, j'étais en poussin et comme lui j'étais avant-centre et il marquait à chaque match. alors avant ce match j'avais peur que nos bleus aient affaire à plus fort qu'eux et puis quand Careca à ouvert la marque j'avais encore plus peur quel a coupe du monde s'arrête là mais après, après... mon meilleur souvenir footbalisitque avec un certain Lyon-Lens de 2002 !! Quand Luis a marqué j'en ai pleuré de joie !!

    RépondreSupprimer
  4. Ce premier but brésilien.

    Un pur chef d'œuvre de vitesse collective. Incroyable.

    RépondreSupprimer
  5. Je le mettrais bientôt car je vais faire un sujet sur Careca c'est évident ! Dans sa célébration il me fait penser à Giresse à Séville 4 ans plus tôt

    RépondreSupprimer
  6. Coté Français Bats et Amoros furent littéralement divin ce jour là.

    RépondreSupprimer
  7. C'est clair ! et moi je ne comprends toujours pas l'action de Bellone !! L'arbitre avait été très mauvais sur le coup et Bellone joue finalement pas bien le coup.

    RépondreSupprimer
  8. Le pire c'est qu il y a failli avoir but pour les brésiliens juste sur l'action qui suit.

    Et le pénalty de Bellone.... Ce soir les Dieux Aztèques étaient avec nous.

    RépondreSupprimer
  9. Et 3 jours plus tard ils étaient avec les Allemands, là aussi j'ai chialé mais pas dans le bon sens ! Mais c'est incroyable ce qu'ils ont raté les bleus lors de cette demi-finale, je revois toujours Bossis qui met au-dessus alors que le but est vide, déjà que le grand Max rate son péno 4 ans avant.. mais là on va se faire du mal à perler de ça

    RépondreSupprimer
  10. Ce but refusé de Platini... Il était valable d'après toi?

    RépondreSupprimer
  11. Putain tu parles de quel match, je ne le vois pas ce but (aides-moi, j'ai les souvenirs flous)

    RépondreSupprimer
  12. France RFA 86.
    Platoche marque un but refusé pour un hors jeu inexistant ( pour moi )

    RépondreSupprimer
  13. Comme je m'en souviens pas je regarde le match sur You Tube

    RépondreSupprimer
  14. http://www.zerozerofootball.fr/video.php?id=64854

    à 4 : 16.... Platini n'est pas hors jeu

    Le pire c'est que c'est un match qu on domine du début à la fin...

    RépondreSupprimer
  15. La fin d'une génération.

    Elle méritait mieux.

    RépondreSupprimer
  16. Je le regardais là : http://www.youtube.com/watch?v=GvNEeog7sYw

    Attention à l'époque sur le même ligne c'était hors-jeu !! Moi j'ai l'impression qu'il est sur la même ligne. Pour être honnête je m'en souvenais pas je me souviens vraiment de ce loupé de Bossis immanquable !

    RépondreSupprimer
  17. Il nous aura manqué un vrai bon attaquant....

    Quelqu'un d'athlétique, d'habile... Un gars avec un maillot jaune, Europe 1 par exemple et qui aurait été blessé par un joueur de l Inter, un soir de coupe d'Europe......

    RépondreSupprimer
  18. quoique l'on dise, dans ce match le Brésil avait largement mérité de gagner...d'ailleurs ce match est resté gravé dans les esprits ce n'est certainement pas parce que la France a gagné mais surtout parce que le Brésil qui a perdu ...pour moi c'est la plus grande injustice dans l'histoire d mondial

    RépondreSupprimer
  19. quoique l'on dise, dans ce match le Brésil avait largement mérité de gagner...d'ailleurs ce match est resté gravé dans les esprits ce n'est certainement pas parce que la France a gagné mais surtout parce que le Brésil qui a perdu ...pour moi c'est la plus grande injustice dans l'histoire d mondial

    RépondreSupprimer
  20. quoique l'on dise, dans ce match le Brésil avait largement mérité de gagner...d'ailleurs ce match est resté gravé dans les esprits ce n'est certainement pas parce que la France a gagné mais surtout parce que le Brésil qui a perdu ...pour moi c'est la plus grande injustice dans l'histoire d mondial

    RépondreSupprimer
  21. quoique l'on dise, dans ce match le Brésil avait largement mérité de gagner...d'ailleurs ce match est resté gravé dans les esprits ce n'est certainement pas parce que la France a gagné mais surtout parce que le Brésil qui a perdu ...pour moi c'est la plus grande injustice dans l'histoire d mondial

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...