Lionel MESSI's first goal

Barcelona forward Lionel Messi set a La Liga record of 253 goals when he grabbed a hat-trick yesterday's 5-1 win at home to Sevilla. The previous mark was held by former Athletic Bilbao striker Telmo Zarra since 1955, which marked the end of the Spaniard's 15-year career with the Basque club. Zarra scored his 251 goals in 277 appearances while Argentina captain Messi, who was 17 when he netted for the first time in Spain's top flight against Albacete in May 2005, needed 289 games. "When I scored that goal (against Albacete) I couldn't imagine I could break any record, let alone this one previously held by the great Telmo Zarra," Messi wrote on his Facebook page. We need to go back to 2005 when Messi scored this first goal. It was the 87th minute and Barça were up 1-nil against Albacete. Leo came on for Samuel Eto’o, the man who eventually left Barcelona with 130 goals to his name. Lionel Messi would go on to score in the dying seconds of the game, of course. Yet few remember that on his debut he scored two remarkable goals. One was wrongly disallowed. It was a perfectly timed run to the far side, with an Albacete defender ruining the offside trap. Ronaldinho slipped him in with an exquisite flick, and Messi chipped the ball casually into the side-netting. Of course, the goal did not stand, but it only took another minute for Ronaldinho and Messi to create the exact same combination. The second time around, there was no denying the young Argentine’s class. The Camp Nou had witnessed the beginning of something they never could have imagined. A 17-year-old Leo Messi scoring two goals in two minutes. Lionel Messi is now LIGA’s all-time leading scorer at the age of 27.

Drago VABEC : L'idole de l'Armoricaine

C'est la bonne nouvelle de cette fin d'année. Mon ami Johann Le Roux, qui dans le passé a collaboré à plusieurs reprises avec Old School Panini pour mettre en valeur l'immense Drago VABEC, va sortir son premier livre et bien entendu le sujet n'est autre que l'idole de l'Armoricaine. En fait c'est même plus qu'un livre car l'ouvrage sera accompagné d'un fantastique documentaire vidéo sur DVD. J'ai eu la chance de visionner les premières images et je peux vous assurer que c'est un document exceptionnel qu'a réalisé SCM Media. Un travail de fourmi pour condenser le meilleur de Drago VABEC au cours de ses seize saisons professionnelles. D'ailleurs une projection publique de ce documentaire aura lieu le samedi 29 novembre 2014 à Saint Pol-de-Léon en présence de Drago VABEC himself !
Et oui le 29 novembre prochain c'est la sortie nationale du livre (comprenant le DVD) de Johann intitulé : "Drago VABEC, l'idole de l'Armoricaine" et pour l'occasion, l’immense DRAGO sera en France pour une séance de dédicace exceptionnelle après la projection du documentaire. Donc si vous êtes un supporter brestois, que vous aimez les artistes du ballon rond de l'ex-Yougoslavie ou tout simplement le beau football, vous devez vous rendre à Saint Pol-de-Léon (29) à l’amphithéâtre du centre du Kerisnel à partir de 16h30 pour un moment rare et privilégié.
Mais bien entendu Old School Panini va participer à cet événement à sa manière. Donc dès la sortie du livre, OSP va relayer les lieux et les sites internet où on peut se procurer l'ouvrage sur Drago VABEC qui est d'ailleurs déjà référencé sur le site de la BNF : Drago Vabec, l'idole de l'Armoricaine. Mais surtout Old School Panini va vous faire gagner un exemplaire de ce magnifique livre-DVD sur l'idole de l'Armoricaine. C'est tout simple, demain, à savoir le lundi 24 novembre, sur le site d'OSP, on vous soumettra cinq questions (très faciles) sur le stade Brestois puis parmi les bonnes réponses un tirage au sort fera trois heureux élus. Donc rendez-vous demain pour les modalités du concours (gratuit comme toujours ici) et en attendant on vous laisse avec l'interview de l'immense Yvon LE ROUX  (1,90 m) qui nous parle de Drago :

Goal of the season 1977/78 : Archie GEMMILL

In English football, the Goal of the Season is an annual competition and award given on BBC's Match of the Day, in honour of the most spectacular goal scored that season. It is typically contested between the winners of the preceding ten Goals of the Month, although the goal can and has come from any game in the regular season, including international qualifiers and friendlies—potentially from the opening league games of the season to the end of the European season UEFA Champions League final. In several instances, the goal has come in the final game of the domestic season, the FA Cup Final, the most recent example of which is Steven Gerrard's last minute goal in 2006. In general, the winning goal has occurred for an English side within the domestic English league or cups, although these are not particular rules—Kenny Dalglish's goal in 1982–83 for Scotland being an example. The goal usually comes from competitions to which the BBC holds television rights and which are shown under the Match of the Day banner—at present Premier League highlights—although some have come from the equivalent Sportscene broadcast by BBC Scotland. Due to the lack of BBC European club football coverage, held predominantly by ITV and Sky, no goal of the season has ever been scored in European club competition despite many contenders. Due to a transfer of broadcast rights, the entries for the 2001–02, 2002–03 and 2003–04 seasons were decided on ITV's The Premiership.In 1977-78 Archie Gemmil won this prestigious award with this Counter attacking play as Archie Gemmill steals the balls and sets up a fast paced attacking move which he finished off after running most of the pitch for the return ball. A fantastic one - two : 


Panini made a mistake for his first album in Great Britain with the sticker of Archie GEMMILL. Gemmill is still under Derby County shirt as you can see on the top of this topic while he played the 1977/78 season with Nottingham Forest as you can see in the second sticker just below from the 1978/79 album.

Dejan SAVICEVIC est un génie

Dejan SAVICEVIC est un génie et quand il joue avec un autre génie, Roberto BAGGIO, ça nous donne des moments d'anthologies. Les champions savent rebondir et Dejan SAVICEVIC va le prouver de façon majestueuse. Le 24 mars 1996, le Milan AC reçoit à San Siro un prétendant au Scudetto, Parme. Mais même si les rossoneri sont en tête de la serie A, le contexte est difficile. Quatre jours plus tôt, Milan s'était complètement effondré à Bordeaux et se faisait sortir de la coupe de l'UEFA par des Girondins survoltés. Un revers 3-0, impensable avant la rencontre pour les tifosis milanais. Depuis l'arrivée de Berlusconi à la présidence du club, le Milan AC n'avait jamais connu une telle déroute en coupe d'Europe. Il faut d'ailleurs remonter au 6 décembre 1978 pour voir les Rossoneri s'incliner sur un pareil score, face aux anglais de Manchester City. "A Bordeaux, en première période, nous n'avons tout simplement pas existé, soutien Fabio Capello. Mes joueurs ont subi la pression et l'engagement physique des français". Et l'entraineur milanais a encaissé ce jour-là seulement sa 30ème défaite en 247 rencontres officielles sur le banc de touche du club lombard. L'élimination de la coupe de l'UEFA a également laissé des séquelles sur le plan physique. Déjà privé de Boban, Ambrosini, Simone, Sordo et Savicevic avant même d'affronter les hommes de Gernot Rohr, Fabio Capello a perdu George Weah (fracture du bras droit), Stefanio Eranio (étirement de la cuisse) et Alessandro Costacurta (fracture du nez) au terme du périple bordelais. Un bilan médical catastrophique alors que les milanais entament la dernière ligne droite qui les conduit au Scudetto. Pour vaincre la sinistrose qui s'est abbatue sur son club il fallait donc provoquer un déclic et ce qu'a fait "Il Cavaliere" en débarquant la veille de la rencontre face à Parme à Milanello. Berlusconi, s'adresse à ses joueurs lors du déjeuner : "Rappelez vous que vous portez les couleurs du Milan AC, que nous sommes en tête du championnat et nous nous devons de lutter avec rage et détermination. Et gagner bien sûr". 

Dans un coin, Roberto Baggio lui reste triste et silencieux, le champion est en proie au doute. Débarqué au Milan en début de saison, le ballon d'or 1993 tarde à faire honneur à sa réputation et Berlusconi protège son joueur devant les médias : "Vialli, aussi a connu des problèmes lors de sa première saison à la Juve, souligne Il Cavaliere. Ensuite, il s'est parfaitement retrouvé. C'est tout ce que je souhaite à Baggio...". Les milanais n'ont cependant plus le droit à l'erreur. Ce dimanche face à Parme, le public de San Siro s'est chargé de leur rappeler. "Coupes et derby peuvent se perdre, pas la dignité", indiquait une banderole en référence à l'apathie générale qui avait caractérisé les Rossoneri au cours de leur deux derniers matches face à l'Inter et Bordeaux. Deux matches, deux défaites en l'espace de dx jours. Depuis le début de la saison, le Milan AC n'avait pourtant concédé qu'une seule défaite, à Bari au mois d'octobre. Un point commun à ces trois revers de la saison ? L'absence de Dejan SAVICEVIC tout simplement....L'attaquant monténégrin aurait-il pu changer le sort du match contre Bordeaux ? Impossible d'y répondre. En tout cas 4 jours plus tard, "Il genio" a montré toute l'étendue de sa classe au cours du duel opposant les milanais aux parmesans. A la 42ème minute, il s'échappe sur la gauche et ridiculise Fernando Couto et Apollini dans un fabuleux enchaînements crochet-grand pont, avant de servir impeccablement sur un plateau Roberto Baggio qui marque un des buts les plus faciles de sa carrière. Voici ce but, admirez toute la classe de l'attaquant monténégrin : 


Trois minutes après la pause Savicevic, démarque Donadoni d'une superbe talonnade  qui inscrit le 2ème but de la rencontre. Enfin pour que l'après midi soit parfait pour Savicevic, a la 71ème minute, Dejan inscrit lui-m^me le troisième but milanais, pour le 3-0 final. Un beau cadeau pour le dixième anniversaire de Berlusconi à la tête du club et c'est tout sauf un hasard si Savicevic a toujours été le joueur préféré de Berlusconi. L’orgueil des milanais et le talent de Savicevic a suffi à terrasser meurs homologues de Parme. Il a permis aux rossoneri de prendre une belle option sur le titre puisque dans le même temps la Fiorentina s'inclinait à domicile face à la Juve. On ne reverra plus le Milan AC qui remportera quelques semaines plus tard ce scudetto. Voici le but de Donadoni et admirez au passage la déviation de Savicevic puis le but du héros du jour (P.S : Le gros loupé sur la première action est signé Marcel DESAILLY) :


Et pour conclure sur ce match et preuve que le Milan était sur les nerfs, à 0-0 et après un penalty manqué par Roberto BAGGIO, les esprits s'échauffent et il s'en est fallu de peu que l'arbitre Pierluigi Collina expulse Savicevic après une manchette sur Sensini dans la surface de Parme. Heureusement Paolo Di Canio joue les médiateurs, bon à sa façon :


Et voici l'équipe complète du Milan AC by Panini lors de cette saison 1995-96 :

La métamorphose imposée du PSV Eindhoven

Tenant du titre, le PSV Eindhoven démarre sa campagne 1988-89 de coupe d'Europe des clubs champions directement en 1/8ème de finale. Et pour sa rentrée, c'est un véritable choc qui attend les bataves en étant opposés au FC Porto, une confrontation entre les deux derniers vainqueurs de l'épreuve. Le PSV était un petit champion d'Europe de l'intimidation physique, du match nul et des pénalties. Mais face à Porto au match aller dans son antre du Philips Stadium, le PSV va enchanter les foules par la qualité de son jeu offensif. Métamorphose de circonstance ou choix délibéré ? Pour Guus Hiddink, son entraîneur  il est temps pour le PSV de séduire. Mais c'est surtout un souhait imposé par le principal sponsor du club. Le géant Philips qui a fixé en début de saison comme objectif principal au club  : La Coupe Intercontinentale au Japon. Pour la multinationale hollandaise, le PSV doit afficher un visage séduisant pour tenir au Japon son rôle d'élément promoteur de Philips sous les yeux du principal marché de ses concurrents.

Pour preuve de cette métamorphose annoncée, Hiddink ajoute un argument de poids "L'engagement du brésilien Romario fait aussi parti de ce plan. C'est un joueur de top-niveau dans un style chatoyant qui enrichira notre gamme. Et un buteur opportuniste. Un plus pour le spectacle et l'efficacité". Et ce jour-là le PSV appliqua à la lettre les nouvelles consignes de son entraîneur, conforme aux souhaits supérieurs du club. Le PSV balaie Porto 5-0 et le troisième but inscrit par le PSV fit même bondir la frange neutre de la tribune de presse du Philips Stadium. Un joyau gravé dans les mémoires.
Le symbole de l’intelligence constructive (recherche du contre-pied par Janssen, qui après avoir récupéré le ballon sur l'aile gauche centre en retrait), de l'inspiration créative (feinte avec un râteau pour créer le décalage par Vanenburg) et de la méthode (surnombre de Koeman). Un niveau technique irréprochable. Voici ce but en vidéo


Et comme je n'ai pas trouvé de ralenti, le schéma de ce but d'école :
Pour la petite histoire, le PSV échouera dans sa quête de couronne mondiale, s'inclinant face aux uruguayens du Nacional aux tirs aux buts, par ses propres armes d'un passé récent. 

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...