1984/85 goal of the year by Graeme SHARP

The 1984–85 season began with a Liverpool derby in the FA Charity Shield at Wembley, when league champions Liverpool faced FA Cup winners Everton in a game which Everton won 1–0 due to an own goal by Bruce Grobbelaar. The first league clash came on 20th October 1984, when a 1–0 win for Everton at Anfield ( Everton's first win at Anfield since 1970) saw Howard Kendall's team occupy fourth place in the league and show signs of challenging for the title for the first time in his four seasons in charge, while Liverpool were a lowly 17th and just 2 points outside the relegation zone. This victory 1-0 came from a long ball from Peter Reid gave Graeme Sharp a chance to negotiate his way past Mark Lawrenson, as he took a little touch to project a thunderous effort, thereby resulting to a pitch invasion which the Reds would always want to forget. The Blues had won the Championship with a thirteen-point lead over their derby rivals. The goal was adjudge the BBC goal of the year and Everton had a very successful season, also winning the Cup Winners Cup in Europe. Have a look at this terrific goal : 


Ian WRIGHT à Top Gear

Je sais c'est du réchauffé car la vidéo date de 2005 car issue de la saison 7 de Top Gear mais il faut à tout prix la voir. Personnellement j'adore ce show que hélas j'ai découvert trop tard (fin 2012) mais depuis tous les mercredis soir (ou presque) je mate ce show sur RMC découverte et ce même bien souvent au détriment de la ligue des champions, si si je vous l'assure. Bref pour revenir à nos moutons et pour ceux qui connaissent pas le concept de la rubrique "Star in a reasonably priced car", il faut savoir qu'à chaque émission l'équipe de Top Gear invite une vedette pour parler de voiture mais surtout on lui demande de faire un tour de piste (sur un aérodrome) au volant d'une voiture au budget modeste. La voiture est la même pour tout le monde et à la fin, le chrono de la vedette est épinglé au tableau d'honneur. Mais ce 20 novembre 2005 est à marqué d'une pierre blanche dans l'histoire du show de la BBC tant l'ex-gunner a fait le spectacle, prenant un maximum de risque. Sincèrement il faut voir son tour de piste c'est juste à mourir de rire. Bon visionnage :

UK Football Team - Arsenal FC 1989

The 1988–89 season was Arsenal Football Club's 84th season in the top flight of English football. Arsenal participated in the First Division, the FA Cup and the League Cup. Arsenal finished the season as champions of the First Division, their first championship in 18 years. It was also the first time in eight years that the title had been won by a club outside the city of Liverpool, with the last seven seasons having seen Liverpool win the title five times and Everton twice. However, Arsenal failed to improve on their attempts during the previous season in League Cup and FA Cup where they reached the final and sixth round respectively, exiting both competitions in the third round - to West Ham United and Liverpool. Arsenal's highest scoring league win was the 5–0 success over Norwich City at the beginning of May, a margin of victory which proved to be vitally important come the end of the season. The season began with a 5–1 away win over FA Cup holders Wimbledon, in which striker Alan Smith scored a hat-trick. The next game was disappointing, as the Gunners went down 3–2 at home to newly promoted Aston Villa. Then came a 3–2 win over local rivals Tottenham Hotspur at White Hart Lane. By 22 October, Smith had reached the 10-goal mark in the First Division in a 2–1 home win over QPR which saw the Gunners occupy fourth place in the league, with the unlikely trio of Norwich City, Millwall and Coventry City ahead of them, though they had the upper hand over the Liverpool and Manchester United sides who were seen as their key title rivals for the season. y Christmas, Arsenal were second in the league, two points behind leaders Norwich City and with a game in hand. Millwall and Coventry City remained in close contention, with Liverpool and Manchester United starting to slip out of contention.

The year ended with a 3–0 win at Aston Villa and Arsenal were now top of the league on goal difference. Arsenal maintained their lead with a 2–0 home win over Tottenham in the first game of 1989, which was followed by a 3–1 win over Everton at Goodison Park. On 11 March, Arsenal lost 3–1 at home to Nottingham Forest, but still led the league with Norwich City second and Millwall third. Liverpool were in fourth place and 13 points adrift of Arsenal but had three games in hand. By the final game of the season on 26 May 1989, Liverpool had overtaken Arsenal to establish a three-point lead and ironically the two sides would face each other for the title decider at Anfield. A draw would be enough to keep the league title in Liverpool for the second season running. Arsenal had to win by a margin of at least two goals to seal the title, and their hopes were raised with an early lead thanks to a goal from Alan Smith, his 22nd league goal of the season. With only a minute remaining, midfielder Michael Thomas scored to make it 2–0 to Arsenal and clinch the title for them on goal difference. Wacth this historic goal :


And now have a look of all the Gunner players in the Panini Book of the 1988-89 season with the original comments


George GRAHAM
Manager. Former Arsenal, Villa, Chelsea, Manchester United and Portsmouth player who took over at Highbury in 1986 after four years in charge at Millwall. Was nick-named "Stroller" in his playing days.


John LUKIC
Goalkeeper. Born Chesterfield. Joined the Gunners from Leeds in 1983 and became the regular first-choice keeper in succession to Pat Jennings. Former Under-21 England International.


Tony ADAMS
Defender. Born London. Tall central defender and former Highbury apprentice who made his league debut against Sunderland in 1985 and is already a regular choice for club and country.


Steve BOULD
Born Stoke. Made his League debut for Stoke City in september 1981 and soon settled into the first team, clocking up nearly 200 League games before joining Arsenal in 1988. (More stickers of Steve BOULD)


Lee DIXON
Defender. Born Manchester. Full-back who made his league bow for Burnley against QPR in may 1983 and later played for Chester, Bury ans Stoke before joining Arsenal in January 1988


Nigel WINTERBURN
Defender. Born Nuneaton. Was on the books of Birmingham and Oxford before making his league debut for Wimbledon in 1983. Spent four seasons at Plough Lane before signing for Arsenal in 1987.


Michael THOMAS
Defender. Born Lambeth. Another product of the Highbuty youth scheme who made his first laeague appearance in 1987 and is now a regular member of the squad. Has also played on loan for Portsmouth.


Paul DAVIS
Midfield. Born London. Cultured midfielder who made his league debut for Arsenal againstSPurs in April 1980 and has since clocked up over 250 League apperances. Widely tipped for a full England cap.


Brian MARWOOD
Midfield. Born Seaham Harbour. Snapped up by Arsenal from Sheffield Wesnesday just before the 1988 transfer deadline, having started his career with Hull City. Nearly 300 League appearances in total.


Kevin RICHARDSON
Midifeld. Born Newcastle. Tricky midfielder who served his apprenticeship at Goodison Park and made over 100 league appearances there before moving to Watford in 1986 and on to Highbury a year later.


David ROCASTLE
Midfield/Forward. Born Lewisham. Brilliant attacking midifelder known affectionately by the Noth Banks as "Rocky", this former Highbury apprentice is surely on the verge of full England honours.


Paul MERSON
Forward. Born London. Promising young striker who made his League bow in November 1986 and was given his chance as the first choice partner for Alan Smith at the start of the 1988-89 season.


Alan SMITH
Forward. Born Birmingham. Earned a reputation as a prolific goalscorer during five seasons at Leicester, netting 76 times in 200 League games, and joined Arsenal in summer of 1987.

David TREZEGUET : Top 10 Goals with JUVE

In 2000 just after his Euro final's golden goal versus Italy, Trezeguet signed for Italian Serie A club Juventus for a transfer fee of £20 million, where he scored 14 goals in 25 league appearances during his first season. He helped Juventus claim the 2001–02 Serie A title, scoring 24 league goals as Juventus qualified for the 2002–03 UEFA Champions League. He was awarded the Capocannonieri as the 2001–02 Serie A top goal scorer, along with Dario Hübner. Trezeguet scored eight goals in 10 Champions League appearances as Juventus eventually lost 2–3 on penalties against Milan in the final. Juventus went on to win the 2002–03 Serie A season, the 2002, and 2003 Supercoppa Italiana. When Juventus were relegated to Serie B for the 2006–07 season, Trezeguet scored 15 goals in 31 league appearances, helping the club gain promotion back to Serie A. Overall, Trezeguet scored 135 goals in 245 league appearances for Juventus (all in the area !), making him the fourth-highest goalscorer in the club's history. On 9 December 2009, Trezeguet scored his 168th goal for Juventus in a 4–1 defeat to Bayern Munich in the 2009–10 UEFA Champions League, making him the club's highest-ever foreign goalscorer, surpassing Omar Sívori's total of 167 goals. At the end of the 2009–10 season, Trezeguet scored 171 goals for Juventus in 320 games overall. Here it comes his Top Ten goals with the Juve :

Le France - Espagne du 20 février 1991

Le 20 février 1991, la France reçoit l’Espagne en match de qualifications pour le championnat d’Europe 1992 en Suède. Ce match peut s’avérer ultra décisif et malheur au vaincu, même si le match au Par ces Princes se jouera à guichets fermés la confiance et le moral n’est pas du côté français. Absent de l’Euro 88 et de la coupe du monde 90, les bleus n’ont pas su gérer l’après Platini. Et c’est le roi Michel qui doit redresser la barre. Nommé sélectionneur à la fin des éliminatoires du mondial 90, ces qualifications pour l’Euro sont un véritable test pour lui et pour l’équipe de France. Paradoxalement malgré 3 succès en 3 matchs et un contrat qui le lie jusqu’en 1994, Le sélectionneur Platini est en danger avant son match, faisant face au feu des critiques venant de toutes parts. Tout d’abord malgré un bilan de 3 victoires en 3 matchs, les succès 2-1 en Islande et 1-0 en Albanie sont trop maigres pour l’opinion pour faire oublier le brillant succès 2-1 au Parc face à la Tchécoslovaquie (brillant quart de finaliste du dernier mondial italien).

Et puis surtout le football français va mal, les affaires se multiplient, Lagardère n’est plus au Matra Racing qui n’existe plus, Brest est dans le collimateur avant de disparaitre et surtout Bernard TAPIE est rattrapé par une première affaire. « L’affaire Tapie-CND (commission nationale de discipline)». En gros la CND enquête sur plusieurs dénonciations de tentatives de corruptions de la part des dirigeants marseillais (voir à ce titre la liste établie par les Cahiers du Football : Un règne mouvementée) et là où Michel PLATINI va mettre le feu aux poudres c’est en prenant la défense de Bernard Tapie. Pourquoi ? Parce que tout simplement depuis quelques semaines les internationaux de l’OM menacent de faire grève (et oui bien avant Knysna) et de boycotter ce rendez-vous si important face à l’Espagne. A l’époque si Platini avait dû bâtir une équipe de France sans les joueurs marseillais il aurait pu tout autant envoyer les espoirs. Donc du coup Platini prend la parole et s’immisce dans cet affaire en se justifiant : « Si les gens se parlaient, on n’en serait pas là (Tapie refuse de s’exprimer face à la CND). Moi, je suis un des rares à parler à tout le monde. Je n’ai pas joué les arbitres et la voie de manœuvre était étroite. J’ai simplement agi dans l’intérêt supérieur du football. Je crois qu’après avoir perdu Lagardère le football français ne devait pas perdre Tapie. Bien sûr, il y a des choses qu’on ne doit pas faire, mais Tapie est un passionné. Et le foot a besoin de passionnés ». On sent bien que Platini a une culture italienne du football et quand il évoque l’intérêt supérieur du football de l’autre côté des Alpes par exemple ça se traduit par lever la suspension de Paolo ROSSI avant la coupe du monde 82. Là il s’agit exactement de la même chose, fermer les yeux sur les tricheries car le terrain prime et impossible d’affronter les espagnols sans les Amoros, Boli, Casoni, Pardo, Cantona ou Papin. Et Platini aura, au moins, le mérite de ne pas se voiler la face. Son intervention, il ne le cache pas, a été faite sous la crainte d’une grève des « marseillais » avant France-Espagne et lui s’est efforcé par tous ses moyens à « désamorcer la bombe marseillaise » selon ses propos.

Mais ce n’est pas pour autant qu’il va faire des cadeaux à tous les marseillais et « l’oubli », une fois de plus, de Philippe VERCRUYSSE va encore faire couler beaucoup d’encre. Dans l’interview exclusive que PhilippeVERCRUYSSE a accordé à Old School Panini, il n’avait pas été tendre avec le sélectionneur mais déjà à l’époque, le meneur de jeu marseillais avait une dent contre le roi Michel. Brillant avec l’OM, Platini ne le convoquait même pas dans le groupe, préférant choisir Luis Fernandez, qui pourtant ne voulait plus entendre parler des bleus, ainsi qu’Eric Cantona convalescent et remplaçant à Marseille ou encore Franck Sauzée lui aussi de retour de blessure et en totale méforme avec Monaco. Réponse de Platini face aux critiques « Je ne fais pas me choix en fonction des déclarations des uns et des autres dans la presse. Ni en fonction de la forme du moment, sinon je serais obligé de changer mon équipe à chaque match. J’essaie d’être honnête et je pense l’être. Je sais de toute façon que je ferais de la peine à certains. Cela dit, les joueurs comprennent ce qu’ils ont envie de comprendre. Et ça ne sert à rien d’essayer de leur expliquer ». Au moins c’est clair et sur le cas particulier de Philippe Vercruysse : « Je ne l’ai pas trouvé très bon lors des deux derniers matchs et il n’a pas joué avec la sélection depuis deux ans. Je me vois mal dès lors, pour un match contre l’Espagne qualificatif, bouleversé ma stratégie, notamment si je joue avec trois attaquants. Et je crois que Vercruysse n’a pas la mentalité d’un remplaçant. Alors… ». En tout cas on comprend mieux les propos de Vercruysse qui nous disait qu’en France c’est Platini qui avait enterré le poste de n°10. Après moi le chaos…..

Autre sujet marseillais au cœur des polémiques le cas Cantona. Eric CANTONA longtemps blessé, ne joue pas avec l’OM pourtant Platini continue de l’appeler mais là sa logique est plus compréhensible il me semble car Canto avec JPP c’est la base du « système Platini » (voir le sujet La naissance du tandem Cantona-Papin). D’ailleurs Platini se justifie également sur son choix avec plus de crédibilité : « A Marseille, Goethals a un Waddle en pleine forme. Il est donc normal qu’il ne fasse pas jouer Eric aux côtés de Jean-Pierre. Eric n’est pas encore au top et l’OM tourne très bien actuellement. Si Cantona était à Brest ou à Nancy il jouerait parce qu’on ne pourrait pas se passer de lui. Et bien c’est la même chose en équipe de France. Moi j’ai peu d’attaquants de valeur internationale, et j’ai besoin de Papin et de Cantona ». Un argument que pourrais reprendre Didier Deschamps aujourd’hui quand on n’arrête pas de lui demander pourquoi il aligne toujours Karim Benzema. Donc malgré les difficultés, malgré les critiques Platini continue de faire ses choix toujours fondés sur cette notion de groupe qui lui tient tant à cœur. Et force est de constater que cela ne lui réussit pas si mal d’autant que de fût le principal défaut de son prédécesseur Henri Michel.

Mais il manque encore un grand match à la bande de Platini pour faire l’unanimité devant la presse mais surtout le public qui ne demande qu’à s’enflammer de nouveau pour son équipe de France. Et si l’Espagne était l’adversaire idéal ? L’Espagne bien que favorite n’est pas au meilleur de se forme et se présente au Parc sans Martin Vasquez, élément important de la Roja. En outre le sélectionneur Luis SUAREZ bien au-delà de son homologue français, exaspère tout le peuple et la presse ibérique. On dit de lui « que lorsqu’il est sur un escalier on ne sait jamais si il monte ou si il descend ». La définition vient des journalistes espagnols désespérés par le ballon d’or 1960 qui répond toujours à leurs questions par d’autres questions. Pourtant en débarquant à la tête de la Roja, après l’Euro 88 Luis SUAREZ avait beaucoup de crédits, de par son passé de joueurs mais aussi avec ses succès à la tête des espoirs espagnols. L’Espagne remporte en 1986 le championnat d’Europe espoirs avec une jeune génération pleine de promesses avec un jeu spectaculaire, porté sur l’attaque et très technique. Les noms de ces jeunes prodiges étaient : Martin Vasquez, Michel, Fernando Hierro… qui seront vite appelés à l’étage supérieur une fois Suarez aux manettes. Hélas pour l’Espagne, l’entraineur Suarez va rapidement perdre ses certitudes et aura souvent peur d‘aller jusqu’au bout de ses idées. Dès que l’enjeu est important apeuré par son audace, il se renie, défendant là où il aurait fallu attaque. Une peur qu’il transmet à ses joueurs désorientés par ses changements tactiques. On l’a vu lors du mondial italien très décevant des espagnols et au cours de ces éliminatoires devant la Tchécoslovaquie. Alors que l’Espagne menait 2-1 en début de deuxième mi-temps, elle s’est mise soudainement à défendre, pour s’incliner 3-2. De bonne augure pour les français de savoir que la Roja et son sélectionneur panique sous la pression car l’enjeu est sûrement plus important côté espagnol en cette glaciale soirée de février. En effet une défaite à Paris serait pratiquement fatale à une Espagne déjà battue en Tchécoslovaquie.

Bon si le climat est glacial en France en ce mois de février 1991, c’est en revanche un Parc des Princes bouillant qui accueille l’Espagne ce soir du 20 février 1991. L’Espagne revient au Parc pour la première fois depuis sa défaite en finale du championnat d’Europe contre les français. Le public lui veut voir une victoire des blues face à un grand ‘Europe pour oublier les affaires, les scandales et les années de disette depuis l’arrêt de la bande à Platini.  Un public qui a toujours de l’affection pour son équipe et qui ne fait aucune histoire lors des hymnes quand aucun joueur ne chante la Marseillaise. De toute façon, ça se voit que les joueurs sont dans leurs matchs et qu’ils ne vont pas manquer leurs rendez-vous, à vous de juger :


En revanche une fois le match commencé le public  va vite refroidir ses ardeurs. Car Luis Suarez continue ses contradictions, là où on attendait une équipe d’Espagne recroquevillée on vit une équipe déployé ses ailes, là où la peur devait la gagner, elle récitait un jeu de joie. Le ballon circulait sans jamais s’arrêter et sur cette entame de match, Platini dira après la rencontre « L’équipe la plus impressionnante que j’ai vu au Parc depuis l’URSS en 1986 ». Et oui le Parc c’est le jardin des bleus et on a rarement vu une équipe autant donneuse de leçon que cette équipe espagnole. On ne joue pas depuis 10 minutes, que c’est suffisant pour voir Casoni dévisser une relance, pour Michel de centrer, pour Amoros de conjuguer le verbe « marquer » au passé composé et pour Bakero d’enchainer à la vitesse de la lumière et d’expédier le ballon dans le but de Martini. Voici ce but de Bakero en VO avec l’angle de la TV espagnole c’est-à-dire de l’autre côté de TF1 pour bien voir les sponsors espagnols. Et oui je sais ça casse un mythe, celui de se dire qu’à chaque fois qu’on regarde un match de l’équipe de France il n’y a que des sponsors français au bord du terrain.


L’autre mystère de ce match, est tout simplement que l’Espagne l’arrête net à ce moment précis. Certes l’égalisation de Sauzée est quasi immédiate (14ème) sur peut être le seul point où la France semblait avoir un avantage sur son rival avant match : Le physique et les coups de pied arrêtés. Le but de Sauzée cette fois en VF avec bien entendu Thierry et Jean-Mimi :


Mais si Michel PLATINI le savait que le meilleur moyen de gêner l’expression de cette équipe espagnole était de mettre de la densité physique te de jouer à fond chaque coup de pied arrêté il fut bien aidé par toute une série d’invraisemblances que Luis SUAREZ risquait de payer de retour au pays. Et l’équipe de France eut tout bon. Elle se replaça, pressa, se jetas sur son adversaire en état de décomposition avancée. Pour Luis SUAREZ « C’est le but de Papin qui nous a tués » même si il n’a pas tort cela ne suffit pas à tout expliquer et comment ce soir-là la France n’a fait qu’une bouchée de l’Espagne. Certes la France a fait une véritable démonstration de force physique mais elle a su mettre ce soir-là un grain de folie dans son jeu et qui matérialisé mieux cette folie que JPP et sa nouvelle Papinade ? Son but au Parc est une nouvelle merveille d’exploit. A montrer dans les écoles de foot du moins celles qui apprennent les acrobaties.  Le centre d’Amoros est moitié manqué, dévié par le dos de Juanito. N’importe lequel des avants-centres aurait jeté d’un regard cette vrai-fausse passe de plomb. Pas Papin. D’une trajectoire improbable, il va faire d’une ligne droite l’objet de tous ses désirs  en le propulsant dans les buts de  Zubizarreta en retournant d’un trait sa semelle, son lacet, son tibia, son péroné, son bassin, son buste bref tout ce qui était nécessaire à son dessein. Je vous laisse admirer cette énième Papinade.



Bien sûr en tribunes le Parc explose, sur le terrain grâce à ce geste de leur seul et vrai meneur les Bleus sont réunis. On ne parlera jamais assez de l’importance des Papinades mais celle-ci est peut-être la plus importante de toutes. Tout d’abord parce que c’est le fait du match, le tournant mais ce but va au-delà de ce France-Espagne. De par ses buts en équipe de France (mais aussi avec l’OM mais ce n’est pas le sujet), JPP va libérer une équipe de France qui était en plein doute après deux échecs en qualifications, car ces bleus sont opportunistes, réalistes et la dentelle n’est pas leur tissu préféré. Ainsi comme le répète Platini « Nous n’avons pas un jeu très brillant et il ne plaira pas aux puristes » mais cette équipe a dans ses rangs le meilleur attaquant d’Europe qui dans son sillage entraine toute l’équipe vers le haut. JPP devient un héros national, un libérateur de nos angoisses avec ces buts venus de nulle part et il sera intraitable sur cette route des éliminatoires, emmenant l’équipe de France en Suède avec un parcours incroyable de 8 victoires en 8 matchs dont des succès en Espagne et en Tchécoslovaquie. Oui cette année-là, JPP méritait son ballon d’or. La preuve de ce que j’étaye ? La suite du match, il n’y a plus qu’une équipe sur le terrain, le Parc est en fusion et Laurent Blanc sur un coup franc de Vahiura parachève le succès des bleus 3-1 :


Cette équipe de France ce soir-là a donné un signal fort en Europe, celui que l’équipe de France était de retour ! Emilio BUTRAGUENO lui-même reconnait qu’il a été impressionné par ces bleus : « L’équipe de Platini n’est pas facile à jouer parce qu’elle exerce un pressing fou au milieu de terrain, explique le madrilène. Et elle possède en Jean-Pierre PAPIN un buteur exceptionnel, incroyable. Jamais je n’ai marqué un but comme il vient d’inscrire ce soir. C’était un très mauvais moment pour la sélection espagnole, mais je reconnais que pour le football c’est fabuleux qu’on puisse voir des geste pareils ». Même dans la défaite, Butragueno fait preuve de la classe des grands. Au rang des éloges Guy ROUX y va aussi de son couplet, c’est moins grandiloquent qu’El Buitre mais il y a là toute la verve de l’homme au bonnet « Avec l’élan qu’il y a dans cette équipe, ça devrait passer pour l’Euro suédois. Le grand talent du staff technique est d’avoir une foi inébranlable. Et crédible. Ce n’est plus, comme ces dernière années, ni du bluff, ni du bidonovic… ». En effet c’est du certifié pur coq, la bande à Platini a redonné de la fierté à ses supporters et des raisons d’y croire. Dans la presse on va parler de « miracle permanent » pour qualifier cette équipe de France capable de triompher de l’Espagne bien que menée au score ou encore d’aller l’emporter à Séville ou Bratislava sur des exploits individuels certes mais avec une équipe faisant preuve d’une solidarité sans faille. Hélas le miracle prendra fin en Suède et pour moi de fût une cruelle désillusion car j’adorais cette équipe de France. Quel plaisir il y avait à voir ces matchs, certes le jeu déployé n’était pas brillant mais quelle envie, quelle générosité, quelle force se dégageait de ces bleus. Même malmenés on savait toujours qu’à la fin ils allaient s’arracher et forcer la victoire. Old School Panini rend hommage à cette magnifique équipe de France qui lors de ces éliminatoires a écrit selon moi une des plus belles pages du football français avec la planche des joueurs qui ont participé à cette magnifique campagne (pour une meilleure résolution cliquer sur l’image) :

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...