Il était une fois Luc BORELLI

Partout où il est passé, de Marseille, sa ville natale où il découvrit le football à l'ASPTT, à Lyon, où il était arrivé en juin 1998 pour être la doublure de Grégory Coupet pour trois saisons, en passant par Toulon, Paris et Caen, les trois clubs dont il a porté les couleurs entre 1986 et 1998 pour y jouer 2446 matchs de championnat, Lur Borelli avait 33 ans et a laissé le souvenir d'un bon gardien de but mais aussi d'un type épatant. Disponible, toujours souriant, très attachant. Luc, qui avait reçu en février 1997, la médaille de bronze pour acte de courage et de dévouement après s'être jeté dans l'eau glacée d'un canal, à Bénouville, afin de tenter de sauver un désespéré, ne rendra plus jamais service à personne. Le 3 février 1999, un mercredi matin aux alentours de 6h40, la BMW dont il était le seul occupant s'est encastrée à grande vitesse sous un camion circulant en sens inverse sur la RN6 à Molphey (Côte d'Or). Putain de camion comme le chantait Renaud dans d'autres circonstances mais avec la même issue. Du véhicule ayant pris feu instantanément, les sapeurs pompiers de Saulieu retireront, hélas, une fois l'incendie étaient, un corps carbonisé, des papiers d'identité ayant échappé aux flammes et un fragment de ce téléphone portable qu'il était revenu chercher à la hâte dans les vestiaires de Gerland, la veille à midi. Compte tenu de l'atrocité de l’événement, il aura fallu attendre le début de la soirée pour que l'identification du corps soit officialisée. Mais dès lors que Luc ne s'était pas présenté à l'entraînement, le matin, et qu'il n'était pas chez lui, non plus il ne faisait aucun doute que la victime de cet accident, qui a légèrement blessé le chauffeur du poids lourd, était bien le gardien lyonnais, marié à Solange, père de deux enfants, Célia âgée de 8 ans et le petit Sandro âgé de 5 ans. 

« C'est un véritable drame » constatera Bernard Lacombe, son entraîneur à Lyon, qui durant les 8 mois où Luc Borelli a porté les couleurs de l'OL, a eu le temps d'apprécier son professionnalisme, ses qualités humaines, la justesse de ses mots au point qu'il était devenu pour tout le groupe lyonnais un exemple et un vrai leader du vestiaire malgré son statut de gardien remplaçant. Le président de l'OL Jean-Michel AULAS, dont la première pensée est allée à l'épouse et aux deux enfants de Borelli, ajoute : « Luc était un joueur avec lequel tout président a envie de travailler, ce que ses anciens dirigeants m'ont d'ailleurs confirmé ». Le capitaine des gones, Alain Cavéglia lui aussi ira de son hommage, très touché par cette perte « Luc était un type fantastique, un vrai, naturel et droit ». Une semaine plus tard Caveglia ne pourra contenir son émotion lors d'un Lyon-Nancy à Gerland où l'atmosphère était lourde quasi irrespirable lors de la minute de silence où l'émotion gagnait tout le staff lyonnais. Si l'OL l'emporte 2 à 1, Cavéglia ratera, inhabituellement, un pénalty à 5 minutes de la fin. Le capitaine lyonnais avouera qu'il était ce soir là à côté de ses pieds et qu'au moment de tirer le pénalty, submergé par l'émotion, il avait un voile noir devant les yeux. 

Mais le plus affecté par cette disparitions parmi ses anciens coéquipiers est sans nul doute, Grégory Coupet. Les deux hommes avaient tissé des liens qui allaient bien plus loin que la simple complicité entre eux coéquipiers. Tout avait commencé à la signature de Borelli entre Rhône et Saône. Ce dernier n'avait pas caché son ambition, il signait à l'OL pas pour être la doublure de Coupet mais pour le faire accéder à l'équipe de France. Coupet se souvient de ce jour où il a été marqué à jamais « Luc Borrelli n'était pas à l'heure à l'entraînement. C'était bizarre. Et dans le vestiaire, on nous annonce qu'on a retrouvé sa voiture carbonisée avec un corps à l'intérieur. D'un seul coup, c'est le plomb complet sur nos épaules. Je me souviens que j'ai rêvé plusieurs jours à un scénario fou : que Luc avait été kidnappé, qu'on lui avait volé sa voiture et qu'il n'était pas mort. Chaque matin, je me disais : Il va arriver. Jusqu'au jour où il a fallu arrêter de rêver… ». Puis d'ajouter sur cet ami disparu : « Il me manque. Luc, c'était un mec heureux de vivre. Il était le papa pour les jeunes joueurs. Pour les autres, c'était le psychologue et le confident. Il avait une emprise extraordinaire sur le groupe. Je n'ai pas peur de dire qu'en huit mois à ses côtés il m'a plus apporté que certains membres de ma famille. Nous étions pareils dans le travail comme dans la vie, avec l'envie d'avoir en nous une joie communicative. C'était un ami. » Ainsi Greg Coupet va continuer sa carrière en gardant toujours à l'esprit, la présence de son coéquipier, ainsi il dédiera toutes ses victoires à Luc Borelli. « A chaque fois qu'on gagne, je pense à lui. A chaque trophée soulevé, il est à mes côtés. Je lui dédie, comme à Marc-Vivien Foé d'ailleurs, toutes mes victoires. Je suis resté en relation avec ses frères, même si je ne suis plus jamais allé me recueillir sur sa tombe. Je reste sur le souvenir de son enterrement où on aurait pu remplir une surface de réparation avec toutes les fleurs posées au sol. Jusqu'à la fin de saison, son maillot est resté accroché sur sa chaise dans le vestiaire de l'OL. Quand j'étais à Lyon, il y avait une rose rouge en plastique posée près des douches. Quand les nouveaux venus la voyaient, ils se demandaient ce que ça signifiait. Alors, je leur expliquais que c'est en mémoire d'un mec bien. »
(Cliquer sur l'image pour une meilleure résolution)
P.S : Après la saison 1998-99, l'Olympique Lyonnais avait décidé de retirer le numéro 16 ainsi, plus aucun joueur ne pouvait porter ce numéro avec l'équipe première de l'OL. Mais depuis quelques saisons cette décision est tombé dans l'oubli. ainsi le portier numéro 1 de Lyon, Anthony Lopes le porte depuis plusieurs exercices. Plusieurs anciens joueurs ont porté la polémique devant les médias mais sans suite.

RIQUELME maximo goleador de Tiro Libre


Juan Roman RIQUELMEe es el jugador de Boca que más Goles de Tiro Libre hizo en la Historia en partidos oficiales. El detalle del Top 10 :
1-Juan Roman RIQUELME - 14
2-Francisco VARALLO - 12
3-Domingo TARASCONI - 9
4-Miguel Angel BORDON - 8
5-Paulo VALENTIN - 7
6-Marcelo DELGADO - 6
7-Mario BOYE - 6
8-Roberto MOUZO - 6
9-Marcos BUSICO - 5
10-Diego Armando MARDAONA - 5
Mirá los mejor goles de Riquelme de tiro libre :

Les exploits de GULLIT avec le PSV Eindhoven

Internet est tout de même une chose formidable. Cela permet de retrouver des vidéos de joueurs auquelles on n'avait pas accès dans le passé. Tenez si on prend l'exemple de Ruud Gullit du temps où il évoluait au PSV entre 1985 et 1987, on avait peu le loisir de voir ces exploits à la télévision française. Je me souviens qu'à cette époque où nous parlait que de l'Ajax entraîné par Johann Cruyff et emmené par l’étincelant Marco Van Basten. Super Marco marquait des buts spectaculaires (souvenez vous de ce retourné au générique de Téléfoot) et l'Ajax brillait en coupe des coupes. Pour ces deux raisons, le club de la capitale, trustait les images venant de Hollande sur les chaînes françaises. Mais pourtant à cette époque c'est le PSV qui domine le football batave et qui va devenir champion d'Europe en 1988. Si il est vrai que le PSV arborait un jeu peu spectaculaire ce n'était qu'en l'absence de son futur ballon d'or car lors de ces deux saisons au Philipps Stadion, Gullit a régalé de toute sa classe le championnat hollandais. A l'époque on ne pouvait lire que ses exploits dans les colonnes de France Football et on le décrivait déjà comme le futur grand joueur de la scène européenne et ce bien avant son transfert au Milan AC. Mais voilà en retombant sur une compil de buts des années 80 du football hollandais, j'ai eu envie de partager avec vous ces deux buts alliant toute la finesse dans le toucher mais aussi toute la puissance physique de Gullit quand il décidait d'accélérer. Un joueur complet, capable d'organiser, de marquer, il représentait la réincarnation du football total que prônait Rinus Michels avec l'Ajax au début des années 70. Et ce n'est pas un hasard si ce même Rinus Michels a fait de Gullit le capitaine des Oranjes champions d'Europe 1988. Je vous laisse découvrir ces deux buts avec le PSV :

The FC Fellaini's story

On Twitter many of you asked to me what's the team on this outstanding picture included many players with Fellaini's haircut ? In fact it's the former and first team of dutch international player Simon TAHAMATA (Front row : Second player on the left). Simon Melkianus Tahamata was born in Vught (Netherlands) the 26th May 1956. Tahamata is originating from the Moluccas. In his childhood Tahamata lived in the city of Tiel, a town in the middle of the Netherlands with the particularity to have the largest community of Maluku in this country. As a youth player Tahamata played for Theole and all his teamates came from the same community as you can see on the picture. But the story is not complete. Tamahata's father had 12 childrens and his brothers and sisters who lived in Tiel too had many children too. So in this picture of Theole's team there is only brothers and cousins of the Tahamta Family. And many years later, all the family posed for the same picture but without the same haircut :  

Saison 2000-01 : Le PSG teste Photoshop

Ci-dessus vous trouvez le poster officiel de la saison 2000-01 du Paris Saint Germain. En vente dans ses boutiques pour la somme de 25 francs à l'époque et ce juste avant les fêtes de fin d'année. La photo ci-dessous a été prise le même jour au Parc des Princes et si c'est la copie quasi-conforme, il y a pourtant trois différences majeures entre les deux clichés. En effet afin que le poster soit "parfait", le PSG l'a fait retoucher/ Essayer de découvrir ces trois différences. Si vous ne les trouvez pas, la réponse est en dessous de ce topic.
Réponses : 
1-Les publicités du premier étage  du Parc des Princes (encerclés en magenta sur la photo ci-dessous) ont été effacées sur le poster. Le PSG ne faisant pas de cadeau à ses sponsors.

2-L'un des joueurs du premier rang (3ème en partant de la droite et entouré en rouge) n'est pas le même sur les deux clichés. sur la photo prises au Parc c'est une "doublure" sûrement un jeune du centre de formation, remplaçant Alliou Cissé, absent ce jour-là, mais dont le visage a ensuite été déposé sur le poster officiel.

3-Ali Benarbia, également absent, a lui aussi été rajouté sur le poster en haut à gauche (en jaune ci-dessous). Cette option a été prise par le PSG, car ainsi le club pouvait aisément "effacer" le joueur si il s'avérait que l'ex capitaine quittait le club lors du mercato d'hiver. En effet depuis quelques semaines Ali Benarbia est mis à pied pour une durée indéterminée, depuis qu'un incident a éclaté avec son entraîneur de l'époque Philippe Bergeroo. Ce dernier n'a pas toléré que son joueur fasse venir sa femme à son hôtel lors de la mise au vert du PSG en Allemagne avant d'affronter le Bayern en LDC. Mais quelques jours avant la trêve des confiseurs, Paris sombre à Sedan (défaite 5-1) et Luis Fernandez revient aux manettes du club parisien, et Ali Bernabia réintègre le groupe et restera sur le poster jusqu'à la fin de la saison
Source : France Football

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...