Predrag MIJATOVIC à l’US Valenciennes ?

L’information fût révélée à France Football en 1994, (n° 2491 du 4 janvier 1994 pour être précis). Dans ce numéro le journaliste Xavier Barret et les correspondants yougoslaves de FF mènent une enquête sur le désert que traverse les toutes nouvelles fédérations de l’après Yougoslavie. Depuis la sanction en mai 1992 contre l’ancienne fédération de Yougoslavie, les sélections indépendantes ont du mal à trouver un écho sur la scène internationale. Mais en cette fin d’année 1993, il y a un grand changement puisque l’UEFA invite la Croatie à participer aux éliminatoires de l’Euro 96. Du coup, c’est le moment choisi pour faire une radioscopie du football dans l’ex-Yougoslavie et l’hebdomadaire français interview un des agents de joueurs les plus renommés, Zoran Matijevic, qui se plaint u manque de visibilité de ses joueurs depuis qu’ils ne peuvent plus exercer leur métier dans les coupes d’Europe ou les matchs internationaux. Pour vous donner une idée du travail de Matijevic, c’est l’agent responsable des transferts de Boban et Savicevic au Milan A.C ainsi que celui de Prosinecki au Real de Madrid pour ne parler que des plus prestigieux. Et bien en ce début d’année 1994, Matijevic rumine les difficultés pour les joueurs yougoslaves de s’exporter depuis l’embargo, voici ce qu’il raconte sur l’un des joueurs les plus doués de sa génération, Predrag MIjatovic : « Lorsque Valenciennes est remonté en première division, en 1992, le club voulait recruter Predrag MIjatovic, qui jouait alors au Partizan de Belgrade. Le club du nord n’avait pas les moyens mais Jean-Louis Borloo était prêt à payer de sa poche. Le problème, c’est que la Serbie est sous embargo. Pour y amener des fonds, nous sommes obligés d’utiliser des circuits détournés. Or, certains dirigeants de clubs ne sont pas disposés à les emprunter. Le transfert de Mijatovic ne s’est donc pas fait, ni à Valenciennes, ni à Monaco qui était également intéressé ».

Bon déjà on apprend quand ce début de saison 1992-93 les dirigeants de Valenciennes sont plus honnêtes et droits dans leurs bottes que certains joueurs de leur effectif mais ceci est une autre histoire. Ensuite comme nous avons désormais que le club espagnol de Valence à lui, réaliser le transfert un an plus tard… peut-être qu’ils ont été moins regardants que Borloo et consorts sur les circuits de financements de cette transaction. En tout cas le club espagnol a réalisé une sacrée affaire, c’est Matijevic qui raconte encore : « Pour dix millions de Francs, c’est cadeau !! Mais que voulez-vous les clubs ne peuvent plus voir les joueurs en compétition à cause de l’embargo ; alors ils veulent d’abord les prendre à l’essai. Pour un joueur de la trempe de Mijatovic, c’est inadmissible ! Souvenez-vous comment Cantona avait réagi quand Sheffield Wednesday lui avait demandé de faire un test d’une semaine ». Là on apprend deux choses, que le FC Valence a recruté l’un des meilleurs joueurs d’Europe pour seulement 1.5 Millions d’€ !! Et que certains clubs sont passés à côté de Mijatovic à ce prix là car ils voulaient d’abord le prendre à l’essai. L’agent ne communique pas ses clubs mais je ne pense pas que depuis, ces derniers aient voulu ébruiter cette info. En tout cas Valenciennes avait un an d’avance sur les clubs espagnols et aurait pu réaliser un grand coup sur le marché des transferts…En recrutant un attaquant international confirmé au lieu de ça le club nordiste recruta un international confirmé (Jorge Burruchaga) et un attaquant (Christophe Robert) et on sait tous comment ça s’est terminé. 
Sources :
France Football n° 2491 du 4 janvier 1994



La dernière équipe de Yougoslavie

En 1979, Maradona et sa bande remportaient au Japon la première coupe du monde juniors ; sept ans plus tard, l’Argentine enlevait le Mundial des grands, au Mexique. En 1982, en Australie, c’était au tour des allemands de s’imposer chez les moins de vingt ans ; huit ans plus tard, sous la conduite de Franz Beckenbauer, ils gagnaient à Rome le mondial italien. En 1987, une génération surdouée de yougoslaves domine le championnat du monde juniors au Chili ; sept ans plus tard, elle n’aura aucune chance d’être championne du monde aux Etats-Unis car elle ne sera pas présente. La Yougoslavie n’existe plus. Elle avait pourtant fière allure cette équipe avec Prosinečki, élu meilleur joueur du tournoi, Boban, Jarni, Mihaijlović, Šuker, Vucević ou encore Boksic, alors trop jeune pour être titulaire. Elle aurait eu fière allure en Amérique avec le concours de Stojković, Savićević, Panćev, Jugović sans oublier les expérimentés Hadžibegić ou Baždarević. Elle aurait eu fière allure mais cette équipe s’est éteinte en 1992 à quelques semaines de l’Euro suédois. La folie humaine est passée par là, dévastant des années de passion et de travail. Le foot yougoslave, l’un des plus prolifiques du vieux continent, s’est abîmé sur les écueils de l’histoire, oublié dans sa détresse par les grands de ce monde.
Debouts : Dejan Savicevic, Davor Suker, Robert Prosinecki, Dubravko Pavlicic, Dragoge Lekovic
Accroupis : Dragojlub Brnovic, Zvonimir Boban, Branko Brnovic, Darko Pancev, Goran Stevanovic
C’est au printemps 92 que le crépuscule s’est abattu sur le football yougoslave, plus précisément au terme d’une soirée glaciale en Hollande le 25 mars 1992. Ce soir-là 1992 c’est à Amsterdam qu’on verra la dernière équipe de l’ex-Yougoslavie foulé une pelouse avant l’explosion du pays et les sanctions qui priveront cette génération dorée de championnat d’Europe et d’autres rêves plus grands. Ce match amical qui aujourd’hui se veut historique fut l’un des plus banals et ennuyeux de son temps. Coincés entre des fins de championnats à enjeux très forts et des demi-finales de coupes d’Europe, l’équipe de Hollande est une équipe bis. Gullit vient de se faire opérer, son coéquipier milanais Van Basten pourtant apte, prétextera une douleur le matin du match l’empêchant de jouer mais tiendra sa place le dimanche suivant avec les Rossoneri. Il reste néanmoins la grande révélation du football néerlandais, Dennis Bergkamp mais l’Ajax doit jouer une demi-finale de la coupe de l’UEFA la semaine suivante, il ne sera pas de la partie. Et du côté yougoslave ?
La dernière sélection de l'ex-Yougoslavie ce 25 Mars 1992 :
Debouts :Faruk Hadžibegic , Meho Kodro, Budimir Vujacic, Vujadin Stanojkovic, Fahrudin Omerovic, Ilija Najdoski
Accroupis : Mehmed Baždarevic, Branko Brnovic, Dragan Stojkovic, Dejan Savicevic, Vladimir Jugovic
Là aussi il n’y a pas l’équipe habituelle mais les raisons bien qu’à l’époque semblent à peu près semblables sont en réalité bien différente. Et pourtant quand on voit Dejan Savicević se tenir le haut de la jambe au bout d’un quart d’heure et laisser sa place au jeune Pedrag Mijatović, les observateurs de l’époque se disent que ce match amical ne sert à rien et que les joueurs préfèrent se ménager pour leurs clubs mais l’histoire se veut différente. Ivica Osim le sélectionneur yougoslave va quelque part devoir composer une dernière sélection qui sera déjà sans croates. Boban est suspendu depuis 1990 et surtout en 1991, une sélection non officielle de Croatie a disputé deux matchs amicaux contre la Roumanie (victoire 2-0) et contre les Etats-Unis (victoire 2-1). En effet en mars 1991, alors que des troubles politiques agitent la Yougoslavie, le football croate décide de faire sécession en mars 1991, Mladen Verdis, président el a fédération croate déclara : « Nous ne voulons pas la destruction de la Fédération, mais nous souhaitons suivre l'exemple britannique et devenir une entité indépendante. Là-bas, il y a une nation mais quatre équipes nationales. Nous n'avons rien à faire dans un pays où la police tire sur les gens dans la rue. Il s'agit d'une décision ferme et définitive. Nous sommes prêts à attendre des années pour obtenir satisfaction. » Mais pourtant le sélectionneur national, Ivica OSIM, compte rassembler les joueurs selon toutes les nationalités pour préparer le prochain championnat d’Europe. OSIM souhaite que le foot réussisse là où la politique a échoué. 

Son capitaine, Dragan Pixie Stojković tient le même discours avant le match contre la Hollande : « On ne pense pas à nos malheurs, on ne parle que football. De cet Euro où nous resterons compétitifs. Parce qu’au dernier moment nous réussirons l’union sacrée ». Ce 25 décembre il manque à l’appel seulement 3 joueurs sur la liste des appelés. Le premier est le slovène de la Sampdoria Srečko Katanec et si ce dernier à l’aval de la fédération slovène pour défendre les couleurs de la Yougoslavie en juin en Suède, son club est en passe de se qualifier pour la finale de la première ligue des champions de l’histoire et est resté à disposition de son club. Plus délicat est le cas des deux Roberts. Prosinečki et Jarni tous deux des joueurs cadres de la sélection yougoslave post mondial italien. La fédération croate n’autorise pas Prosinečki et Jarni à intégrer l’équipe de Yougoslavie contre l’avis des principaux intéressés si on en croit les témoignages de leurs ex-coéquipiers en sélection. Ils ne seront pas du voyage en Hollande mais Ivica Osim ne désespère de les emmener en Suède. Donc c’est sans croates mais avec des slovènes (Milani, Novak…), des bosniens (Hadžibegić, Baždarević,…), des monténégrins (Brnović, Savićević …) et une majorité de serbes, l’ossature de cette équipe étant basée sur la grande équipe de l’Etoile Rouge de Belgrade des dernières années. Cette équipe s’inclinera 2-0 dans un match à oublier mais ce qui inquiète son sélectionneur ce n’est pas ce match mais comment organiser son Euro. Après ce match, aucun match amical n’est prévu au programme. Osim face à la presse déclare : « Nous une petite chance de jouer contre l’Inter en mai à condition de trouver une date. Et puis on fera comme d’habitude. Improviser est une qualité typiquement yougoslave ». Nous sommes le 25 mars 1992, le sélectionneur, les joueurs pensent se revoir le 25 mai avant de décoller le lendemain pour la Suède et sur place disputer 2 ou 3 matchs contre des équipes locales avant le début de la compétition officielle. Mais le mois suivant, en avril, suite à la reconnaissance de l'indépendance de la Bosnie par l'Union européenne, la guerre de Bosnie éclate. En mai 1992, le Conseil de sécurité des Nations Unies par la résolution 757, met en place un embargo contre la Yougoslavie, l’UEFA suivra et la Yougoslavie restera à quai faisant le bonheur footballistique des danois. On ne peut pas réécrire l'histoire mais en revanche on peut imaginer la sélection potentielle qu'Osim aurait pu emmener en Suède, OSP s'est prêté à cet exercice de retenir 21 joueurs de l'ex-Yougoslavie, cela donne le vertige :  
Et voici en vidéo le résumé de la rencontre. La Yougoslavie s'incline 2-0 en craquant à deux reprises en quatre minutes. Kieft et Wouters qui marquent pour les bataves à la 64ème et 68ème minutes. 


Et la fiche de la rencontre puis quelques clichés de cette rencontre historique :
Sources : 
France Football °2399 (31 Mars 1992)
France Football n°2491 (4 janvier 1994)

Le plus beau but d'Hugo SANCHEZ


Le 10 avril 1988 le Real Madrid se dirige tranquillement vers un troisième titre de champion d'Espagne d'affilée. On joue la 32ème journée et les madrilènes comptent 10 points d'avance sur le second du championnat, les basques de la Real Sociedad (Pour rappel la victoire est alors à 2 points). Mais l'ambiance n'est pas forcément euphorique en ce dimanche après-midi à Santiago Bernabeu. En effet plus tôt dans la semaine, les madrilènes, à la maison, ont buté, en demi-finale aller de la coupe d'Europe des clubs champions sur un os néerlandais. Face à un très solide PSV Eindhoven, le Réal a concédé un très fâcheux match nul un partout qui s'avéra fatal au retour en Hollande quinze jours plus tard. L'avant-centre Mexicain, Hugo SANCHEZ avait eu beau ouvrir la marque dès la 5ème minute sur Penalty, il avait par la suite été incapable de tromper l'immense Van Breukelen. Ainsi au moment de recevoir Logroñes, qui lutte pour le maintien, l'avant-centre madrilène a soif de revanche aux yeux de son public. Il faut dire que l'attaquant Mexicain est en passe d'écrire une belle page dans l'histoire du football espagnol. En effet, il est en passe de se voir attribuer son quatrième Pichichi, titre de meilleur buteur de la Liga, et qui est, de façon consécutive, deux avec l'Atlético de Madrid et deux avec le Réal de Madrid. Il démontre si besoin était qu'il est un des meilleurs avants-centres qui ne soient jamais passés dans le football espagnol. Chaque dimanche, Hugo Sanchez marque des buts plus beaux les uns que les autres. Mais le mexicain cherche toujours à innover et essayer de faire profiter le public madrilène d'un spectacle de toute beauté. Et ce dimanche 10 avril 1988, il avait encore plus à cœur de le faire après ses échecs face au PSV. Dès la 10ème minute, il va inscrire le 27ème but de sa saison, le plus beau de sa carrière, comme il le reconnaitra d'ailleurs à la fin de la rencontre. Une balle aérienne centrée par Martin Vasquez fut reprise de façon acrobatique par Hugo Sanchez qui l'expédia dans la lucarne opposée. Les 70 000 spectateurs de Bernabeu, debout, sortir leurs mouchoirs un peu comme aux arènes acclamant leur héros. 


Ce but fut à travers les années, commenté et analysé et encore plus l’année dernière pour ses 30 ans et surtout, souffrant de la comparaison avec celui de Cristiano Ronaldo face à la Juventus en Ligue des Champions. Comme si cela ne suffisait pas au Portugais d’effacer un par un tous les records qu'Hugo Sanchez avait inscrit dans les annales de la Maison Blanche, il fallait aussi qui le prive du plus beau but de l’histoire du club. A ce titre, les journalistes de Marca ont tenté de démontrer que CR7 était monté plus haut que le Mexicain, je vous laisse en juger (cliquer sur les images pour une meilleure résolution) :
Sources :
France Football n°2192 du 12 avril 1988
Marca

2018-19 Serie A Managers

After the Premier League, the Ligue 1 and the Liga, here it comes all the Seria A Managers when they were players (Except Aurelio Andreazzoli, Luciano Spalletti and Leonardo Semplici who never reached the Serie A or Serie B in their playing days). Click on the picture for a better quality :
In the Order :
Atalanta : Gian Piero Gasperini
Bologna : Siniša Mihajlovic
Cagliari : Rolando Maran
Chievo : Domenico Di Carlo
Empoli :  Aurelio Andreazzoli
Fiorentina : Stefano Pioli
Frosinone : Marco Baroni
Genoa : Cesare Prandelli 
Inter : Luciano Spalletti
Juventus : Massimiliano Allegri
Lazio : Simone Inzaghi
Milan : Gennaro Gattuso
Napoli : Carlo Ancelotti
Parma : Roberto D'Aversa
Roma : Claudio Ranieri
Sampdoria : Marco Giampaolo
Sassuolo :  Roberto De Zerbi 
SPAL : Leonardo Semplici
Torino : Walter Mazzarri
Udinese : Igor Tudor

Managerial changes
Chievo : 9 October 2018
Lorenzo D'Anna  => Gian Piero Ventura
Genoa : 9 October 2018
Davide Ballardini => Ivan Jurić
Empoli : 5 November 2018
Aurelio Andreazzoli => Giuseppe Iachini
Chievo : 13 November 2018
Gian Piero Ventura => Domenico Di Carlo
Udinese : 13 November 2018
Julio Velázquez => Davide Nicola
Genoa : 7 December 2018
Ivan Jurić => Cesare Prandelli
Frosinone : 19 December 2018
Moreno Longo => Marco Baroni
Bologna : 28 January 2019
Filippo Inzaghi => Siniša Mihajlović
Roma : 7 March 2019
Eusebio Di Francesco => Claudio Ranieri
Empoli : 13 March 2019
Giuseppe Iachini => Aurelio Andreazzoli
Udinese : 20 March 2019
Davide Nicola => Igor Tudor

2018-19 La Liga Managers

After the Premier League and the Ligue 1 here it comes all the Liga Managers for the 2018-19 season when they were players (Except 4 managers : Fran Escribá, Rubi, José Bordalás and Joaquín Caparrós who played only in third division in their playing days). Click on the picture for a better quality :
In the order :
Deportivo Alavés : Abelardo Fernández
Athletic Club Bilbao : Gaizka Garitano
Atlético de Madrid : Diego Simeone
F. C. Barcelona : Ernesto Valverde
R. C. Celta de Vigo : Fran Escribá
S. D. Eibar : José Luis Mendilibar
R. C. D. Espanyol : Rubi
Getafe C. F : José Bordalás
Girona F.C : Eusebio Sacristán
S.D Huesca : Francisco
C. D. Leganés : Mauricio Pellegrino
Levante U.D : Paco López
Rayo Vallecano de Madrid : Paco Jémez
Real Betis Balompié : Quique Setién
Real Madrid C. F : Zinedine Zidane
Real Sociedad :  Imanol Alguacil
Sevilla F. C : Joaquín Caparrós
Valencia C. F : Marcelino García Toral
Real Valladolid C.F : Sergio González
Villarreal C. F : Javier Calleja

Managerial changes


S.D Huesca : 9 October 2018
Leo Franco => Francisco
Real Madrid : 29 October 2018
Julen Lopetegui => Santiago Solari 
Real Madrid : 11 March 2019
Santiago Solari => Zinedine Zidane
Celta Vigo : 12 November 2018
Antonio Mohamed => Miguel Cardoso  
Celta Vigo : 3 March 2019 
Miguel Cardoso  => Fran Escribá 
Athletic Bilbao : 4 December 2018
Eduardo Berizzo => Gaizka Garitano 
Villarreal : 10 December 2018
Javier Calleja  => Luis García 
Villareal : 29 January 2019
Luis García => Javier Calleja
Real Sociedad : 26 December 2018
Asier Garitano => Imanol Alguacil 
Sevilla : 15 March 2019
Pablo Machín =>  Joaquín Caparrós 
Rayo Vallecano : 18 March 2019
Míchel => Paco Jémez
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...